ENSAR : une vie de campus

Par Sylvie Lecherbonnier, publié le 11 Decembre 2009
3 min

Etudiante en dernière année à Agrocampus Ouest à Rennes, Eglantine, 22 ans, nous fait découvrir le cursus d’ingénieur agronome. Des études entre faune, flore, marketing et statistiques… et une vie de campus bien remplie !

"Vue de Lyon, Rennes avait un côté exotique", affirme Eglantine, un mug "A l’aise Breizh" à la main. Pourtant, à son arrivée en Bretagne, la pétillante blondinette a peu profité de la vie rennaise. "En première année, nous étions tous logés dans les résidences universitaires du campus [qui dispose de 400 chambres]. Très peu d’entre nous étaient bretons. Nous sommes peu sortis du campus la première année, happés par la vie associative et l’esprit de promotion qui se créait", explique Eglantine, qui vit dans une ambiance très féminine. Près des deux tiers des élèves agronomes sont des filles.
 

Une discothèque à l’intérieur du campus

 
eglantine agronome ingenieur rennesL’étudiante réside toujours sur le campus. Sa chambre d’une dizaine de mètres carrés, décorée avec sobriété, comprend un bureau, un lit et un lavabo. Les douches sont sur le pallier. Les repas sont pris au restau U. Des conditions qui conviennent bien à l’élève ingénieur. "Nous avons notre restaurant, notre bar et même notre discothèque sur le campus, ouverte un jeudi soir sur deux. Je fais tout à pied", souligne Eglantine. Cette fan de fitness et de course à pieds profite également des installations sportives pour faire du taekwondo et du badminton. Elle connaît tous les codes d’accès des différents bâtiments et se balade sur ce campus de plusieurs hectares, situé à quelques minutes du centre de Rennes, comme chez elle.  
 

Un budget raisonnable

 
Autre avantage de la vie de campus : le prix. Le loyer mensuel d’une chambre universitaire est fixé à 220 euros charges comprises, la pension complète au restaurant universitaire aux alentours de 130 euros par mois. S’y ajoutent les frais de scolarité qui s’établissent à 1 200 euros par an. "Il y a peu de dépenses. Les cours sont sur polycopiés et on peut emprunter à la bibliothèque les quelques bouquins dont on a besoin. Ce ne sont pas des études qui coûtent très cher comparées aux écoles de commerce", constate Eglantine qui avoue : "les factures sont envoyées directement à mes parents. Je ne vois rien passer".
 
eglantine ingenieur agronome campus

Une vingtaine d’associations

  
Côté vie étudiante, Eglantine a eu le choix entre une vingtaine d’associations très variées. La jeune femme a décidé de s’investir dans l’association qui organise le gala. "C’est un événement d’importance, une soirée ‘classe’ qui m’attirait", affirme-t-elle. En deuxième année, elle prend même des responsabilités dans le bureau de l’assoc’. "J’ai beaucoup appris. La soirée a lieu à une date précise et tout doit être prêt. Il faut gérer l’équipe de bénévoles, faire un rétro-planning." Eglantine conçoit même avec une copine l’affiche du gala. "Les soirées se sont déroulées sans anicroches et j’en étais très heureuse."

Articles les plus lus

A la Une écoles d'ingénieurs

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road