1. Environnement : comment choisir son école ?

Environnement : comment choisir son école ?

Envoyer cet article à un ami

Vous vous posez des questions sur les métiers de l’environnement ? Nous les recueillons tout au long de l’année lors des conférences des salons de l’Etudiant à travers toute la France. Roseline Goiran et Dominique Perez, y répondent dans leur ouvrage "Les métiers de l’environnement" (éditions l’Etudiant). Extraits.

Difficile de répertorier "les" meilleures écoles, car les critères ne sont pas forcément les mêmes d’un étudiant à l’autre. Il faut choisir avant tout en fonction de son projet professionnel et de ses inclinations pour un domaine, ainsi que de ses possibilités financières.

Des écoles axées "environnement"
Certains établissements accueillent les étudiants à partir du bac, pour les amener à un bac+2 ou bac+5. Elles permettent ainsi des passerelles pour accéder aux diplômes supérieurs. C’est le cas de l’EME (École des métiers de l’environnement), privée, située à Rennes. Accessible dès le bac S, par une prépa intégrée, elle conduit au diplôme d’ingénieur du génie industriel de l’environnement en contrôle continu. L’EME prépare aussi, après un bac S, STL, STAV, à des BTS (brevet de technicien supérieur) hygiène, propreté, environnement. On peut poursuivre par un DEPS (diplôme d’études professionnelles spécialisées) : gestion de projet en environnement, énergies renouvelables, sciences et techniques de l’eau, puis une intégration est possible dans le cursus ingénieur. De même, l’ISE (Institut supérieur de l’environnement) propose un BTSA (brevet de tecnhicien supérieur agricole) aménagement paysager et un BTSA gestion et protection de la nature, après lesquels il est possible d’intégrer une licence, un master (recherche ou professionnel) ou un cursus d’ingénieur juriste en environnement. On peut aussi accéder à la formation d’ingénieurs directement après un bac S, ES, STI, STL.

Des formations en alternance
Un grand nombre d’écoles proposent, à côté de formations initiales "classiques", des cycles en alternance. Cela peut également être un critère de choix, les frais de scolarité ­atteignant souvent dans les écoles privées plusieurs milliers d’euros par an.

C’est le cas de l’École de l’environnement et du cadre de vie (TECOMAH), qui dépend de la chambre de commerce et d’industrie de Paris. Elle propose des diplômes du BTSA aménagement paysager et GEMEAU(gestion et maîtrise de l’eau) à la licence professionnelle en gestion et management de chantiers d’aménagement de l’espace, ou en gestion durable des eaux pluviales. Les frais de scolarité sont de 1.500€ annuels pour les études à temps plein (BTSA GEMEAU et BTSA aménagement paysager), mais l’école propose également une formation en alternance pour les licences professionnelles et le BTSA GEMEAU.

Au niveau ingénieur
Certaines formations d’ingénieurs offrent également la possibilité de se former en alternance. C’est le cas de l’Institut polytechnique pour les sciences de la Terre, du vivant et de l’environnement de LaSalle-Beauvais. Son campus propose 3 formations d’ingénieurs : bioressources et management ; géologie, énergies et environnement ; alimentation et santé. L’alternance est possible à partir de la troisième année pour les formations en agriculture et alimentation.

De même, l’ENGEES (École nationale du génie de l’eau et de l’environnement) de Strasbourg a ouvert en septembre 2009 une préparation en apprentissage au diplôme d’ingénieur hydraulicien (agricole ou urbain) et en gestion durable des ressources naturelles, accessible à partir d’un bac+2. La formation assure des bases scientifiques, la connaissance des écosystèmes complexes et la gestion de projets.

L’école prépare également à des licences professionnelles en protection de l’environnement et agriculture durable. Les masters proposés sont les suivants : ingénierie et sciences de l’environnement, gestion et droit des énergies et développement durable, géographie environnementale, géotechnique, eau et risques (génie civil).

