Ma vie d’étudiant en expertise-comptable : Martin, 25 ans, à l’INTEC (Paris)

publié le 16 Août 2012
4 min

À 25 ans, Martin est étudiant en expertise-comptable à l’INTEC (Institut national des techniques économiques et comptables), à Paris. Élève apprenti, il partage son temps entre son école et le cabinet où il travaille depuis 2 ans. Un emploi du temps bien chargé pour cet étudiant qui souhaite devenir expert-comptable depuis la classe de troisième.

C’est au collège que Martin commence à s’intéresser aux métiers de la comptabilité. En 3e, celui-ci effectue un test dans un cabinet d’orientation. "Le test a révélé que j’avais des compétences pour les métiers du chiffre". À l’époque, il effectue donc son premier stage dans le secteur de la compta. Martin vise déjà un métier précis : celui d’expert-comptable, le plus haut niveau dans l’expertise-comptable, "pour que cela m’ouvre le plus de portes possibles sur le marché de l’emploi".

Par la suite, le parcours de cet étudiant de 25 ans est – comme il le signale lui-même – "plutôt linéaire". Il passe un baccalauréat STT (ex-STG, sciences et technologies de gestion) comptabilité puis un BTS (brevet de technicien supérieur) comptabilité et gestion.

Plus de concret en BTS
L’enseignement en BTS lui fait découvrir de nouvelles matières comme la fiscalité ou l’informatique. "Cela devient plus concret qu’au lycée." C’est lors des 8 semaines de stage programmées dans sa formation qu’il découvre le cabinet Pichon Expérience, dans lequel il achève aujourd’hui son contrat en apprentissage. Son BTS en poche, en 2007, il a la possibilité d’arrêter ses études. Mais Martin décide de continuer. "Cela me plaisait", déclare-t-il. L’étudiant poursuit donc sa formation dans la filière comptable.
 

Martin vise déjà un métier précis : celui d’expert-comptable, le plus haut niveau dans l’expertise-comptable.
 
Devenir expert comptable : encore 8 ans d’études
Martin prépare d’abord le DCG (diplôme de comptabilité et de gestion), qui équivaut à une licence, à l’INTEC (Institut national des techniques économiques et comptables) Paris lien article 2. Il l’obtient en 2010. Depuis, il prépare le DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion), qui équivaut à un master. Il devrait obtenir ses résultats en décembre 2012. "Le DSCG reste le diplôme le plus compliqué dans le cycle d’expertise-comptable. Tout au long du parcours, il y a un écrémage des étudiants. Les exigences lors des examens deviennent de plus en plus élevées".
 
Une fois le DSCG en poche, la suite s’annonce plus facile aux yeux de Martin. "Après le DSCG, 80 % de ceux qui se présentent à l’étape suivante, le DEC (diplôme d’expert-comptable), sont reçus." Trois années de stage professionnel et un examen sont nécessaires pour valider le DEC, ainsi que quelques formations "plutôt axées sur la déontologie".

À consulter aussi

Vidéo : zoom sur le métier d'expert-comptable.
- Expertise-comptable : les conseils des recruteurs en vidéo.
- Consultez le guide des études de comptabilité.
- Découvrez toutes les formations pour travailler dans la comptabilité.
- Le témoignage de Sacha Ivanovic, expert-comptable.
Sachez comment postuler dans l’audit et la comptabilité.
- Des exemples de lettres de motivation pour l'expertise-comptable.

Mathilde Brochard
Juillet 2012

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une écoles spécialisées

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !