1. Fac : ce que Mai 68 a changé

Fac : ce que Mai 68 a changé

Envoyer cet article à un ami

Parti d’un mouvement étudiant d’une ampleur inédite, Mai 1968 a eu de profondes répercussions sur les facs. Passage en revue des huit bouleversements qui ont changé la face de l’université.

Environ 200.000 étudiants en 1960, plus de 500 000 en 1968… Le début des années 1960 est marqué par une véritable explosion démographique dans les universités. Sans un tel phénomène – des effectifs multipliés par 2,5 en sept ans ! –, les événements de mai 1968 n’auraient d’ailleurs sans doute pas eu la même ampleur.

Deux facteurs
se sont conjugués pour expliquer ce mouvement qui s’est poursuivi, en s’atténuant, jusque dans les années 1990. D’une part, les jeunes notamment issus des classes moyennes ont été plus nombreux à prolonger leurs études au-delà du bac, dans l’espoir d’une ascension sociale. D’autre part, cette massification, qui ne disait pas encore son nom, a résulté d’une politique volontariste de l’État : la France des Trente Glorieuses cherchait à combler son retard en matière de diplômés, notamment en sciences, en gestion et pour les concours de la fonction publi­que. Seulement, les facs n’y ont pas été préparées. "Cette croissance universitaire s’est faite sans modification des structures universitaires", note l’historien Antoine Prost. Plus d’étudiants, revendiquant plus d’indépendance et une meilleure prise en compte de leur avenir individuel face à des institutions ankylo­sées : le cocktail allait vite se révéler explosif…

Sylvie Lecherbonnier, Emmanuel Vaillant
Sommaire du dossier
Vers une démocratisation… jamais atteinte La fin des facultés toutes-puissantes La révolution du rapport profs-étudiants La nouvelle figure de l’élu étudiant Naissance des études à la carte Le rejet du capitalisme Des facs ouvertes sur le monde Mai 1968 et ses répercussions