Vétérinaire : un métier qui va du contrôle qualité à l'industrie agroalimentaire ou pharmaceutique

Par Sophie Blitman, publié le 25 Février 2013
4 min

Pour expliquer le métier de vétérinaire aux petits, le syndicat national des vétérinaires d'exercice libéral (SNVEL) a conçu, sur le Salon de l'agriculture, un parcours pédagogique avec non pas de vrais animaux, mais des peluches ! Rencontre avec deux des étudiants qui accueillent les enfants.

Comment expliquer aux enfants le métier de vétérinaire ? Avec des peluches...

Comment expliquer aux enfants le métier de vétérinaire ?
Avec des peluches... // © Sophie Blitman

Le chenil où attendent les animaux, la salle de préparation pour les opérations non stériles, la salle de consultation dotée d'instruments de radiologie et d'échographie, le laboratoire pour les analyses de sang et, bien sûr, le bloc chirurgical : c'est un bon panel des différentes activités du vétérinaire qui est représenté à travers ce parcours miniature destiné aux enfants. Des étudiants sont là pour accompagner les visiteurs et répondre à leurs questions.

"Une petite fille m'a dit que son chat allait être opéré demain, j'ai essayé de la rassurer", témoigne Mathilde, 21 ans, en troisième année de l'École nationale vétérinaire de Toulouse. Elle-même se souvient de sa première opération : "la stérilisation d'une minette, ça m'a marquée ! Il faut faire l'anesthésie générale, mais surtout ouvrir le ventre et retirer les ovaires. Bien sûr, on est guidés, mais au début, ça fait drôle quand même..."

"Venir au Salon de l'agriculture, le rêve de tous les étudiants véto !"

Mathilde, 21 ans, en troisième année de l'Ecole nationale vétérinaire de Toulouse.

Mathilde, 21 ans, en troisième année de l'École nationale vétérinaire de Toulouse. // © Sophie Blitman


Comme la plupart des étudiants de cette filière, cela fait des années que Mathilde avait envie de devenir vétérinaire. Après son bac S, elle se dirige donc vers une prépa BCPST et rejoint l'école de Toulouse. Après deux premières années très théoriques durant lesquelles "on ne touche que des animaux de TP", la jeune fille apprécie de passer désormais son temps entre les cours et la clinique, où elle travaille à moitié sur les ruminants, à moitié sur les chiens, chats mais aussi les "NAC", comprenez les "nouveaux animaux de compagnie" : lapins, furets, serpents et autres aigles... Une facette du métier qu'elle n'imaginait pas forcément.

Simon, 23 ans, en troisième année de l'école vétérinaire d'Oniris à Nantes.

Simon, 23 ans, en troisième année de l'école vétérinaire d'Oniris à Nantes.// © Sophie Blitman


Pas plus que Simon, en troisième année de l'école vétérinaire d'Oniris à Nantes, n'aurait pensé vouloir se spécialiser dans les poules. "On a souvent une image très conventionnelle du vétérinaire. En école, on découvre qu'il s'agit d'un métier très vaste qui va du contrôle qualité dans les abattoirs à l'industrie agro-alimentaire ou pharmaceutique", souligne l'étudiant de 23 ans, ravi de pouvoir, à son tour, faire découvrir cette formation et ce métier.

Rencontre avec le public, mais aussi plongée dans une ambiance à la fois professionnelle et conviviale, et avoir la possibilité de voir toutes les races d'animaux : "venir au Salon de l'agriculture, c'est le rêve de tous les étudiants vétos !", sourit Mathilde.

À consulter aussi

Sur les métiers de l'agriculture
Vidéo : Rémi Beaudoin, conseiller agricole, raconte son métier.
Métiers de l'agriculture : la vraie vie côté champs.
Le guide des métiers de l'agriculture-agroalimentaire.
Quel avenir pour les métiers de l'agriculture ?
Entretien de recrutement dans l'environnement : les conseils d'un pro.

Sur les formations dans l'agriculture 
Le guide des études en agriculture-agronomie.
Se former autrement dans les Maisons Familiales Rurales
Toutes nos fiches BTSA.
Le BTS en viticulture-oenologie selon Aurélien.
L'école d'ingénieurs agronome selon Églantine.

Articles les plus lus

A la Une écoles spécialisées

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !