Admission en filière sélective : dans les coulisses d'un entretien de motivation

Par Séverine Maestri, publié le 22 Octobre 2016
5 min

Sur quels sujets les membres du jury posent-ils des questions ? Que cherchent-ils à évaluer ? Si vous êtes convoqué à un entretien et ne savez pas trop à quoi vous attendre, voici les explications de trois responsables de formation, extraites de l'ouvrage “Réussir sa candidature pour entrer en filière sélective”, de Séverine Maestri.

“Ils ne peuvent pas tout avoir : un bon book, une bonne expression écrite, la maîtrise de l'anglais…”

Didier Zaraya, responsable de la licence professionnelle techniques journalistiques à l'université Paris 8 : “L'entretien se déroule en binôme (un enseignant, un journaliste) et il permet de confirmer les ressentis sur certains aspects du dossier de candidature. Nous recevons une vingtaine de minutes ces étudiants en entretien et leur posons des questions sur leur book, leurs savoir-faire techniques, leur projet professionnel.”

“Les langues sont importantes également et il m'arrive de faire une partie de l'entretien en anglais. À travers quelques questions banales, je vois si l'anglais est fluide ou hésitant. S'ils sont ‘fluent’, cela leur donne un gros avantage mais s'ils sont faibles nous les prenons quand même parce qu'on estime qu'ils ne peuvent pas tout avoir (un bon book, une bonne expression écrite, un bon dossier et une bonne maîtrise de l'anglais).”

“J'ai en face de moi des gens en devenir”

Valérie Pham-Trong, directrice de IONIS-STM : “Nous organisons deux entretiens à l'image des entretiens en entreprise. Un premier avec la direction des études est mené sur le bagage antérieur (quel parcours, quelles compétences dans sa discipline ? quels logiciels utilisés, quelles techniques ?). Si l'entretien est positif, l'étudiant est convoqué pour un second entretien de type RH avec moi, dans lequel je vais m'attacher davantage à la maturité du projet professionnel et au potentiel du candidat. Ce second entretien dure environ une demi-heure et me permet d'évaluer la manière de se présenter de l'étudiant et la façon dont il parle de son projet d'études ou professionnel.”

“Je ne cherche pas le candidat parfait parce que je sais que ces jeunes viennent pour se former, nous sommes là pour ça, mais je regarde ce qu'ils ont acquis et je cherche à savoir comment ils voient leur évolution. J'ai en face de moi des gens en devenir et je suis intéressée par ce qu'ils peuvent apporter au groupe que je vais former. Tous les profils sélectionnés vont donner une âme à la promotion. J'attache beaucoup d'importance à leur degré de réflexion, leur maturité, leur envie d'apprendre, leur potentiel, leur marge de progression, la pertinence de leur projet professionnel (même s'ils en ont plusieurs). Ce qui est rédhibitoire en revanche, c'est lorsque l'étudiant ne s'est pas du tout renseigné sur l'école ni sur le contenu de la formation et qu'il me dit vouloir faire de la comptabilité alors que nous n'en faisons pas. Parfois les étudiants postulent plusieurs formations pour optimiser leurs chances et n'adaptent pas leurs discours aux programmes.”

Attention à l'entretien téléphonique surprise

Parfois, certains responsables de formation peuvent vous appeler par téléphone pour approfondir un point de votre dossier qui ne leur semble pas clair. “On a parfois de bonnes surprises, parfois de mauvaises, constate Corinne Rouvier-Desportes, responsable du DUT TC par apprentissage à l'université de Montpellier. Ce coup de téléphone impromptu, qui n'est pas fait pour déstabiliser l'étudiant, peut changer l'idée que je me faisais d'un candidat au départ. Certains dossiers moyens peuvent être retenus lorsque le candidat explique ses motivations et que je le sens sincère. À l'inverse, de bons dossiers peuvent passer à la trappe si je tombe sur quelqu'un qui va répondre par des ‘ouais’, que je sens désinvolte ou qui me signifie que je le dérange.”

“On veut les entendre raconter des expériences dans lesquelles ils étaient acteurs”

Thierry Dupuich, responsable du développement et concours du programme Bachelor à Montpellier Business School (groupe Sup de Co Montpellier) : “L'entretien est un entretien de découverte du candidat d'environ une demi-heure. Ce dernier est confronté à un jury composé de deux personnes (un enseignant et un dirigeant d'entreprise) et il se déroule selon la méthode du cabinet Hay Management avec lequel nous sommes partenaires depuis quelques années. Cela va nous permettre d'évaluer quelques critères précis comme, par exemple, l'esprit de communication du candidat, son esprit d'équipe, d'innovation, la compréhension de son environnement, etc. Les membres de jury sont formés en amont à cette méthode pour gommer un maximum de subjectivité.”

“Concrètement, le jury demande au candidat de faire part de deux expériences qu'il a connues dans un laps de temps inférieur à dix-huit mois, en sachant qu'il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises expériences et qu'il peut évoquer une réussite ou un échec, et ce dans tout contexte (personnel, professionnel, associatif, culturel, sportif, familial, etc.). Ce que l'on va vouloir entendre d'eux ce sont des expériences dans lesquelles ils étaient acteurs et non spectateurs. De ce fait on leur demande d'employer le ‘je’ (‘J'ai agi’, ‘J'ai pensé que’, etc.) et pour les aider, on leur soumet une liste de phrases d'accroche du style ‘Vous avez dû trouver une manière plus efficace pour faire quelque chose, vous avez créé quelque chose, vous vous êtes trouvé devant un obstacle inattendu, vous avez dû prendre une décision’…).”

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux Éditions de l'Etudiant :
Réussir sa candidature pour entrer en filière sélective”,
par Séverine Maestri.

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !