1. L’EEMI : l’école fondée par des stars du Web
Bancs d’essai

L’EEMI : l’école fondée par des stars du Web

Envoyer cet article à un ami

Les écoles menant aux métiers du Web ont le vent en poupe. Après le raz de marée de la rentrée 2011, qui a vu naître 3 écoles de commerce centrées sur les métiers de l’Internet, 3 nouvelles écoles spécialisées ont été créées fin 2012. À quoi proposent-elles de se former ? Analyse et revue de détail, établissement par établissement, de ce qui vous y attend. En partenariat avec FrenchWeb, le magazine des professionnels du Web.

Le concept

L'EEMI (École européenne des métiers de l'Internet) a été lancée en septembre 2011 par 3 célébrités du web-business : Jacques-Antoine Granjon, le fondateur de vente-privee.com ; Marc Simoncini, le créateur de Meetic, et Xavier Niel, le patron de Free. Postbac, en 3 ans, elle est très professionnalisante puisqu'elle propose de nombreuses études de cas, des projets d'entreprise et des interventions de professionnels. Elle est installée au sein du palais Brongniart, dans le centre de Paris.

Le tarif

La 1re année constitue un tronc commun d'enseignement aux métiers du Net. Un premier bloc d'enseignement technique (2/3 des cours) est consacré à la connaissance de l'entreprise, à celle du marché et aux outils et technologies de l'information. Un second bloc (1/3 des cours) est dédié à l'enseignement général, avec des cours de français, d'anglais, de con­naissance du monde con­temporain et de connaissances graphiques.

Dès la 2e année, les étudiants choisissent une spécialisation : e-marketing et communication ; webdesign ; programmation et développement Web. Des stages sont prévus tout au long du cursus (1 mois au moins en 1re année, 4 mois en 2e année, 6 mois en 3e année). Par ailleurs, les programmes de l'EEMI s'adaptent aux besoins des recruteurs, via, chaque semestre, la réunion d'un comité qui avertit l'école sur les nouvelles compétences recherchées.

Comptez 8.000 € par an. L'EEMI a négocié des accords avec certaines banques, permettant aux étudiants de bénéficier de prêts à taux avantageux.

La sélection

Ouvert aux titulaires des bacs ES, L, S, STI2D (correspondant à l'ex-bac STI) et STG, le concours se fait sur dossier doublé d'un entretien de moti­vation. En 2011-2012, la 1re promotion de l'EEMI a compté 120 étudiants. Un nombre équivalent est prévu pour la prochaine rentrée. Pour postuler, consulter le site de l'EEMI.

Notre avis

Points forts
[+] Un carnet d'adresses précieux ainsi qu'un « gage » de réussite apportés par les fondateurs de l'EEMI, trois « stars » du Web.
[+] Une forte possibilité de recrutement des bons éléments de l'école dans les trois sociétés des fondateurs.
[+] Des locaux situés sur un site d’exception, en plein cœur de Paris, consacré à l’innovation ainsi qu’aux nouvelles technologies.

Points faibles
[-] L'école n'appartient à aucun groupe ou structure d'enseignement supérieur.
[-] Des frais de scolarité élevés.
[-] Pas de séjour d’études à l’étranger.
[-] Non reconnue par l’État, elle ne permet donc pas de toucher une bourse du CROUS.

Diana : “Les témoignages des professionnels en première année ont été une révélation”

Diana, EEMI

© ZIR


À 20 ans, Diana est en 2e année à l'EEMI. Après un bac ES et une première année de prépa en arts appliqués, elle se réoriente vers cette école, attirée par "l'assurance de disposer d'un réseau professionnel complet". D'abord intéressée par le webdesign, elle est aujourd'hui spécialisée en webmarketing : "Les témoignages de professionnels en première année ont été une révélation", explique-t-elle.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Nouvelles écoles de l'Internet : avis aux futurs pros du Web L’EEMI : l’école fondée par des stars du Web Sup'Internet : 3 filières pour 3 familles de métiers L’ESCEN : une école de commerce purement Web La Web School Factory : le fruit de 3 écoles ECITV : pour allier Web et audiovisuel SupdeWeb : pour un cursus en anglais Bachelor TEM : la petite sœur high tech de Telecom école de management Quelles formations en dehors des écoles de l'Internet ?