1. Pépite à la fac : le master marketing et communication de Paris 2, en apprentissage pour tout le monde

Pépite à la fac : le master marketing et communication de Paris 2, en apprentissage pour tout le monde

Envoyer cet article à un ami

Pour travailler dans le marketing, mieux vaut faire l’Essec… ou HEC. L’enquête L’Etudiant-Stratégies révèle que les recruteurs affichent une nette préférence pour les diplômés des meilleures écoles de commerce. Les étudiants de la fac n’ont-ils pour autant aucune chance de décrocher le même type de postes ? Le point sur les meilleurs cursus, en business schools ou à l’université.

On n’entre pas dans le master "marketing et communication des entreprises" de Paris-2 (Panthéon Assas) par hasard. Cette formation cotée attire chaque année 900 candidats pour, au total, 40 places. Si ce master est très recherché, c’est notamment en raison de son format : apprentissage pour tout le monde. D’octobre à mars, les étudiants alternent périodes en entreprise du lundi au mercredi et cours à l’université du jeudi au samedi. Une formule très appréciée des recruteurs, qui permet aux étudiants de percevoir une rémunération.

Une insertion rapide

"La moitié des étudiants sont recrutés dans l’entreprise où ils ont effectué leur apprentissage. L’autre moitié est placée dans les 2 mois", évalue Pierre-Louis Dubois, professeur en marketing et responsable du master, bien connu dans le milieu depuis qu’il a présidé l’Association Française du Marketing. Cyril Chassaing, diplômé en 2006, confirme : "Avant même d’être diplômé, j’avais 3 propositions de CDI." se souvient l’ancien étudiant. Il a monté en 2008 son propre cabinet de conseil en marketing et communication, dédié au monde de la finance et du droit, qui compte déjà 7 salariés.

Des grands noms du marketing et de la communication

Parmi ses atouts, ce master a signé depuis sa création en 1999 un partenariat avec l’AACC (Association des agences conseils en communication). Une association professionnelle qui réfléchit à l’évolution de la maquette pédagogique du master, et propose des intervenants. Parmi les enseignants, Philippe Tassi, directeur général de Médiamétrie, Philippe Legendre, directeur délégué de l’Institut de Recherches et d’Etudes Publicitaires, Marie-Pierre Bordet, déléguée générale de l’AACC, Claude Bonnance, directeur de TBWA, ou encore Mercedes Erra, présidente d’Euro-RSCG. Le positionnement du master, au croisement du marketing et de la communication, semble particulièrement adapté à la nouvelle économie du Web, ainsi qu’à des postes de "chef de pub" en agence ou de chargé d’études en instituts.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Marketing : les diplômés d’ESC plus compétitifs pour les entreprises Un master marketing à la fac : forcément moins bien qu’une école de commerce ? Pépite à la fac : le master marketing « 204 » de Dauphine, au niveau des plus grandes écoles Pépite à la fac : le master marketing de l’IAE d’Aix, des cours au top niveau Pépite à la fac : le master marketing de l’UPEC, un format concentré Pépite à la fac : le master marketing et communication de Paris 2, en apprentissage pour tout le monde Pépite à la fac : le master marketing de Paris 1, le poids de la marque Sorbonne Mastères spécialisés en marketing : notre banc d’essai