1. Célestin Prost, en bac pro technicien conseil et vente en animalerie : “Chaque semaine, nous avons 6 heures de cours d’animalerie”
Témoignage

Célestin Prost, en bac pro technicien conseil et vente en animalerie : “Chaque semaine, nous avons 6 heures de cours d’animalerie”

Envoyer cet article à un ami

Suivant l'exemple de son père qui tient une animalerie à Paris, Célestin sait dès le collège qu'il veut passer sa vie au milieu des animaux. Aujourd'hui à 18 ans, il prépare un bac pro technicien conseil en vente en animalerie en alternance. Rencontre sur le Salon de l'agriculture.


Célestin Prost, 18 ans, en bac pro technicien conseil et vente en animalerie.

Célestin Prost, 18 ans, en bac pro technicien conseil et vente en animalerie : “Les gens viennent pour voir
des vaches, et ils sont tout étonnés de découvrir des serpents !” // © Sandrine Chesnel.

fleche-rouge Comment avez-vous choisi cette orientation ?

J'ai passé mon enfance au milieu des animaux parce que mon père tient l'une des animaleries installées quai de la Mégisserie, à Paris. J'ai grandi entouré de reptiles, de perroquets, de poissons... Dès la 4e, j'ai su que je voulais travailler dans ce milieu, mais je n'avais pas trop de goût pour les études généralistes. C'est mon père qui m'a conseillé de faire le bac professionnel technicien conseil et vente en animalerie et qui a trouvé le CFA (centre de formation d'apprentis) où je prépare mon diplôme en alternance. Je partage donc mon temps entre le CFA Le Buat, à Maule (78), et le magasin de mon père à Paris, où je suis apprenti.

fleche-rouge  En quoi consistent vos études ?

Contrairement à ce que pensent la plupart des jeunes qui arrivent dans ce bac pro sans connaissances du milieu professionnel, nous étudions beaucoup de matières différentes et le niveau est quand même assez élevé. Chaque semaine, nous avons six heures de cours d'animalerie, pour apprendre à s'occuper des animaux, ainsi que des cours de chimie, de biologie, de commerce, de droit... Sans oublier le français et les mathématiques !

Nous préparons aussi des certificats de capacité qui sont nécessaires pour vendre des animaux domestiques (chiens, chats, etc.) et non domestiques (poissons, reptiles, etc.). C'est très complet ! Mais les jeunes qui voudraient faire ce bac pro doivent savoir qu'il ne suffit pas d'aimer les animaux pour le réussir : il faut aussi avoir le sens du contact avec la clientèle.

fleche-rouge Que comptez-vous faire après votre bac pro ?

Continuer mes études pour préparer un BTS (brevet de technicien supérieur), puis faire une formation en zoologie, et un séjour en Angleterre pour parfaire mon anglais. Mon objectif, dans cinq ans, est d'ouvrir ma propre animalerie avec un camarade du lycée. Nous avons déjà prévu de nous installer dans l'ouest de Paris, vers Neuilly [92] ou Courbevoie [92], où il y a beaucoup de clients potentiels mais peu de boutiques spécialisées.

fleche-rouge Pourquoi venir au Salon de l'agriculture ?

Je voulais partager mon intérêt pour la terrariophilie et faire connaître mon école et mon diplôme. C'est très sympa d'être ici parce que les gens viennent pour voir des vaches, et ils sont tout étonnés de découvrir des serpents !

À consulter aussi

Sur les métiers de l'agriculture
Vidéo : Rémi Beaudoin, conseiller agricole, raconte son métier.
Métiers de l'agriculture : la vraie vie côté champs.
Le guide des métiers de l'agriculture-agroalimentaire.
Quel avenir pour les métiers de l'agriculture ?
Entretien de recrutement dans l'environnement : les conseils d'un pro.

Sur les formations dans l'agriculture 
Le guide des études en agriculture-agronomie.
Se former autrement dans les Maisons Familiales Rurales
Toutes nos fiches BTSA.
Le BTS en viticulture-oenologie selon Aurélien.
L'école d'ingénieurs agronome selon Églantine.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Adrien, 24 ans, éleveur de bovins en Lozère : "Notre exploitation tourne bien avec 50 bovins et 250 brebis" Louise, en 3e année à LaSalle Beauvais : “Ce Salon est un moment idéal pour transmettre notre passion” Célestin Prost, en bac pro technicien conseil et vente en animalerie : “Chaque semaine, nous avons 6 heures de cours d’animalerie” Madeleine, étudiante à l’ESA Angers : "Mon premier stage va se dérouler en Ardèche, chez un éleveur de chèvres" Vétérinaire : un métier qui va du contrôle qualité à l'industrie agroalimentaire ou pharmaceutique Camille, en 1re année d'AgroParisTech : “Sur le Salon de l'agriculture, j'ai l'impression de voir tous nos cours en action” Yelena, en BTS viticulture et œnologie : "Mes parents étaient réticents à l’idée que je m’oriente dans le vin"