1. Arthur Laloux réalise des vidéos pour Golden Moustache
Portrait

Arthur Laloux réalise des vidéos pour Golden Moustache

Envoyer cet article à un ami
Dès l'âge de 10 ans, Arthur tournait des vidéos avec ses frères. // © Delphine Dauvergne
Dès l'âge de 10 ans, Arthur tournait des vidéos avec ses frères. // © Delphine Dauvergne

Autodidacte, Arthur Laloux, 26 ans, a suivi quelques cours d’études cinématographiques à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, tout en privilégiant le maximum d’expériences dans le milieu de l’audiovisuel. Après le tremplin de sa websérie "Nonsérie", il rejoint l’équipe des vidéos de Golden Moustache.

L’option cinéma au lycée a poussé Arthur à s’inscrire en licence études cinématographiques et audiovisuelles à l’UPEM (université Paris-Est Marne-la-Vallée). Cet autodidacte, qui tournait déjà des vidéos avec ses frères à 10 ans, utilise alors le cadre de sa formation pour donner libre cours à sa fibre artistique. "Après ma L1, j’ai triplé ma L2. Je participais surtout à l’association audiovisuelle de l’université, 803Z", admet-il.

La création d’une "Nonsérie"

Avec d’autres étudiants, Arthur lance sa "Nonsérie" : "L’objectif était de nous filmer en train de monter la série. Nous nous lancions de nouveaux défis à chacun des 19 épisodes. Certains ont réussi à atteindre 20.000 vues."

Lire aussi : Tous les portraits des jeunes qui vont faire la une

Si la série s’est arrêtée en 2015, l’équipe projette toujours de boucler avec un long métrage.

Jeune talent de Golden Moustache

La "Nonsérie" lui permet d’intégrer l’équipe de Golden Moustache, une chaîne Youtube connue d’abord pour ses vidéos humoristiques. Il occupe ainsi le rôle de réalisateur ou de scénariste dans plusieurs vidéos. Si sa première création était un sketch sur le couple, son dernier projet est une série d’horreur qui se déroule dans un lycée. Arthur a aussi travaillé pour la chaîne sur les jeux vidéo de Studio Bagel, ainsi que sur des projets pour la télévision comme le documentaire "Allons Enfants". Il rêve désormais de longs formats, dans le but toujours "d’amener le public à se poser des questions".