1. IAE : "Ces écoles de gestion ont bonne réputation auprès des professionnels"
Enquête

IAE : "Ces écoles de gestion ont bonne réputation auprès des professionnels"

Envoyer cet article à un ami
 // © Manu Boisteau
// © Manu Boisteau

Les 35 IAE (instituts d’administration des entreprises) offrent plus de 300 formations dont les plus cotées rivalisent avec les écoles de commerce en termes de débouchés et salaires.

Un cursus d'école de commerce publique

"Je cherchais une formation plus professionnelle après ma L3 (licence troisième année) de psychologie, se souvient Rachel, titulaire d'un bac S mention très bien et aujourd'hui en M1 (master première année) diagnostic et management des organisations à l'IAE de Caen. Je me suis tournée vers le management et comme je voulais rester à Caen, il y avait 3 possibilités : l'EM Normandie, une école privée et l'IAE."

Rachel s'est alors dirigée vers l'IAE non sans réflexion. "Au début, j'avais une mauvaise image de l'IAE car c'était la fac, et je me disais que si on payait plus cher les écoles de commerce, c'est qu'elles devaient être de meilleure qualité. J'ai posé ma candidature à l'école privée et à l'IAE, mais pas à l'EM Normandie, car je refusais de payer 6.000 € pour ma formation. J'ai été acceptée dans ces 2 établissements mais je me suis vite rendu compte, lors de l'entretien passé à l'IAE, que cela me correspondait mieux."

Une formation reconnue par les professionnels

Adrien, en M2 (master seconde année) administration des entreprises à l'IAE de La Rochelle, s'est décidé plus rapidement après sa licence LEA (langues étrangères appliquées) et sa volonté de travailler dans la grande distribution et le marketing. "J'ai choisi l'IAE car lorsque je l'ai comparé à Sup de co, j'ai estimé que la différence de prix ne se justifiait pas." "De plus, renchérit Rachel, quand je parlais à des professionnels, tout le monde connaissait l'IAE, mais ignorait l'existence de l'école privée."

Une sélection à l'entrée, preuve de qualité

Paradoxalement, une des raisons qui a également aidé Rachel à porter son choix sur l'IAE est la sélection à l'entrée. À Caen, il y avait 450 postulants pour 90 places offertes. "Les chiffres parlaient d'eux-mêmes. Je me suis dit que cette formation très prisée devait être de qualité." Une impression qui s'est, semble-t-il, confirmée depuis, tant sur le plan des étudiants que des enseignements.

"Le rythme est assez intense, souligne Rachel. On a cours tous les jours, de 9 h à 17 h, et on finit souvent à 20 h, lorsqu'il y a des cours de simulation de gestion d'entreprises." Rachel a commencé les cours 1 mois avant la plupart de ses camarades, afin de suivre une remise à niveau destinée aux étudiants qui n'étaient pas issus d'un cursus en gestion.

Un réseau professionnel à la hauteur

Adrien, de son côté, a été marqué par la compétence des professeurs, qui sont très polyvalents. "Une enseignante nous a fait, par exemple, un cours de statistiques et un de marketing. On a aussi des intervenants de Sup de co qui viennent nous parler de fiscalité..."

Tous deux se réjouissent également du réseau professionnel de leur établissement. "Les IAE ont une bonne réputation auprès des professionnels", estime Adrien, en alternance dans une entreprise repérée "grâce au réseau de l'IAE, avec qui elle est en partenariat". Finalement, Rachel "ne regrette absolument pas son choix. L'esprit est vraiment génial, il y a beaucoup d'entraide et il n'y a pas d'esprit de compétition".

À savoir
Les 35 IAE en France sont de véritables écoles de gestion au sein de l'université. S'il est possible d'intégrer un IAE dès la L1 ou la L2, la plupart des étudiants se lancent dans ce cursus en L3 voire M1. La sélection se fait, entre autres, à partir de votre dossier universitaire complet et de vos résultats au test SIM (Score IAE Message). Celui-ci comprend 4 épreuves : compréhension écrite, logique, anglais et culture générale. Puis, vous devrez passer un entretien avec un professeur et un professionnel.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Médecine : "Il faut s’adapter très vite" Double licence : "Filière d’excellence, le rythme est soutenu" Droit : "C’est presque une autre langue" STAPS : "La seule voie qui mène au secteur du sport et au métier d’entraîneur" UT : "Il n’y a pas deux diplômés qui ont suivi le même parcours" Paris-Dauphine : "On peut compter sur le soutien des enseignants" Anthropologie : "Il est très important de bannir l’ethnocentrisme" IAE : "Ces écoles de gestion ont bonne réputation auprès des professionnels"