1. Les écoles de communication où les professionnels recrutent vraiment

Les écoles de communication où les professionnels recrutent vraiment

Envoyer cet article à un ami

Il y a les écoles de communication préférées des recruteurs et il y a les formations des jeunes diplômés qu’ils recrutent… Tel est le principal enseignement de notre enquête 2011, réalisée en partenariat avec le magazine “Stratégies” , et à laquelle 14 grandes entreprises et groupes de publicité ou communication ont répondu. Revue de détail.

Réalisé en partenariat avec Magazine Stratégies




Quand on compare les formations en communication préférées des pros et celles les plus représentées dans les recrutements (y compris pour les stagiaires et les apprentis), on constate un vrai décalage. Sur le terrain des embauches, les établissements favoris (Celsa, Sciences po, ISCOM, EFAP…) sont dépassés par les filières universitaires et les écoles de commerce.
Ainsi, dans notre enquête 2011, les premières apparaissent 25 fois dans l’origine des recrutés (contre 15 citations préférées) et les secondes 23 fois (contre 5 citations préférées). Derrière le discours des responsables de recrutement, qui fait souvent écho à la réputation des écoles et à leur ancienneté, les viviers de recrutement se révèlent donc bien plus larges. “On ne recrute pas un diplôme en particulier, mais un profil, une personnalité”, insiste Adeline Soubie, chez Bouygues Telecom.

Appréciés : les diplômes universitaires…

Parmi les cursus universitaires, le master pro communication et multimédia de l’IFP (Institut français de presse, Panthéon-Assas) se distingue : il est cité 1 fois en tant que formation favorite et 3 fois en ce qui concerne les recrutements. Le fait qu’il soit délivré en apprentissage explique probablement cette reconnaissance. De même, le master communication politique de Paris 1 apparaît une fois parmi les préférés – il était également ressorti dans les choix des recruteurs de notre enquête 2009.
Plus largement, on peut relever que les recrutés sont issus d’une dizaine de formations universitaires, situées pour la plupart à Paris et en région parisienne. “Les diplômés universitaires sont souvent intéressants, même s’ils ne sont pas forcément attirés par nos métiers”, analyse Agathe Bousquet. Histoire, sociologie, lettres… la discipline importe moins que la méthode et la réflexion développées à l’université. “À la manière des diplômés de Sciences po, ce sont des têtes bien faites, avec des capacités de formalisation et de synthèse.”

… et une quinzaine d’écoles de commerce

Autres cursus à fournir nombre de recrues : les écoles supérieures de commerce. Là encore, on constate une vraie dispersion d’établissements. L’ESSEC (qui possède une chaire marketing et management), l’ESCP Europe (qui propose un mastère spécialisé et une chaire marketing et communication), Rouen Business School, les ESC (écoles supérieures de commerce) Dijon, Toulouse, La Rochelle, et l’EM Lyon… : au total, une quinzaine d’écoles sont citées.
“Souvent, les diplômés d’ESC que nous avons recrutés sont venus à la communication par goût personnel et après une première expérience dans le secteur, observe Valérie Perruchot, du Groupe Axa. Il arrive que les étudiants des écoles de commerce hésitent entre le marketing et la com’ pendant leurs études et qu’ils se décident pour nos métiers après un stage en agence.”
Le point fort de ces diplômés par rapport aux profils plus généralistes (Sciences po, Celsa) : l’expérience du monde de l’entreprise. “Leur formation les rend conscients des enjeux commerciaux et développe leur esprit entrepreneurial. Ils n’ont pas peur de la prise de risques”, remarque Agathe Bousquet, qui cite pour sa part comme établissements l’ESSEC, l’ESCP Europe ou l’EDHEC. “L’atout de celle-ci, ce sont ses enseignements en anglais. Nous avons aussi des collaborateurs qui y donnent des cours à l’année, notamment en e-réputation. D’une façon générale, ces grandes écoles sont au point en matière de digitalisation et de e-influence.”
“Dans la relation client, les diplômés de Sciences po ne sont pas toujours très à l’aise, estime de son côté Bruno Fradin, de Harrison & Wolf. La dimension relationnelle, voire commerciale, leur fait un peu défaut. Ils n’ont pas toujours l’empathie nécessaire pour se mettre à la place du client et comprendre sa situation. Résumé de manière un peu caricaturale, les diplômés d’écoles de commerce sont plus extravertis !”

Des compétences plutôt qu’un diplôme

Au final, il semble que le choix d’un cursus ne fasse pas tout. Ce sont plutôt des compétences particulières qui sont recherchées. Outre la culture générale et les qualités d’expression et de synthèse, mieux vaut être très à l’aise dans un contexte international et connaître si possible trois langues. La maîtrise de l’anglais est, elle, très appréciée. “Pour exercer à la communication du siège, il faut être capable de passer du français à l’anglais lors de l’animation d’une réunion ou sur un contenu rédactionnel”, témoigne Valérie Perruchot. Les 3 derniers stagiaires employés à la communication interne du Groupe Axa étaient ainsi une agrégée d’anglais venant de Normale sup, une diplômée du Celsa et une autre ayant cumulé le Celsa et Rouen Business School. Quant au dernier recruté (embauché comme webmaster), il était diplômé de SKEMA.
Enfin, pour Sophie Crétal, du Groupe Areva, qui cite comme établissements favoris le Celsa, les IEP et l’université, “peu importe le rang de l’école. L’entreprise recherche des jeunes qui savent réfléchir sur tous les sujets d’actualité de façon structurée et méthodique, et pas seulement intuitive ou créative. Mais quand les communicants allient les deux, c’est super !”

Recruteurs : du rêve à la réalité
Si les professionnels déclarent préférer les écoles de communication et les IEP, c'est majoritairement au sein des formations universitaires et des écoles de commerce qu'ils vont piocher leurs recrutés.
Infographie : les recruteurs face aux écoles de communication
En savoir plus
> Le classement des grandes écoles de commerce.

Mathieu Oui
Février 2011

Pour aller plus loin : Métiers de la pub et de la com’ : y'en a pour tous les goûts / Métiers de la com' : futurs diplômés, comment s’armer pour passer la crise / Les écoles de communication préférées des recruteurs / "Dans la com', n'attendez pas que l’on vienne vous chercher. Soyez un peu gonflé !"

Sommaire du dossier
Retour au dossier Les écoles de communication où les professionnels recrutent vraiment