1. Eurobasket 2015 : quels diplômes dans le panier de l’Équipe de France ?

Eurobasket 2015 : quels diplômes dans le panier de l’Équipe de France ?

Envoyer cet article à un ami
L'Équipe de France de l'Eurobasket 2015. Des joueurs diplômés dans leur grande majorité. // © Bellenger/IS/FFBB
L'Équipe de France de l'Eurobasket 2015. Des joueurs diplômés dans leur grande majorité. // © Bellenger/IS/FFBB

Après leur sacre de 2013, les basketteurs français défendent leur titre lors du championnat d’Europe. Si les Bleus sont connus pour leurs performances sur le parquet, on en sait moins sur leur scolarité. L’Etudiant vous dévoile le parcours scolaire de la bande à Tony Parker.

En tant que sportifs de haut niveau, les basketteurs de l'Équipe de France ont dû jongler entre les entraînements et les cours pendant leur scolarité. Si certains sont passés par le prestigieux INSEP (Institut national du sport, de l'expertise et de la performance), d'autres ont choisi le centre de formation de leur club. Au bout, la majorité a décroché un diplôme.

L'INSEP, la voie de l'excellence

De la star Tony Parker au jeune et prometteur Evan Fournier, la moitié des Bleus est passée par le centre fédéral de l'INSEP, dans le bois de Vincennes (75), en région parisienne, où sont formés les futurs champions français. Ils ont intégré l'établissement en seconde et ont suivi une formation sélective de 3 ans comme dans un vrai lycée... ou presque.

"À l'INSEP, ce sont les études qui s'adaptent au statut de sportif", explique Patrick Beesley, directeur technique national du basket français. La preuve, ce sont les professeurs des lycées environnants qui viennent faire cours. 6 heures par jour et les entraînements le reste du temps.

"Après la première année, on ne garde que 70 % de l'effectif", précise Richard Billant, directeur du centre fédéral de basket à l'INSEP. Une sélectivité qui porte ses fruits : le taux de réussite au bac est de 98 %, selon la fédération.

L'alternative : le centre de formation d'un club

"Si un joueur n'est pas admis à l'INSEP, il peut intégrer la filière scolaire du centre de formation de son club", explique Patrick Beesley. Ce fut le choix de Nicolas Batum et de Nando de Colo, entre autres. Au Mans, à Cholet voire à Pau, 6 Bleus ont suivi une scolarité dans un lycée, tout en continuant des entraînements au club. "Les clubs mettent en place des conventions avec des lycées pour avoir des horaires aménagés", ajoute Patrick Beesley.

Au centre de formation, le parcours dure 6 ans. Mais il peut être écourté en fonction des compétences. "Un jeune peut bénéficier d'un contrat pro au bout de 3 ou 4 ans, précise Thierry Chevrier, manager général du Cholet Basket. 4 des 6 joueurs ont obtenu un diplôme du secondaire – BEP ou bac – et ils ont tous terminé leur scolarité.

Après le lycée, ça se complique pour suivre des études. "En devenant professionnels, ils doivent beaucoup s'entraîner. Pas facile à combiner avec le cursus", remarque Patrick Beesley. Titulaire d'un bac S, Charles Kahudi a tenté de suivre un BTS (brevet de technicien supérieur) comptabilité, auquel il a finalement mis un temps mort. Cela dit, les études et le basket ont un point commun. Le temps mort n'est jamais définitif.