Un monteur peut-il travailler à la fois pour des pubs, clips, documentaires, reportages, courts et longs métrages ?

Par Isabelle Maradan, publié le 20 Avril 2011
3 min

Radio, télé, ciné, animation, ou maquillage : vous nous avez posé des questions sur les formations et les métiers de l'audiovisuel lors des salons de l'Etudiant. Des inscriptions dans les écoles aux débouchés dans le secteur, les réponses extraites du livre d'Isabelle Maradan "Les Métiers de l'Audiovisuel", paru aux éditions l'Etudiant.

"Avant, très peu de personnes savaient monter pour le cinéma ou la télé. La différence entre la vidéo et la pellicule voulait encore dire quelque chose. Il y avait même une petite guéguerre entre les deux mondes", note Stéphane Elmadjian, dans le montage depuis 25 ans. Aujourd’hui, vous pouvez apprendre le montage chez vous, avec des logiciels comme Avid et Final Cut Pro, qu’utilise Stéphane. Ce n’est donc plus la technique qui sépare les deux mondes. En théorie vous pouvez donc tout monter. Mais attention ! Si le fossé n’est plus techniquement infranchissable entre télévision et cinéma, les exigences ne sont pas les mêmes et les réseaux professionnels non plus.


Plus facile d’aller du cinéma vers la télé

 
D’autant que le métier de monteur ne se résume pas à la maîtrise de la technique. "La machine, c’est juste le stylo, et ce n’est pas parce que tu sais te servir d’un stylo que tu sais écrire", compare Alexis Barbier-Bouvet, monteur de documentaires pour la télévision. En dehors du travail de narration, qui reste votre principal souci en tant que monteur, il faut savoir que les attentes ne sont pas les mêmes pour un documentaire télévisé ou un long métrage. Venant du cinéma, Stéphane Elmadjian a dû s’adapter aux contraintes différentes de la télé, à savoir la dimension didactique du documentaire, le format bien précis et imposé (puisqu’un programme télé de 90 minutes, par exemple, ne peut absolument pas faire plus !) et l’intervention du diffuseur sur le montage. Même si les deux chemins nécessitent des adaptations, il vous sera a priori plus simple de passer, comme Stéphane, du cinéma au documentaire télé que l’inverse. D’après lui, c’est parce que le cinéma est le plus exigeant des deux. "D’un point de vue qu’on pourrait qualifier d’artisanal, avance le chef monteur, je dirais qu’il faut être plus précis pour le cinéma que pour la télé. Sur les coupes, le rythme, le mixage, le son…" 
 

Les métiers de l'audiovisuel // (c)POUR ALLER PLUS LOIN

À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Les Métiers de l'Audiovisuel", par Isabelle Maradan.


Articles les plus lus

A la Une écoles spécialisées

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !