1. Après Epitech, quelle insertion professionnelle ?
Portrait

Après Epitech, quelle insertion professionnelle ?

Envoyer cet article à un ami

Programmation et développement, logiciels, jeux vidéo et Web… Voilà le quotidien de Zeid, 21 ans, étudiant en 3e année d’Epitech au campus de Kremlin-Bicêtre. Ce qui l'a séduit dans cette école d’informatique, qu'il a rejoint après 2 ans à la fac ? Sa pédagogie pragmatique, son fonctionnement en quasi autogestion, mais aussi sa culture geek assumée !

Zeid s’inquiète peu pour trouver un premier emploi. C’est que l’école, même non habilitée à délivrer le titre d’ingénieur affiche de très bons taux d’insertion… et que le secteur de l’informatique a particulièrement le vent en poupe.
 

D'abord réussir à trouver sa voie !

 
Zeid, en 3e année à Epitech, campus de Kremlin-BicêtreEn 3e année, les choix de modules définissent déjà le profil des élèves. Si certains s’orientent vers le langage C++ ou la culture générale Windows, Zeid, lui, a opté pour la communication et le management personnel. “Je ne suis pas un codeur pur, explique-t-il. C’est plus la conception que la pratique qui m’intéresse.”

Côté métiers, il hésite encore entre consultant en base de données et formateur informatique en entreprise pour les technologies Web ou java. Et compte sur son stage de fin d’année pour y voir plus clair : “En informatique, ce ne sont pas les postes qui manquent. Mais il faut trouver ce qui nous plaît vraiment”.

 
Une école non accréditée par la CTI…

 
Epitech n’est pas une école accréditée par la CTI (Commission des titres d’ingénieurs) : il s’agit d’une école d’informatique, et non d’une école d’ingénieurs. Elle ne délivre donc pas le diplôme d’ingénieur.

Avant de rejoindre l’établissement, Zeid reconnaît s’être posé la question de l’importance d’avoir ou non le titre d’ingénieur, alternative qu’il a mise en balance avec le fait qu’Epitech mettait vraiment l’accent sur la pratique. Finalement, a-t-il jugé, “ce n’est pas le titre qui compte, c’est la formation ! Et en sortant d’ici, nous avons tout à fait le niveau requis en entreprise.”

 
… mais des compétences opérationnelles reconnues

 
De fait, beaucoup de recruteurs apprécient les compétences opérationnelles des étudiants passés par Epitech.

“Dans les entretiens, si on n’a pas toujours toutes les connaissances théoriques, on a en général de très bons résultats dans les exercices de programmation, avance Zeid. Epitech nous apprend à apprendre. Avec les projets, on a peu de temps pour acquérir les connaissances nécessaires pour maîtriser de nouvelles technologies et de nouveaux langages.” Une capacité d’adaptation à mettre en avant au moment des entretiens d’embauche.

 
De bons taux d’insertion

 
L’informatique étant en outre globalement un secteur qui recrute, du point de vue de l’insertion professionnelle, Epitech a peu de chose à envier à certaines écoles d’ingénieurs.

D’après l’école, 97 % des étudiants sont embauchés directement en CDI (contrat à durée indéterminée, et 99 % avec le statut cadre ou cadre supérieur. Quant aux salaires, la rémunération moyenne des anciens d’Epitech atteint 36.870 € brut par an.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Les études à Epitech : une organisation sur mesure Une école d’informatique à forte dimension internationale Les élèves d’Epitech, un univers de geeks Après Epitech, quelle insertion professionnelle ?