Les Mines de Nantes : sensibiliser les étudiants au développement durable dès la première année

Par Iona Doklean, publié le 16 Avril 2013
2 min

L'École des mines de Nantes s'illustre par son programme de sensibilisation, en rendant obligatoire un engagement sociétal de 60 heures pour tous ses étudiants de première année. Si ce programme ne fait bénéficier d'aucun crédit ECTS (European Credits Transfer System), il permet à un élève d'obtenir un bonus sur sa moyenne si le projet est jugé “remarquable”par la direction des études.

 
60 heures dédiées pour mener un projet DD en première année

 

L'année dernière, un tiers des projets s'est ainsi distingué, tel que “Sang pour sang in”, qui promeut le don du sang au sein de l'école. Ou encore “Welcome company”, qui vise à accueillir et à intégrer les étudiants étrangers.

Son poste de président de l'association Eki'libre, le club DD (développement durable) de l'école, n'a pas fait gagner de point supplémentaire à Matthieu Bennet, élève en deuxième année. En revanche, son appétence pour les thématiques environnementale et sociale s'est confirmée.Le jeune homme suit actuellement l'option génie des systèmes énergétiques, qui “d'année en année est davantage demandée par les élèves et permet ensuite de travailler dans les énergies renouvelables”, précise-t-il.

 
Une demi-journée de conférence par semaine

 

Il indique également que, parallèlement au projet sociétal de première année, une demi-journée de conférence par semaine est prévue, “avec la venue d'intervenants très divers”, issus du monde de l'entreprise classique ou de l'économie sociale et solidaire. Même s'il regrette que ce programme de sensibilisation au DD soit “imposé aux élèves et donc un peu vécu comme une contrainte”, Matthieu Bennet accepte ce choix de l'école. Car, malgré tout, “les élèves comprennent ce que cela leur apporte en termes d'épanouissement personnel”.

Articles les plus lus

A la Une écoles d'ingénieurs

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !