1. Double licence : "Filière d’excellence, le rythme est soutenu"
Enquête

Double licence : "Filière d’excellence, le rythme est soutenu"

Envoyer cet article à un ami
 // © Manu Boisteau
// © Manu Boisteau

En optant pour une double licence, vous pourrez éétudier 2 disciplines dans la même université ou en partenariat avec un autre établissement et obtenir, après 3 ans, 2 diplômes distincts.

Un parcours personnalisé

Yasmine et Charles ont choisi ce type de cursus. "J'ai toujours eu envie d'aller à la fac, car nous construisons notre parcours. J'avais le profil pour aller en classe prépa, explique Yasmine, titulaire d'un bac ES mention très bien et actuellement en L2 (deuxième année de licence) droit-économie à l'université Paris 1. Je n'arrivais pas à choisir entre droit et économie et je n'avais pas envie de m'enfermer dans une matière dès la L1 (première année de licence)."

Même motivation pour Charles, en L2 LLCER (langues, littératures et civilisations étrangères et régionales) japonais-littérature à l'université Lyon 3 : "J'ai choisi la fac car cette filière me correspondait. Si le système universitaire français classique ne donne pas droit à un parcours très souple, la double licence le permet."

Des cursus très sélectifs

Yasmine était en concurrence avec plus d'un millier de candidats, pour 40 places offertes. "Avec un bon dossier et surtout l'envie d'y aller, je n'ai pas été prise au départ. J'ai insisté en écrivant des lettres et j'ai finalement été acceptée. Je n'ai pas adhéré à leur manière de sélectionner car ils prennent les 40 meilleures moyennes !"

Le cursus de Charles, moins demandé, n'a pas établi de sélection. "Il devait y en avoir une, sur tirage au sort, mais nous n'étions que 6 candidats pour 8 places."

Apprendre à gérer son temps

Suivre une double licence signifie avoir une surcharge de travail, comparativement aux étudiants de licence classique, avec 30 heures d'enseignement par semaine. "Parfois on ne peut pas assister à tous les cours en amphi, relève Yasmine. Le premier semestre fut difficile, car il fallait apprendre à gérer son temps, à comprendre le fonctionnement des amphis, des TD [travaux dirigés]..."

"L'an dernier, confirme Charles, j'avais 11 heures 30 de cours le lundi, et rien le mardi..." Beaucoup d'heures de présence à la fac, avec du travail à la maison. "Pour les cours magistraux, nous avons des lectures au programme pour enrichir notre culture générale. Et, en plus, on a aussi des exercices à préparer pour les TD", ajoute-t-il.

Une entraide entre étudiants

Une charge moins difficile à porter grâce aux camarades de la promotion. "Comme on n'est pas nombreux, on peut s'entraider, se passer les cours, raconte Yasmine. La double licence est aussi une filière d'excellence, il y a un rythme soutenu." "Et si on fait une double licence par passion, on y arrive", complète Charles.

À savoir
Beaucoup de doubles licences sont sur le portail APB (Admission-postbac). Vous sélectionnez "licence", puis 1 des 2 filières du double cursus et, éventuellement, un secteur géographique. Les doubles licences apparaîtront sous le bandeau "double cursus". Pour celles qui ne sont pas sur APB, allez sur le site de l'établissement pour connaître la procédure d'inscription.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Médecine : "Il faut s’adapter très vite" Double licence : "Filière d’excellence, le rythme est soutenu" Droit : "C’est presque une autre langue" STAPS : "La seule voie qui mène au secteur du sport et au métier d’entraîneur" UT : "Il n’y a pas deux diplômés qui ont suivi le même parcours" Paris-Dauphine : "On peut compter sur le soutien des enseignants" Anthropologie : "Il est très important de bannir l’ethnocentrisme" IAE : "Ces écoles de gestion ont bonne réputation auprès des professionnels"