Écoles de journalisme non reconnues : savoir se démarquer

publié le 21 May 2007
2 min

Si de nombreuses filières mènent au journalisme, certaines permettent de gagner du temps et des contacts pour accéder à ce secteur précaire et fortement concurrentiel.

Multiplication des formations, de qualité inégale. Ces dernières années, le nombre de nouvelles écoles privées préparant au métier de journaliste s’est envolé, avec une qualité de formation très inégale suivant les cas (de 1.500 € à plus de 6.500 € l’année en moyenne). Certaines, comme l’ISCPA (à Paris et Lyon), occupent un créneau délaissé par les "grandes" en plaçant plusieurs de leurs diplômés dans des médias autres que la presse nationale et généraliste. Citons aussi le Studio École de France, qui a formé plusieurs voix célèbres des radios nationales.

Attention au mélange des genres. "Les écoles reconnues ont une vision malthusienne et parfois très universitaire de la formation, observe-t-on à l’ISFJ (Institut supérieur de formation au journalisme) à Paris. Nous poussons nos étudiants à décrocher des stages et des piges pendant leurs études. C’est le cas de la moitié d’entre eux." Il faudra à ces diplômés déployer beaucoup d’énergie pour sortir du lot. De manière générale, méfiance vis-à-vis des établissements qui prétendent vous former au métier en une seule année ou qui mélangent les genres, associant dans un même cursus la communication et le journalisme.

Mathieu Oui

Articles les plus lus

A la Une écoles spécialisées

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !