1. Supérieur
  2. Écoles d'ingénieurs
  3. Ingénieur : de jeunes professionnels témoignent
  4. Jeunes diplômés ingénieurs : travailler sur des projets innovants
Témoignage

Jeunes diplômés ingénieurs : travailler sur des projets innovants

Envoyer cet article à un ami

Récemment insérés dans la vie active, des jeunes professionnels racontent leur intégration. Comment se passe leur travail au quotidien ? Qu’est-ce qui les passionne ? Quelles sont les clés de leur réussite ? Sans édulcorer la réalité, ils vous confient ce qui constitue les avantages et les contraintes de leur profession.

Ingrid Sarlandie, ingénieur architecte véhicules électriques et hybrides chez Valeo. Diplômée de l’École centrale de Nantes et d’un master d’ingénierie mécanique de l’université d’Auckland en Nouvelle-Zélande (2010).

Durant mon cursus à Centrale Nantes, j’ai effectué un stage de 8 mois chez Valeo dans une équipe de R&D. L’ambiance de travail et les sujets techniques à la pointe de l’innovation m’ont beaucoup plu.

Au terme de mon double diplôme en Nouvelle-Zélande, souhaitant rentrer en France, j’ai donc naturellement contacté mon ancienne responsable de stage. Elle m’a indiqué qu’un poste d’ingénieur architecte véhicules électriques et hybrides était ouvert à candidature. J’ai alors passé les entretiens qui ont conduit à mon embauche.

 
Répondre aux besoins techniques du client
  

Ma mission consiste à identifier et à analyser les besoins techniques d’un constructeur automobile et de lui offrir une réponse qui respecte ses contraintes en termes de coût, de qualité et de délai. Je dois assurer la cohérence et la pertinence de la réponse technique au niveau système (fonctionnel, mécanique, électrique et environnemental).

De manière plus concrète, à partir d’un cahier des charges client, il faut proposer une architecture de chaîne de traction ou de véhicule, la spécifier, la mettre en œuvre, la valider et l’évaluer soit sur banc d’essai, soit, dans la mesure du possible, directement sur véhicule.

 
Avantages et inconvénients
  

Au sein d’une équipe dynamique, j’ai la chance de travailler sur des projets internationaux. Les missions sont variées et je participe à l’intégralité du développement d’un projet, tout en gardant une vision globale du système. La contrepartie est la charge de travail conséquente et la possible frustration quand les projets sont arrêtés par les clients ou ne débouchent pas sur une application de série.

 

Mes conseils

 

N’hésitez pas à aller à la rencontre d’ingénieurs sur des salons ou à contacter les anciens élèves des écoles d’ingénieurs pour discuter de leur carrière. Essayez de cibler vos stages, de manière à affiner votre idée du poste que vous souhaitez. On ne connaît réellement une fonction qu’après l’avoir exercée ! Enfin, si vous vous préparez à une carrière en R&D, nourrissez votre curiosité technique en lisant des revues scientifiques.

Pour aller plus loin : Futurs ingénieurs, quels sont les secteurs les plus porteurs pour vous ? / Métiers d’avenir… si vous aimez inventer l’avenir / Les métiers de l'ingénieur expliqués / Ingénieurs : une même formation, des métiers différents

Sommaire du dossier
Retour au dossier Jeunes diplômés ingénieurs : apprendre, pour chaque nouveau projet Jeunes diplômés ingénieurs : des rencontres et des échanges permanents Jeunes diplômés ingénieurs : privilégiez les stages proches du terrain Jeunes diplômés ingénieurs : travailler sur des projets innovants Jeunes diplômés ingénieurs : évoluer dans un environnement dynamique Jeunes diplômés ingénieurs : une prise de responsabilités managériales très rapide Jeunes diplômés ingénieurs : pas de place pour la monotonie Jeunes diplômés ingénieurs : une montée en compétences plus rapide pour les consultants