1. Le métier de grand reporter n’est-il pas trop dangereux ?

Le métier de grand reporter n’est-il pas trop dangereux ?

Envoyer cet article à un ami

Radio, télé, ciné, animation, ou maquillage : vous nous avez posé des questions sur les formations et les métiers de l'audiovisuel lors des salons de l'Etudiant. Des inscriptions dans les écoles aux débouchés dans le secteur, les réponses extraites du livre d'Isabelle Maradan "Les Métiers de l'Audiovisuel", paru aux éditions l'Etudiant.

D’après Nathalie Bourrus, rêver d’être grand reporter aujourd’hui ne signifie plus la même chose qu’avant, car les conditions de travail ont changé. "Depuis l’enlèvement de Florence Aubenas, le service public préfère éviter d’envoyer quelqu’un en Irak. Les directions ont écouté le langage de la peur et du coût des otages. Maintenant, on invite des experts au lieu d’envoyer des reporters sur place. Et les débats entre personnes qui évoquent des choses jamais vues prennent la place des témoignages." Les missions sont plus courtes et, pour des questions de sécurité et de coûts, les rédactions préfèrent que les journalistes voyagent avec un ministre. Pour Nathalie, les aspirants actuels au grand reportage sont moins "voyous". "Quand j’ai commencé, on voulait savoir si j’étais assez motivée et forte pour supporter des conditions de reportage difficiles. Aujourd’hui, on va préférer embaucher quelqu’un qui ne fait pas de vague à quelqu’un qui insiste pour aller en reportage pour faire son métier de journaliste", déplore le grand reporter.


Ne pas confondre tournage et tourisme

 
Pour le chef opérateur aussi, les choses ont changé. Du côté des moyens surtout. Dans 80 % des cas, Christophe Busché gère aujourd’hui le son en plus de l’image, parce que les productions font l’économie d’un ingénieur du son en reportage. Ses voyages professionnels ont toujours été à 1000 lieues du tourisme, mais les conditions ont tendance à se dégrader. "Un tournage, c’est toujours très intense. Faire des reportages, ce n’est pas faire du tourisme. On n’est pas là pour voir du pays. Mais depuis un certain temps, les tournages sont plus speed. Le nombre de jours sur place a tendance à diminuer. Et on tourne de plus en plus. Du coup, on se retrouve souvent 8 heures par jour avec une caméra sur l’épaule. Tout en gérant les déplacements, horaires, rendez-vous et contraintes climatiques. Comme si la quantité de rushes était un gage de qualité !", se désole le cameraman. Il doit aujourd’hui négocier pour que le jour de déplacement soit payé. Si vous le croisez à l’aéroport, vous le verrez charrier environ 30 kg de matériel : caméra, batterie, cassette, lumière...


Un mode de vie difficilement compatible avec une vie de famille

 
Après avoir exercé essentiellement comme chef opérateur de prises de vues, Christophe privilégie désormais la réalisation "pour partir moins et aller davantage au fond des choses, de l’idée au montage". Aujourd’hui, il passe les temps d’enquête et de montage de ses sujets à Paris, soit les deux tiers du temps consacré à la réalisation d’un reportage. "Le problème quand j’étais uniquement chef opérateur, c’est que je devais partir pour travailler. Parfois très loin, souvent plusieurs jours ou semaines. Et si j’étais chez moi, c’est parce que je n’avais pas de travail. Ce qui finit par être très étrange", confie Christophe Busché. Avec des dates de tournage toujours imprévisibles, le chef opérateur devait faire preuve de souplesse et de réactivité. Carnet de vaccination toujours à jour et passeport valide. Un mode de vie qui pouvait convenir aux aspirations du jeune célibataire et se mariait moins bien avec une vie de famille en construction.


Les grands reportages, c’était toute la vie de Nathalie

 
À 43 ans, Nathalie a eu son premier enfant. Une idée longtemps reportée, au profit des grands reportages. "Partir la moitié de l’année pendant 6 ou 7 ans, c’était toute ma vie. Je n’avais rien construit. Vers 37?ans, j’ai commencé à avoir très envie d’un enfant, sans trop savoir par quel bout prendre les choses. Je n’avais pas d’homme dans ma vie. Et pas l’intention de faire un bébé toute seule", explique Nathalie. Indépendante et passionnée par son métier, la journaliste reconnaît avoir éprouvé une certaine saturation. "Quand tu rentres de reportage et que tu es seule alors que tu ressens le besoin que l’on te prenne dans les bras, ça ne va pas." Elle s’emploie désormais à construire une vie de couple avec le père du petit garçon. Et vit une nouvelle aventure.


