Profession : artiste du cirque

publié le 04 Août 2010
4 min

Quelles qualités faut-il pour devenir circassien ? Quelles exigences ce métier impose-t-il ? Rencontre avec les élèves de l’ESAC (École supérieure des arts du cirque) de Bruxelles, à l'occasion de la présentation de leur spectacle de fin d’études au Parc de la Villette à Paris, du 20 juillet au 14 août 2010.

ESAC de Bruxelles, spectacle “Sorties 8, 9, 10”"Nous sommes tous des fous !" souffle Alexine Boucher-Hardy dans le micro avant de partir dans un fou rire carnassier. Sur scène, la circassienne joue le rôle d’une Mme Loyale baroque et déjantée, tout droit sortie d’un film de Tim Burton. Les lèvres rouge vif, la peau blanchie, elle mène la troupe de sa main de squelette. Dominatrice, séductrice et cruelle, la jeune femme lie les numéros les uns aux autres par des interludes chantés.

Alexine, 23 ans, fait partie de la troupe des élèves de l’ESAC (École supérieure des arts du cirque) de Bruxelles, en Belgique. À l’occasion de la présidence belge du Conseil de l’Union européenne, le Parc de la Villette à Paris accueille le spectacle des jeunes artistes de l’ESAC, "Sorties 8, 9, 10", du 20 juillet au 14 août 2010. Ils sont 15 (dont 11 Français), ont entre 22 et 26 ans et présentent leur création de fin d’études. Sélectionnés parmi les meilleurs des promotions 2008, 2009 et 2010, ils jonglent, voltigent, marchent sur un fil, chantent, dansent… et renouent avec un cirque contemporain simple et hilarant.

Sur la piste du cirque dès l'âge de 6-8 ans

"On ne peut pas faire ce métier par hasard, explique Alexine, avant l’entraînement collectif de l’après-midi. C’est trop de risques, de rigueur et de travail pour se lancer à la légère." En dehors de son rôle de Mme Loyal sur ce spectacle, Alexine est une aérienne tissu : elle danse et chante à 8 mètres de haut, entrelacée dans ses rubans rouges.
La plupart des élèves de l’ESAC ont commencé le cirque très jeunes, à l’âge de 6-8 ans, et n’en sont jamais sortis. Contrairement aux idées reçues, il ne faut pas être fille ou fils de circassien pour embrasser la carrière d’artiste de piste. Il faut surtout aimer le risque.

Le moteur pour ces artistes : l'adrénaline


ESAC Bruxelles, spectacles “Sorties 8, 9, 10”Antonio Terrones, 22 ans, lui est porteur et voltigeur dans un numéro de bascule à trois. Un mauvais geste, une baisse d’attention et c’est sa vie ou celle de ses partenaires qui peut basculer. "Je n’ai jamais eu d’accident grave, mais la peur me rappelle que je dois être totalement concentré." Antonio, se dope à l’adrénaline. Il y a quelques années, le jeune Flamand escaladait des bâtiments pour se prendre un shoot de sensations fortes. "J’en veux toujours plus. Une fois que je passe un double salto, j’ai envie de réussir le triple."

Robe fuseau et talons hauts, deux pin-up aux allures d’une pulpeuse Brigitte Bardot bien musclée s’avancent sur la piste. Lotta Paavilainen et Stina Kopra, deux Suédoises diplômées en 2008 de l’ESAC, réalisent un numéro de rola-bola (équilibre sur une planche, posée sur un cylindre) ébouriffant. Pas de costaud en équilibre, qui porte d’un bras sa fluette partenaire, mais deux Popeyes au féminin, qui cassent les codes de la discipline. Démonstration de force et de sensualité, les jeunes femmes terminent leur numéro quasiment nues.

À chaque spécialité son profil physique

Plus tôt dans l’après-midi, Juliette Hulot, 24 ans, la clown jongleuse de balles de la troupe, racontait : "Le métier de circassien change les corps. En regardant une silhouette, on est capable de déterminer sa spécialité. Les jongleurs sont généralement moins musclés, les voltigeuses sont très souples, les acrobates sont petits et trapus…"

Pour en savoir plus
Découvrez  les formations françaises préparant aux arts du cirque.
Intéressé par les métiers du spectacle ? Consultez notre guide des métiers.
Envie de vous former à l'étranger ? Toutes les infos pour partir étudier hors de nos frontières.

Julia Zimmerlich
Juillet 2010

Articles les plus lus

A la Une écoles spécialisées

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !