1. Camille, en 1re année d'AgroParisTech : “Sur le Salon de l'agriculture, j'ai l'impression de voir tous nos cours en action”
Témoignage

Camille, en 1re année d'AgroParisTech : “Sur le Salon de l'agriculture, j'ai l'impression de voir tous nos cours en action”

Envoyer cet article à un ami

Ils sont environ 300 étudiants d'AgroParisTech à être présents sur le Salon de l'agriculture où ils travaillent, neuf jours durant, pour les exposants, institutionnels, associations ou entreprises. Information, orientation, aide à la préparation de produits labellisés… les missions sont diverses. Camille, elle, anime avec d'autres camarades le stand de son école. L'objectif : sensibiliser les enfants aux questions de nutrition, mais aussi parler de sa formation.

Camille, 21 ans, en première année d'AgroParisTech.
Camille, 21 ans, en première année d'AgroParisTech, présente des tests
aromatiques à des enfants, sur le Salon de l'agriculture. // © Sophie Blitman

fleche-rouge Quel a été votre parcours avant d'intégrer AgroParisTech ?

“Je suis entrée à AgroParisTech après trois ans de classe prépa BCPST à Nice. En 3 ½ [c'est-à-dire lors de sa première deuxième année, NDLR], je n'étais admissible à aucune école ; j'ai fait un an de plus et j'ai gagné 2.000 places au concours ! Cela valait le coup de 'cuber'. Ce n'était pas une question de travail, j'avais simplement besoin de plus de temps pour bien assimiler toutes les connaissances.

Après avoir passé les oraux, j'ai pris le temps de réfléchir aux différentes écoles. Avant, je n'avais jamais osé regarder la plaquette d'AgroParisTech qui me paraissait d'un trop haut niveau pour moi... Là, ça devenait possible et l'aspect généraliste de la formation m'a vraiment plu. En première année, on touche un peu à tout, avant de se spécialiser en deuxième année. Pour ma part, je pense me diriger vers le domaine de la gestion des milieux naturels, à moins que je ne choisisse la production.

fleche-rouge Comme dans toutes les écoles d'ingénieurs, la formation théorique est entrecoupée de stages et de projets, mais aussi – et c'est une spécificité d'AgroParisTech – d'une participation au Salon de l'agriculture. Quelle est votre mission ici ?

"Nous sommes 12 élèves à tenir le stand de l'école, sur lequel nous organisons des animations, notamment pour les petits : quiz sur la nutrition, parcours sur tablettes numériques pour comprendre d'où vient ce qu'il y a dans notre assiette, expériences sensorielles... Les enseignants-chercheurs nous ont formés aux protocoles qu'ils ont mis en place et nous faisons faire de petits tests aux enfants pour expliquer comment fonctionnent nos cinq sens.

C'est aussi l'occasion d'informer le public sur les études d'ingénieurs à AgroParisTech : un aspect qui me plaît particulièrement car, quand j'étais au lycée ou en prépa, j'ai beaucoup appris sur les forums, en discutant avec les étudiants qui étaient déjà dans les écoles. Ça rend les études plus concrètes.

fleche-rouge Que vous apporte cette semaine passée au Salon de l'agriculture ?

“C'est une vraie rupture qui nous fait plonger dans un monde que l'on connaît davantage en théorie : quand je me promène dans le Salon, j'ai l'impression de voir tous nos cours en action ! Quant aux animations de sensibilisation que je fais sur le stand, je pense que c'est tout à fait valorisable sur un CV, car ce n'est pas si évident de faire de la vulgarisation scientifique. Je profite donc de cette expérience avant de reprendre les cours, puis de partir pour mon premier stage d'exploitation, dans l'aquaculture, ce qui sera encore très différent.

À consulter aussi

Sur les métiers de l'agriculture
Vidéo : Rémi Beaudoin, conseiller agricole, raconte son métier.
Métiers de l'agriculture : la vraie vie côté champs.
Le guide des métiers de l'agriculture-agroalimentaire.
Quel avenir pour les métiers de l'agriculture ?
Entretien de recrutement dans l'environnement : les conseils d'un pro.

Sur les formations dans l'agriculture 
Le guide des études en agriculture-agronomie.
Se former autrement dans les Maisons Familiales Rurales
Toutes nos fiches BTSA.
Le BTS en viticulture-oenologie selon Aurélien.
L'école d'ingénieurs agronome selon Églantine.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Adrien, 24 ans, éleveur de bovins en Lozère : "Notre exploitation tourne bien avec 50 bovins et 250 brebis" Louise, en 3e année à LaSalle Beauvais : “Ce Salon est un moment idéal pour transmettre notre passion” Célestin Prost, en bac pro technicien conseil et vente en animalerie : “Chaque semaine, nous avons 6 heures de cours d’animalerie” Madeleine, étudiante à l’ESA Angers : "Mon premier stage va se dérouler en Ardèche, chez un éleveur de chèvres" Vétérinaire : un métier qui va du contrôle qualité à l'industrie agroalimentaire ou pharmaceutique Camille, en 1re année d'AgroParisTech : “Sur le Salon de l'agriculture, j'ai l'impression de voir tous nos cours en action” Yelena, en BTS viticulture et œnologie : "Mes parents étaient réticents à l’idée que je m’oriente dans le vin"