1. Toutes les formations pour travailler dans l’audiovisuel

Toutes les formations pour travailler dans l’audiovisuel

Envoyer cet article à un ami

Si ce secteur attire toujours les jeunes diplômés, c’est dans la technique et la production, plus que dans la fabrication de contenus, que les besoins sont les plus importants.

L’audiovisuel regroupe à la fois des chaînes de télévision et de radio, publiques et privées, qu'elles soient diffusées par mode hertzien, sur le câble, le satellite ou par le récent mode numérique terrestre (la TNT, et à venir la RNT, radio numérique terrestre). Il regroupe aussi les sociétés de production et les prestataires de services techniques qui produisent les contenus. Cela représente environ 20 000 salariés et probablement autant d’intermittents du spectacle. Mais si le secteur affiche un développement dynamique, le nombre de recrutements est relativement faible.

Ce sont les métiers techniques et commerciaux qui offrent le plus d’opportunités. En marge des postes phares (ingénieur du son, cadreur, etc.), il existe une multitude de spécialités techniques très pointues liées à une informatisation des outils (caméras, systèmes de diffusion…). Toutes s’appuient sur des technologies qui évoluent rapidement, ce qui nécessite une grande adaptabilité.

Les métiers "commerciaux" de la production et de la distribution sont ouverts à des profils variés, le plus souvent issus d’écoles de management.
Quant aux métiers de la réalisation, et plus largement liés à la fabrication des contenus, à l’exemple des journalistes, les places sont rares. Un niveau bac + 2 est un minimum, et un bon carnet d’adresses constitue un atout décisif pour débuter.

La précarité de l’emploi est souvent la règle, et pas seulement pour les premières années. En outre, deux tiers des emplois concernent des postes implantés en Île-de-France.

L'audiovisuel en chiffres
>Salaires mensuels bruts (en début de carrière).
Assistant de production ou de programmation : 1 700 € ;
Journaliste, JRI, cadreur, preneur de son : 1 900 € ;
Ingénieur de la vision, ingénieur du son : 2 200 € ;
Réalisateur, producteur : 3 000 €.
Pour ceux qui ont le statut d’intermittent du spectacle, les salaires hebdomadaires minimaux varient, selon les métiers, de 1 000 à 2 500 €.

Quelques sites pour aller plus loin
www.ina.fr, le site de l’Institut national de l’audiovisuel ;
www.observatoire-av.fr, le site de l’Observatoire des métiers de l’audiovisuel ;
www.csa.fr, le site du Conseil supérieur de l’audiovisuel  ;
www.obs.coe.int, le portail d’information du secteur audiovisuel.




Emmanuel Vaillant
Sommaire du dossier
Audiovisuel : à la technique Audiovisuel : à la production et la programmation Audiovisuel : à la réalisation des contenus