Des formations publiques
Certains établissements publics offrent notamment l’avantage de ne pas comprendre de frais de scolarité. C’est le cas de l’École du Breuil (arts et techniques du paysage). Celle-ci est dédiée à l’enseignement de l’aménagement paysager, dans un domaine de 25 hectares intégré au jardin botanique de la Ville de Paris. Elle forme au BEPA (brevet d’aptitude professionnelle agricole) aménagement de l’espace, au bac professionnel travaux paysagers, au BTSA aménagement paysager, à une spécialisation en technique du végétal et art du paysage, ainsi qu’à une licence professionnelle en gestion environnementale du paysage végétal urbain. La formation en alternance est possible et permet d’acquérir un diplôme par le biais d’un contrat d’apprentissage.

Des cursus uniques
Certains cursus très spécialisés sont également assez rares, et concernent des métiers de l’environnement spécifiques. Par exemple, l’ENSG (École nationale supérieure de géologie) de Nancy est la seule grande école française de géosciences. Son projet pédagogique s’ancre sur 3 pôles : la formation scientifique et technique de l’ingénieur ; la formation à l’observation et à la compréhension et la modélisation des phénomènes naturels liés à la géosphère ; la formation à l’économie, la gestion et la communication.

L’école propose des formations spécialisées en troisième année – géotechnique-génie civil, gestion de l’environnement, eaux et hydrosystèmes – et des formations d’approfondissement de niveau master. 2 périodes de stage en milieu industriel, en France ou à l’étranger, complètent le cursus.

Dominique Perez et Roseline Goiran

Les métiers de l'environnementLe secteur des métiers de l'environnement vous attire ? Vous voulez connaître le quotidien de ces métiers en détails ? Vous pourrez en savoir plus sur les formations et les débouchés de ce secteur grâce à des conseils de professionnels. Vous trouverez les réponses aux questions que vous pouvez vous poser : "Peut-on travailler dans l’environnement sans le bac ? Quelles sont les études courtes qui donnent accès rapidement à un métier ? Y a-t-il des écoles gratuites ?"Visitez notre librairie en ligne pour commander directement le livre "Les métiers de l’environnement" de Roseline Goiran et Dominique Perez, aux éditions l’Etudiant, 12,90€.
eco-educateur-tvLes métiers de l'environnement en vidéo :

Vidéo : découvrez le métier d'éco-éducateur.

Vidéo : découvrez le métier de responsable d'exploitation traitement des déchets

Vidéo : entretien de recrutement dans l'environnement : les conseils d'un pro
En savoir plus

> Les métiers de l'environnement : vos questions / nos réponses.

> Je souhaite travailler dans la nature, comment faire ?

> Les formations en environnement : vos questions / nos réponses.

> Quelles sont les études courtes qui donnent accès rapidement à un métier ?

> Comment choisir entre 2 formations qui se ressemble ?

> Faut-il pousser les études après un bac+2 / 3 ?


> Les métiers de l'environnement qui offrent le plus de débouchés.

> Anthony Baudin, responsable d'exploitation environnement.

> Le guide des métiers de l'environnement.

> Le guide des études de l’environnement.

> Toutes les formations pour travailler dans le secteur de l'environnement.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Peut-on travailler dans l’environnement sans le bac ? Les études en alternance sont-elles plus efficaces pour trouver un emploi dans l’environnement ? Environnement : faut-il avoir une double compétence ? Peut-on travailler dans l'environnement sans réussir dans les matières scientifiques ? Environnement : peut-on accéder à certains métiers par l'enseignement à distance ? Faut-il maîtriser une langue étrangère pour travailler dans l’environnement ? Environnement : existe-t-il des formations gratuites ? Environnement : comment choisir son école ? Environnement : quels débouchés dans les filières agronomiques et agricoles ? Comment trouver de bons stages dans l’environnement ?