1. Supérieur
  2. Ecoles spécialisées
  3. Lili Nguyen, nail artist : passionnée jusqu’au bout des ongles
Portrait

Lili Nguyen, nail artist : passionnée jusqu’au bout des ongles

Envoyer cet article à un ami
Lili Nguyen, une nail artist à Paris, inspirée par Los Angeles. // © William Falla
Lili Nguyen, une nail artist à Paris, inspirée par Los Angeles. // © William Falla

LES JEUNES ONT DE L'AVENIR. À 25 ans, Lili Nguyen fait du "nail art" : de la décoration sur les ongles. Repérée sur les réseaux sociaux, elle parvient aujourd'hui à conjuguer travail et passion.

Le nail art ? "C'est incroyable, c'est vraiment une expression de sa personnalité à travers ses ongles !" En 2010, Lili découvrait cet "art de décorer les ongles", encore peu connu en France. Elle avait alors 19 ans et n'était pas franchement décidée sur ce qu'elle comptait faire dans la vie. "J'ai passé mes années de lycée à dessiner au lieu d'écouter en cours. Après mon bac STMG, passé dans les Hauts-de-Seine, je n'ai pas fait d'études supérieures, parce que je ne savais pas du tout quoi faire. Je savais que je voulais faire quelque chose de créatif, mais je n'avais pas vraiment d'idée définie. J'en avais un peu marre de l'école donc j'ai pris un boulot dans la vente, dans un magasin de vêtements."

De la passion au métier

C'est sur Internet, grâce à Tumblr, que Lili a alors découvert ce qu'était le nail art. Coup de cœur ! Quelques essais sur elle et sur ses copines plus tard, elle en était sûre : elle allait faire de sa nouvelle passion son métier. "Je me suis un peu lancée là-dedans à l'aveugle et... j'ai trouvé ça merveilleux. Aujourd'hui, je me lève chaque jour pour faire des choses que j'aime. Et je sais que du matin au soir, le lendemain, le surlendemain, la semaine suivante... j'aimerai toujours ce que je fais."

Création originale de Lili Nguyen en photo sur son site thisisvenice.fr.

Un mash-up de girly et de gangsta

Tout a été assez vite pour Lili. Remarquée sur les réseaux sociaux, elle a rapidement séduit la presse féminine et ouvert un petit salon sur Paris en 2013.
Son style ? À l'image de sa personnalité : "C'est un mélange de pop, de hip-hop, de Los Angeles, de Paris, de Tokyo. Un gros mash-up de girly et de gangsta !"

Et girly, contrairement à ce que l'on pourrait penser, les filles qui viennent la voir ne le sont pas forcément... "Ce qui est drôle, c'est que j'ai vraiment une clientèle très variée : des nanas hyper excentriques, avec un style très marqué, mais aussi des jeunes filles plutôt classiques, étudiantes à Sciences po, d'autres qui bossent dans la compta... Le nail art, c'est vraiment pour tout le monde."

Fibre artistique et patience

Quand on est plutôt du genre discrète, pourquoi ne pas oser la petite touche d'originalité au bout des doigts ? "Certaines clientes savent tout de suite ce qu'elles veulent, raconte Lili, quel motif, quelle couleur, quel ongle. D'autres ont juste une idée de thème : "Alice au pays des merveilles", Matisse... Ou envie d'une couleur." Pour d'autres encore, c'est la liberté totale. "J'adore créer, dessiner et voir les gens apprécier mon travail ! Cela me donne encore plus envie de continuer."

Les qualités d'un bon nail artist ? Une fibre artistique, mais aussi beaucoup de patience : "Il y a beaucoup de détails. C'est long. Il faut beaucoup de concentration. Beaucoup de passion aussi !" Et de la passion, aucun doute là-dessus, Lili en a ! "Je ne changerais de métier pour rien au monde", confie la jeune femme. À 25 ans, son rêve est aujourd'hui de faire la preuve de son talent aux États-Unis.

Pour aller plus loin : Écoles d'art : réussir votre rentrée en MANAA / Ma vie d’étudiant à l’école d'arts de Paris-Cergy : Hubert, la photo dans la peau / Faire une école d'art avec un petit budget, c'est possible ! / Métiers de l’édition : ils gravitent autour de la planète manga