L'École de l'air mise sur la recherche et l'innovation

Par Clément Rocher, publié le 30 Juillet 2020
5 min

Télé-pilotage de drones, emploi de la réalité virtuelle... la recherche et l'innovation représentent deux enjeux majeurs de l’École de l'air, qui forme les futurs officiers de l'armée de l'Air. Cette approche tactique permet à l'établissement de disposer d'outils de formation à la pointe de la technologie.

L'Ecole de l'air, située à Salon-de-Provence (13), a souhaité mettre en avant la dimension "recherche et innovation" de l'établissement à l'occasion d'une visite de la ministre des Armées, Florence Parly. La représentante du gouvernement s'est rendue le 24 juillet sur le campus afin de présider la cérémonie de prise de commandement de la base aérienne et de l’école par la générale de brigade aérienne Dominique Arbiol.

L’École de L'air, devenue l'année dernière un Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP), est véritablement entrée dans une phase de modernisation. Cette grande école militaire française a développé ses activités de recherche et d'innovation mais a souhaité moderniser sa formation tout en conservant une avance technologique.

Lire aussi

Le Cifed, le Centre d'initiation et de formation des équipages drones

Connaissez-vous les drones ? Ces aéronefs pilotés à distance occupent une place de plus en plus importante au sein des forces armées de notre pays : elles mettent à profit leurs compétences dans la maîtrise des drones pour des missions de renseignement mais aussi d'aide au maintien de l'ordre public. Le savoir-faire de l'armée de l'air est reconnu notamment par le Centre d'initiation et de formation des équipages drones (CIFED). Le centre de formation se situe sur la base aérienne 701.

Cette unité en pleine expansion s'est emparée de la montée en puissance de cette nouvelle technologie pour développer son expertise en la matière. Elle travaille en priorité pour l'armée de l'air, mais a récemment établi des partenariats interministériels pour mettre en place des formations théoriques et pratiques à destination des forces de sécurité comme les agents de la police nationale, les gendarmes et, prochainement, les douaniers.

Le Cifed forme les pilotes à distance et les opérateurs des drones de l'armée de l'air
Le Cifed forme les pilotes à distance et les opérateurs des drones de l'armée de l'air // © Clément Rocher

Ce centre d'excellence propose des formations aux drones légers et lourds, notamment pour devenir opérateur capteur d'images et pilote à distance. Deux semaines de stage pratique permettent aux stagiaires d'acquérir des compétences indispensables à la maîtrise des drones mais aussi "de disposer d'un maximum de préparation pour garantir des vols sans situation accidentogène", explique Karim, l'un des instructeurs de cette unité.

Cette formation technique et dense représente un défi pédagogique selon l'instructeur, mais les résultats ont été jusqu'à présent très encourageants. "Ils vont découvrir les fondamentaux de la sécurité aérienne mais aussi les fondamentaux d'utilisation opérationnelle. Ils peuvent repousser leurs limites avec de l'entraînement. Nous savons aussi que nous sommes face à des technologies qui évoluent très vite mais nous essayons de nous tenir à la page", poursuit l'instructeur.

Le stage pratique mobilise de nombreuses capacités chez les étudiants. "Il faut être capable de bien préparer sa mission et de savoir gérer les imprévus. Les stagiaires devront rapidement capter des informations pertinentes dans l'image." Un appareil de simulation permet de mettre à l'épreuve sa dextérité au pilotage de drone car il est important de maîtriser sa capacité à se positionner dans l'espace.

La réalité virtuelle pour les apprentis pilotes

Les établissements d'enseignement supérieur spécialisés dans l'aéronautique ont de plus en plus recours à l'emploi de la réalité virtuelle pour l'apprentissage du vol. Cette nouvelle technologie est devenue en quelques années un outil pédagogique par excellence et se montre particulièrement efficace pour mettre les apprentis pilotes de l'Ecole de l'air dans des conditions similaires à la réalité.

Un simulateur de vol pour les apprentis pilotes
Un simulateur de vol pour les apprentis pilotes // © Clément Rocher

En effet, la formation aéronautique et militaire de l’École de l'air demande aux étudiants de pratiquer plusieurs heures sur un simulateur de vol avant de prendre les commandes d'un authentique appareil de vol. Cette phase d'apprentissage permet aux étudiants munis du casque de réalité virtuelle l'acquisition de notions indispensables au pilotage militaire et de se familiariser avec les procédures de vol.

Le projet Euroglider : un défi environnemental

La transition énergétique se met progressivement en place dans le secteur aéronautique. Plusieurs innovations techniques et de conception se retrouvent au centre d'un projet baptisé Euroglider : un planeur biplace de formation et d'entraînement, autonome, à propulsion électrique. Ce projet innovant est notamment soutenu par le groupe ISAE dont l’École de l'air est membre. Les enseignants-chercheurs et étudiants ont participé à la mise au point de l'aérodynamisme de l’appareil.

Ce nouveau modèle de planeur doit répondre aux besoins des moniteurs et élèves pilotes. L'Euroglider permet notamment de se libérer en partie des contraintes climatiques inhérentes au vol : la formation initiale est rendue possible toute la journée et toute l'année. Les premiers essais en vol ont eu lieu à l’École de l’air en septembre 2019.

Articles les plus lus

A la Une écoles d'ingénieurs

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !