1. Les études à Epitech : une organisation sur mesure
Portrait

Les études à Epitech : une organisation sur mesure

Envoyer cet article à un ami

Programmation et développement, logiciels, jeux vidéo et Web… Voilà le quotidien de Zeid, 21 ans, étudiant en 3e année d’Epitech au campus de Kremlin-Bicêtre. Ce qui l'a séduit dans cette école d’informatique, qu'il a rejoint après 2 ans à la fac ? Sa pédagogie pragmatique, son fonctionnement en quasi autogestion, mais aussi sa culture geek assumée !

Drôle d’ambiance que celle d’une école ouverte 24h/24, comme l'est Epitech. Si Zeid, en 3e année, préfère travailler la journée, d’autres sont, comme il les appelle, des “actifs de nuit”. Une autogestion qui fait partie de la culture de cet établissement.

 
À chacun son organisation pour les élèves d’Epitech

 
Zeid, en 3e année à Epitech, campus Kremlin-Bicêtre, salle machineN’ayant que quelques heures de cours par semaine, les élèves s’organisent en effet comme ils le souhaitent et créent leur propre emploi du temps, en fonction des projets qu’ils ont à mener. Avec une ligne directrice : ne pas travailler à la maison. Un rythme qu’apprécie Zeid : “Cela permet de bien séparer le travail et la vie personnelle.”

Conséquence de cette organisation sans devoir à faire à l’extérieur : les élèves passent facilement 12h par jour à l’école, qui constitue aussi un lieu de vie. Il faut dire qu’ils ont à leur disposition 7 ou 8 “salles machines”, dans lesquelles s’alignent des rangées d’ordinateurs où tous les logiciels nécessaires sont installés.

“Pas besoin de portable, chacun vient avec son rack”, précise Zeid : l’achat du disque dur, d’un montant d’environ 50 €, fait partie des frais de scolarité à l’entrée de l’école. Pour travailler, les élèves installent leur rack sur un ordinateur et se raccordent au réseau, ce qui permet aussi de voir qui est connecté et à quel poste.

 
Une école autogérée par les étudiants

 
L’ensemble du réseau informatique d’Epitech est géré par les étudiants : encadrés par un ancien élève aujourd’hui salarié de l’école, les membres du “Bocal” (nom donnée au groupe) assurent, moyennant une petite rémunération, la maintenance du parc informatique, qui rassemble quelque 3.000 ordinateurs.

Les membres du “Webdevlab”, eux, s’occupent de l’intranet, mais aussi du site Internet de l’école, pour lequel ils peuvent créer des portails spécifiques, sur une formation par exemple ou sur l’international ; cette activité, elle, n’est pas rémunérée, mais leur permet de valider des crédits.

Une telle organisation vise à inciter les élèves à s’investir au quotidien dans la vie de leur établissement, tout en développant des compétences qu’ils pourront faire valoir par la suite. “L’école est quasiment autogérée par les étudiants, explique Zeid. Exceptées, peut-être l’administration et la communication. Et encore, il y a parmi les élèves des référents dans ces domaines.”

 
Un tutorat étudiant très développé

 
Zeid, en 3 année à Epitech, campus Kremlin-Bicêtre, avec sa tenue AstekCôté pédagogie également, les élèves ont des responsabilités dans le fonctionnement de l’école, en tant que professeurs assistants. Zeid fait partie des “Astek”, surnom donné à la vingtaine d’assistants techniques d’Epitech.

S’ils sont 80 au total, on en compte “une trentaine de vraiment actifs”, estime Zeid, reconnaissables grâce à leur T-shirt rouge affublé d’un drôle de lapin. Leur rôle ? Encadrer les soutenances aux côtés des enseignants, animer des TP (travaux pratiques), corriger les projets d’élèves de 1re et 2e années, auxquels ils peuvent apporter un soutien au quotidien.

Un travail rémunéré (le montant varie en fonction du statut et des missions des étudiants), qui “permet à la fois d’acquérir une expérience pédagogique et de payer une partie des frais de scolarité”, souligne Zeid, qui espère rejoindre ensuite le groupe des “Koalas” (Kind Of Advanced Language Assistant), les assistants pédagogiques sur les langages et de la conception de haut niveau.
Sommaire du dossier
Retour au dossier Les études à Epitech : une organisation sur mesure Une école d’informatique à forte dimension internationale Les élèves d’Epitech, un univers de geeks Après Epitech, quelle insertion professionnelle ?