Des univers intéressants à côté de chez soi

 
De son côté, Christophe Busché, père de 2 enfants, a troqué le zapping sur le globe contre une vie de famille et des satisfactions professionnelles d’un nouveau genre. Il propose aujourd’hui ses idées de documentaires, recherche ses personnages, filme et finalise ses sujets. Affirmant sa préférence pour les longs formats, qui lui permettent de prendre le temps de s’immerger dans un univers, le réalisateur travaille en ce moment sur un documentaire de 80 minutes pour M6 sur les adolescents, l’amour et la sexualité. Quatre mois de travail avec des tournages en France, exclusivement. La distance n’est plus un gage de qualité pour celui qui affirme aujourd’hui qu’il y a de très belles histoires à côté de chez soi.


Filmer pour d’autres, c’est partir un peu

 
Entre deux sujets qu’il réalise, le chef opérateur reprend sa caméra pour d’autres réalisateurs et boucle encore sa valise dans son costume de pigiste. "J’ai tourné un Thalassa en Albanie au mois de septembre 2009", raconte-t-il. Aujourd’hui, Christophe avoue avoir de temps en temps des envies de cinéma, mais être "un peu effrayé par un monde que je ne connais pas et dont je n’ai pas les codes". Il ne connaît d’ailleurs aucun réalisateur de documentaires qui soit passé au long métrage pour le cinéma. "C’est plus un fantasme qu’autre chose", reconnaît-il. Un fantasme qui se révèlera peut-être aussi moteur que celui qui l’a mené sur les routes du monde il y a 18 ans. 
 

Les métiers de l'audiovisuel // (c)POUR ALLER PLUS LOIN

À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Les Métiers de l'Audiovisuel", par Isabelle Maradan.


Sommaire du dossier
Retour au dossier Comment travailler dans les métiers de la télévision, du cinéma et de la radio ? Quels sont les métiers de l'ombre, dans la production audiovisuelle ? Peut-on travailler dans l’audiovisuel sans avoir un statut précaire ? Que va devenir le statut des intermittents du spectacle ? Comment trouver des stages ou un premier job dans l’audiovisuel ? Dans l’audiovisuel, quels sont les métiers en rapport avec le son ? En quoi consiste le métier de producteur d’émissions de radio ? Témoignages de pros : le métier de producteur audiovisuel Comment commencer dans la production ? Peut-on réussir dans le milieu de la télévision si on n'a aucune relation ? Faut-il être journaliste pour présenter une émission de télé ou de radio ? Le témoignage de Mélissa Theuriau Comment devenir reporter ? Le métier de grand reporter n’est-il pas trop dangereux ? Quelle différence entre les métiers d'image à la télévision et au cinéma ? (Partie 1) Quelle différence entre les métiers d'image à la télévision et au cinéma ? (Partie 2) Quelles sont les différences entre un monteur pour la télé et un monteur pour le cinéma ? Un monteur peut-il travailler à la fois pour des pubs, clips, documentaires, reportages, courts et longs métrages ? Monteur, une sorte de réalisateur ? Décorateur, maquilleur, styliste et coiffeur peuvent-ils travailler pour la télé comme pour le cinéma ? Quel est le quotidien d’une maquilleuse pour le ciné et la télé ? Quel est le quotidien d’un décorateur pour le ciné et la télé ? Quel est le quotidien d’un coiffeur pour le ciné et la télé ? Quel est le quotidien d’un habilleur pour le ciné et la télé ? Le piston dans le cinéma : mythe ou réalité ? Comment faire un premier film en tant que réalisateur ? Y a-t-il des écoles qui ouvrent à coup sûr les portes du monde du cinéma ? Cinéma d'animation contre cinéma classique : lequel a plus de débouchés ? Comment choisir sa formation aux métiers de l’animation ? Faut-il avoir suivi l’option cinéma-audiovisuel au bac pour être pris en BTS métiers de l’audiovisuel ? Faut-il un bac S pour entrer en BTS métiers de l’audiovisuel ? L’alternance dans l'audiovisuel : un bon moyen de se constituer un réseau pour trouver un emploi ? BTS métiers de l'audiovisuel : privé ou public ? Quel coût ? Que vaut le diplôme d’une école privée en audiovisuel ? Les formations universitaires d’audiovisuel sont-elles reconnues ?