1. SupdeWeb : pour un cursus en anglais
Bancs d’essai

SupdeWeb : pour un cursus en anglais

Envoyer cet article à un ami

Les écoles menant aux métiers du Web ont le vent en poupe. Après le raz de marée de la rentrée 2011, qui a vu naître 3 écoles de commerce centrées sur les métiers de l’Internet, 3 nouvelles écoles spécialisées ont été créées fin 2012. À quoi proposent-elles de se former ? Analyse et revue de détail, établissement par établissement, de ce qui vous y attend. En partenariat avec FrenchWeb, le magazine des professionnels du Web.

Le concept

SupdeWeb est une école en 3 ou 5 ans de MediaSchoolgroup, qui comprend l'ECS (European Communication School) et l'IEJ (Institut européen de journalisme). Ses 3 cycles "bachelor" forment les étudiants au développement des interfaces digitales, à la création de contenus et au community management, au e-marketing et au e-commerce. Ses 3 cycles "mastère" forment à l'entreprenariat Web (start-up dédiée au digital), au e-commerce et à la communication digitale. L'école se situe à 100 mètres de l'ECS, avec l'IEJ.

Au programme

La 1re année, les élèves étudient les bases du Net et découvrent les métiers du Web. "Certains veulent devenir community managers, car ils ne connaissent pas encore les autres métiers", explique Alexia Moity, la directrice de l'école. La 2e année est un premier pas vers la spécialisation, avec le choix d'une des 3 options proposées, correspondant chacune à un des cycles bachelor, selon un profil e-marketing ou spécialiste de contenus. En troisième année, la spécialisation est complète. 

Particularité de l'école : l'accent est mis sur l'anglais, avec des cours d'anglais dès la 1re année. La dernière année de bachelor et celles de mastère se font en contrat de professionnalisation ou en stage alterné, 4 jours en entreprise, 1 jour à l'école.

Le tarif

Comptez 6.200 € par an. Il existe des facilités d’emprunt avec la banque HSBC.

La sélection

Elle se fait sur CV, sur un test écrit (QCM de culture digitale, de culture générale et d'anglais), puis sur un entretien de motivation. "Pour l'instant, 70 % des candidats sont admis", précise Alexia Moity. L'école devrait accueillir 60 élèves en 1re année en 2013. Pour postuler, consulter le site de SupdeWeb.

Notre avis

Points forts
[+] La découverte de tous les métiers du Web en 1re année avant une spécialisation progressive.
[+] L'accent mis sur l'anglais avec des cours en anglais.
[+] L'obtention, à bac+5, des titres certifiés RNCP de l'ECS.
[+] Le comité de pilotage de l'école, composé de grandes entreprises (Google, Lagardère, Disney, Canal +, etc.).

Points faibles
[-] Pas de séjour d'études à l'étranger.
[-] Pour les élèves sans contrat de professionnalisation, et qui ne verront donc pas leurs frais de scolarité pris en charge par une entreprise, une scolarité au coût élevé (un seul jour de cours par semaine en dernière année de cycle bachelor et pour chaque année de mastère).
[-] 
Non reconnue par l’État, SupdeWeb ne permet pas de toucher une bourse du CROUS.

Rebecca : “La langue du Web, c'est l'anglais”

Rebecca- SupdeWeb

© Florence Levillain


"La langue du Web, c'est l'anglais" : c'est pour les langues que Rebecca a choisi SupdeWeb. Après un bac ES, 2 ans en psycho et 1 année scolaire à Londres, elle fait partie de la 1re promotion de cette nouvelle école du Web. Elle se spécialise dans l'e-marketing et l'e-commerce, secteurs qui l'attirent depuis son expérience dans une régie publicitaire.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Nouvelles écoles de l'Internet : avis aux futurs pros du Web L’EEMI : l’école fondée par des stars du Web Sup'Internet : 3 filières pour 3 familles de métiers L’ESCEN : une école de commerce purement Web La Web School Factory : le fruit de 3 écoles ECITV : pour allier Web et audiovisuel SupdeWeb : pour un cursus en anglais Bachelor TEM : la petite sœur high tech de Telecom école de management Quelles formations en dehors des écoles de l'Internet ?