1. Louise, en 3e année à LaSalle Beauvais : “Ce Salon est un moment idéal pour transmettre notre passion”
Témoignage

Louise, en 3e année à LaSalle Beauvais : “Ce Salon est un moment idéal pour transmettre notre passion”

Envoyer cet article à un ami

En terminale STAV (sciences et technologies de l'agronomie et du vivant), Louise pensait s'orienter vers un BTS ACSE (analyse et conduite des systèmes d'exploitation) et reprendre l'exploitation familiale. Mais ses parents ayant été contraints de vendre leurs vaches, la jeune fille opte finalement pour une école d'ingénieurs afin de s'assurer davantage de débouchés. Pour elle qui participe au Trophée national des lycées agricoles, le Salon de l'agriculture est un rendez-vous à ne pas manquer !

Salon de l'agriculture 2013 : Louise, 20 ans, en 3ème année à LaSalle Beauvais.
Louise, 20 ans, en 3e année à LaSalle Beauvais et présidente
de l'association étudiante Vach'Expo. // © Sophie Blitman.


fleche-rouge Que faites-vous sur le Salon de l'agriculture ?
De 9 h à 14 h, je travaille sur le stand d'une ferme qui produit du fromage, où j'ai fait mon stage de découverte de première année. Le but est, bien sûr, de vendre les produits, mais aussi d'informer le public, d'expliquer comment on fabrique le bray picard, la tomme au foin ou le rollot brayon. Le fromage est vraiment un produit intéressant, et c'est magnifique de voir le lait se transformer !

fleche-rouge En parallèle, vous participez aussi au Trophée national des lycées agricoles.
Oui, au sein de mon école, je suis présidente de l'association étudiante Vach'Expo, qui présente une charolaise et une prim'holstein au Trophée national des lycées agricoles. Le Salon est l'aboutissement d'un travail d'un an : en amont, on prépare des affiches et on conçoit le stand. Une fois sur place, il faut d'abord gérer des aspects administratifs puis bien sûr s'occuper des animaux quand ceux-ci sont arrivés pour les préparer aux épreuves. De 6h à 9h, on les douche, on traie la prim'holstein, on enlève le fumier de la nuit et on repaille. 

Puis viennent les épreuves : pour la race laitière, c'est le clippage, qui consiste à tondre la vache en faisant une ligne de dos pour que celui-ci apparaisse le plus plat possible. Pour la charolaise, c'est le toilettage : on tond seulement le haut de la queue et du front. Ailleurs, on ébouriffe le poil pour donner un volume maximal. Enfin, on passe sur le ring avec les animaux. Le jury nous évalue sur la vue d'ensemble, mais aussi sur le respect des consignes de sécurité. C'est un moment idéal pour partager nos connaissances et transmettre notre passion au grand public !

fleche-rouge Et côté professionnel, comment envisagez-vous votre avenir ?
J'aimerais rester dans le domaine de la production laitière et conseiller les agriculteurs sur l'alimentation, le confort ou la reproduction des vaches, en fonction des résultats obtenus dans le cadre du contrôle laitier. Dans cette perspective, être diplômée d'une école d'ingénieurs est un plus, puisque cela permet d'occuper un poste d'ingénieur conseil.

À consulter aussi

Sur les métiers de l'agriculture
Vidéo : Rémi Beaudoin, conseiller agricole, raconte son métier.
Métiers de l'agriculture : la vraie vie côté champs.
Le guide des métiers de l'agriculture-agroalimentaire.
Quel avenir pour les métiers de l'agriculture ?
Entretien de recrutement dans l'environnement : les conseils d'un pro.

Sur les formations dans l'agriculture 
Le guide des études en agriculture-agronomie.
Se former autrement dans les Maisons Familiales Rurales
Toutes nos fiches BTSA.
Le BTS en viticulture-oenologie selon Aurélien.
L'école d'ingénieurs agronome selon Églantine.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Adrien, 24 ans, éleveur de bovins en Lozère : "Notre exploitation tourne bien avec 50 bovins et 250 brebis" Louise, en 3e année à LaSalle Beauvais : “Ce Salon est un moment idéal pour transmettre notre passion” Célestin Prost, en bac pro technicien conseil et vente en animalerie : “Chaque semaine, nous avons 6 heures de cours d’animalerie” Madeleine, étudiante à l’ESA Angers : "Mon premier stage va se dérouler en Ardèche, chez un éleveur de chèvres" Vétérinaire : un métier qui va du contrôle qualité à l'industrie agroalimentaire ou pharmaceutique Camille, en 1re année d'AgroParisTech : “Sur le Salon de l'agriculture, j'ai l'impression de voir tous nos cours en action” Yelena, en BTS viticulture et œnologie : "Mes parents étaient réticents à l’idée que je m’oriente dans le vin"