1. Maël Tissier, un champion de France multifacettes
Portrait

Maël Tissier, un champion de France multifacettes

Envoyer cet article à un ami
Maël est à la fois maître-nageur, secouriste, entraîneur, étudiant et champion de France de sauvetage sportif côtier. // © Jay Mallin/Zuma/REA pour l'Etudiant
Maël est à la fois maître-nageur, secouriste, entraîneur, étudiant et champion de France de sauvetage sportif côtier. // © Jay Mallin/Zuma/REA pour l'Etudiant

À 22 ans, Maël Tissier est six fois champion de France en sauvetage sportif côtier, un sport regroupant plusieurs disciplines : planche, natation, sprint sur sable, kayak en mer, ocean-man et beach flag. Une passion qu'il voudrait transmettre aux plus jeunes.

À 22 ans, Maël Tissier n’est pas un étudiant comme un autre. Sportif de haut niveau depuis 2012, il ne cesse de cumuler les titres de champion de France dans sa discipline de prédilection : le sauvetage sportif côtier.

"Ce que je me plaît, c’est que c'est un sport vraiment très complet", pointe Maël.

Planche, natation, sprint sur sable, surfski [kayak en mer], oceanman [combinaison de quatre sports] et beach flag [course sur sable], le sauvetage sportif ne regroupe pas moins de six disciplines.

Athlète mais aussi maître-nageur, secouriste, entraîneur, étudiant et champion de France… Quelle que soit la saison, Maël ne s’arrête jamais.

Un mordu de sports

Initié à l’âge de 8 ans au sauvetage sportif, le jeune compétiteur originaire d’Hossegor, dans les Landes, cumulait déjà vingt heures de sport par semaine en sixième : "Je n’aimais pas trop l’école alors je me suis mis à faire du tennis, du foot, du surf…"

Lire aussi : Les portraits des jeunes qui vont faire la une

À 16 ans, il devient sportif de haut niveau, ce qui lui permet de bénéficier d’un aménagement d’emploi du temps à l’école.

"Je pouvais faire un à deux entraînements par jour, en plus de mes huit heures de cours, détaille l’étudiant, aujourd’hui en quatrième année de cycle d’ingénieurs à Sigma Clermont. C’est dur, mais c’est une vraie passion."

Des médailles et… du stress

Un rythme soutenu qui ne l’a pas empêché d’obtenir de belles médailles. Après trois sélections en équipe de France, Maël a, entre autres, obtenu six titres de champion de France entre 2016 et 2018 et le titre de vice-champion d’Europe en beach flag en 2017.

Lire aussi : Romain Bardet, étudiant et deuxième du Tour de France : la tête et les jambes

"Les résultats sont… intéressants, réagit le jeune homme, mais cela reste très stressant. Au point que je ne suis plus sûr d’avoir envie de continuer les compétitions."

Maël a désormais à cœur de transmettre sa passion pour les sports de mer aux nouvelles générations. "Je veux leur donner le modèle que je n’ai pas eu. J’aimerais aussi aller à l’étranger, en Europe ou aux États-Unis pour changer d’air et ne plus me focaliser sur une seule discipline."