1. Paris-Dauphine : "On peut compter sur le soutien des enseignants"
Enquête

Paris-Dauphine : "On peut compter sur le soutien des enseignants"

Envoyer cet article à un ami
 // © Manu Boisteau
// © Manu Boisteau

Paris-Dauphine reste un cas isolé dans le paysage universitaire. Sélective, prestigieuse et élitiste, l’université, spécialisée dans les sciences des organisations et des marchés, recrute ses étudiants hors APB (Admission-postbac).

Concilier études et passions

Après le bac, Estelle ne voulait pas choisir entre l'athlétisme qu'elle pratique depuis l'âge de 8 ans et ses études. Celle qui a "toujours voulu intégrer l'université Paris-Dauphine", a alors profité de l'ouverture d'une filière d'exception à la rentrée 2014, spécialement conçue pour les sportifs de haut niveau et les artistes, le DEGEAD Talents (diplôme d'établissement gestion et économie appliquée de Dauphine).

Bisous-Mirenty, elle, ne voulait pas choisir entre économie et mathématiques. La renommée de la faculté française fait alors écho jusque sur les côtes malgaches, où la jeune femme passe son bac. "Je cherchais une formation qui alliait les 2 matières, et un de mes professeurs m'a parlé de Paris-Dauphine", raconte-t-elle. Sa bourse Excellence-Major, décrochée en terminale, lui a permis de venir étudier en France. Aujourd'hui, elle est en licence Demi2e (diplôme d'établissement de mathématiques, informatique et applications à l'économie et à l'entreprise).

Réfléchir autrement

Comme Estelle, Bisous-Mirenty a été sélectionnée sur dossier, lettres de recommandation et de motivation. Ici, pas de procédure APB. "À Dauphine, j'ai trouvé l'autonomie et la liberté de la fac, et l'encadrement et la rigueur de la classe prépa", s'enthousiasme Estelle. Dans la faculté parisienne, les cours se déroulent en petites promotions, "ce qui donne l'impression d'être encore au lycée", raconte Bisous-Mirent.

Ce qui l'a surprise alors, ce n'est pas tant la forme des cours, que le fond : "Le défi, c'est d'apprendre à réfléchir différemment. Il faut comprendre, commenter les solutions trouvées. C'est ça le challenge. Au début, c'est difficile, mais après 2 ou 3 mois de cours, on comprend ce que les professeurs attendent de nous." Cette discipline n'a jamais été ignorée par les 2 étudiantes, c'est d'ailleurs aussi pour cela qu'elles ont rejoint l'université à "l'image de marque".

Un emploi du temps aménagé

"Dès que les professeurs sentent qu'on va lâcher, ils reviennent vers nous pour voir ce qui ne va pas", constate Estelle. La jeune femme bénéficie d'un emploi du temps aménagé : 2 demi-journées de cours par semaine, les mardi et jeudi matin, pour une licence obtenue en 4 ans au lieu de 3. Elle passe régulièrement ses week-ends à participer à des courses dans la France entière ou à l'étranger. Alors, comme Bisous-Mirenty, elle consacre en moyenne 10 heures hebdomadaires à ses révisions.

Des professeurs à l'écoute

"Les professeurs nous soumettent régulièrement des microquiz en début de cours. Ils en ramassent 5, au hasard", précise-t-elle. À Dauphine, elles peuvent compter sur le soutien de leurs enseignants, "toujours joignables par mail", ainsi que sur leurs camarades.

"Comme nous ne sommes pas en gros effectifs, il y a une vraie proximité. Être sportif ou musicien, ce n'est finalement pas si éloigné que ça", assure Estelle. "On est une petite famille, on s'entraide. Il y a forcément une concurrence entre nous, mais elle n'est pas malsaine", ajoute Bisous-Mirenty. La jeune femme aime "s'engager à fond", alors, pour le moment, c'est à l'université qu'elle dédie tout son temps. Estelle, pour sa part, n'a pas résisté à l'envie de s'inscrire dans un club universitaire... celui d'athlétisme !

À savoir
Pour postuler à l'université Paris-Dauphine, il suffit de télécharger votre dossier sur son site Internet, disponible de février à avril. Une fois complété, vous devez l'expédier au secrétariat. Au total, 680 places sont ouvertes pour le DEGEAD Talents, et environ 170 pour la licence Demi2e.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Médecine : "Il faut s’adapter très vite" Double licence : "Filière d’excellence, le rythme est soutenu" Droit : "C’est presque une autre langue" STAPS : "La seule voie qui mène au secteur du sport et au métier d’entraîneur" UT : "Il n’y a pas deux diplômés qui ont suivi le même parcours" Paris-Dauphine : "On peut compter sur le soutien des enseignants" Anthropologie : "Il est très important de bannir l’ethnocentrisme" IAE : "Ces écoles de gestion ont bonne réputation auprès des professionnels"