1. Prépa ESJ Bondy : "Elle m' a aidée à dédramatiser les concours de journalisme"

Prépa ESJ Bondy : "Elle m' a aidée à dédramatiser les concours de journalisme"

Envoyer cet article à un ami

Vous avez encore jusqu'au 31 juillet 2010 pour postuler à la prépa « Egalité des chances » aux concours de journalisme proposée par le Bondy blog et l'ESJ Lille. Entièrement gratuite, celle-ci est accessible aux  étudiants boursiers, titulaires d’un bac + 2, avec un bon dossier scolaire. Voici le témoignage de Faïza Zerouala, l’une des étudiantes de la première promotion, qui vient d'être admise à l'IPJ Paris. 


« A force de s’entraîner toute l’année, à faire des quiz d’actualité et des concours blancs, on apprend à dédramatiser les épreuves qui deviennent un peu la routine », raconte Faïza Zerouala, 26 ans, l’une des bénéficiaires de la première prépa « égalité des chances » organisée par le Bondy-blog et l’ESJ de Lille. Comme Faïza, ils sont 19 à bûcher depuis le mois de juillet 2009 dans la perspective des concours hautement sélectifs des treize écoles de journalisme reconnues par la profession. « Cette prépa entièrement gratuite vise à élargir le vivier des écoles de journalisme en attirant des jeunes qui  n’ont pas l’argent ou qui ont un profil social atypique », résume Nordine Nabili, le directeur de l’ESJ Bondy (1). L’an dernier, pour la première promo, l’ESJ Bondy a reçu 200 dossiers et retenus vingt élèves (une s’est depuis désistée).

Plus de 60% de réussite

Au final, la pre­mière prépa a per­mis à 63 % des 19 élèves de cette classe, tous issus de familles modestes, d'être admis dans des écoles comme l'ESJ Lille (cinq étudiants), le Centre de for­ma­tion des jour­na­listes (CFJ) de Paris (deux étudiants), l'Institut pra­tique du jour­na­lisme (IPJ) de Paris (deux étudiants), l'Institut de jour­na­lisme de Bordeaux Aquitaine (deux étudiants) et le Centre uni­ver­si­taire d'enseignement du jour­na­lisme (Cuej) de Strasbourg (un étudiant).

Premier essai en 2007

A 26 ans, Faïza, diplômée d’une master d’histoire à Paris 1 a déjà une petite expérience dans la presse.  En 2007, elle présente une première fois les  concours des écoles reconnues, dans la foulée de la Chance au concours, la prépa de l’association des anciens élèves du CFJ à Paris (cf encadré).  « Je n’ai pas réussi les concours à l’époque car je n’étais pas prête. Je n’avais aucune expérience dans le métier et c’était aussi la première année de "la chance aux concours "qui tatônnait un peu ». Cette première expérience débouche néanmoins sur des rencontres qui lui serviront à décrocher des stages à Public-Sénat et à M6. A Public-Sénat, Faïza rencontre Nordine Nabili qui lui propose de collaborer au Bondy Blog.

Une école pour la polyvalence

« J’ai rejoint le Blog au moment du lancement de la prépa. Au départ, je ne pensais pas retenter les concours et puis je me suis dit qu’il était important de se former au métier dans une école. La polyvalence est de plus en plus nécessaire pour travailler dans une rédaction. J’ai envie de connaître le métier de JRI [journaliste reporter d'images] et de découvrir le secteur de la radio ». Organisée entre Bondy et Lille, la prépa comprend des sessions de mise à niveau, des exercices en ligne, des concours blancs. « Nous devons rendre un devoir par semaine, sur le modèle des épreuves du concours. Par exemple, nous devons faire une synthèse de documents en 4 heures, la durée de l’épreuve. Ces exercices nous obligent à nous concentrer et à développer une certaine rigueur. Sur l’épreuve de texte libre que je redoutais, je commence même à prendre du plaisir ! En 2007, il fallait développer une histoire autour du sujet arobase et cela m’avait d’autant plus déstabilisée que c’est une épreuve avec un fort coefficient ».

Tutorat par un pro

Faïza, comme les autres préparationnaires, bénéficie également de l’accompagnement d’un tuteur, journaliste professionnel. « Alexis Delcambre, rédacteur en chef du monde.fr m'a donné des conseils de lectures ou des trucs pour améliorer mes articles. Il m’a aussi conseillé sur le choix des écoles à présenter et m’a donné un coup de main pour les oraux. C’est très appréciable de profiter de son expérience ! » conclut la jeune femme.


(1) Antenne Bondynoise de l’Ecole supérieure de journalisme (ESJ) de Lille, l’une des treize écoles reconnues par la profession.

 


 

La chance aux concours, la première prépa

C’est en 2007 que l’Association des anciens élèves du CFJ a lancé l’opération « la chance aux concours » avec pour objectif de diversifier l’origine des jeunes candidats aux concours des écoles de journalisme. La prépa s’adresse à des élèves boursiers à bac + 2 sélectionnés sur dossier puis entretien de motivation complété de la rédaction d’un article. Animée bénévolement par une cinquantaine de membres de l’association, elle se déroule sur quelques mois tous les samedis après-midi et comprend des exercices d’actualité, des questionnaires de culture générale, des entraînements aux épreuves écrites et aux oraux. Sur les trois premières années, 19 des 41 préparationnaires ont intégré une école reconnue, soit un taux de réussite de près de 50 %.  « En 2009, nous avons retenu 18 candidats sur 120 dossiers », précise David Allais, le coordinateur de l’opération. « Mais nous faisons aussi un travail d’orientation et de conseil auprès de la soixantaine des autres candidats reçus en entretien ». Consciente d’une capacité d’accueil limitée, l’association réfléchit aux possibilités d’élargir la prépa à un plus grand nombre d’inscrits.

 

Mathieu Oui
Juillet 2010