1. UT : "Il n’y a pas deux diplômés qui ont suivi le même parcours"
Enquête

UT : "Il n’y a pas deux diplômés qui ont suivi le même parcours"

Envoyer cet article à un ami
 // © Manu Boisteau
// © Manu Boisteau

Les UT (universités de technologie) de Belfort-Montbéliard, Compiègne et Troyes, dont le cursus se déroule en 5 ans, proposent, dès la première année de formation, de construire votre emploi du temps sur mesure.

Un parcours à la carte

"Dans les universités de technologie, il n'y a pas 2 diplômés qui ont suivi le même parcours", assure Morgan, élève en deuxième année de cycle ingénieur à l'UTT (UT Troyes). Dans ces établissements, les enseignements sont à la carte. Écoles d'ingénieurs postbac, les UT recrutent via APB (Admission-postbac), grâce à une procédure commune. Entre la classe préparatoire et l'université, elles prennent une place à part dans l'enseignement supérieur français.

"J'ai tout de suite été emballé par le concept UT, et cette possibilité de choisir nos cours, se rappelle Julien, étudiant en première année à l'UTBM (UT Belfort-Montbéliard) et titulaire d'un bac S. À mon arrivée, j'ai eu un entretien individuel avec un enseignant référent afin de faire le point sur mes centres d'intérêt et mon projet professionnel..."

Dès la première année de tronc commun, les étudiants peuvent ainsi choisir leurs UE (unités d'enseignement) parmi 6 grands domaines : connaissances scientifiques, techniques et méthodes, expression et communication, management de l'entreprise, humanités et 1 UV (unité de valeur) complémentaire.

Des cours de sport aussi

Si Morgan, passionné de mécatronique, s'est rué sur la "mécanique" ou les "champs, ondes, vibrations, propagations", il a aussi opté pour l'initiation à l'animation sportive. "Rares sont les écoles d'ingénieurs qui ont un cours de sport, c'est pour cela aussi que j'ai choisi l'UTT." Ici, il est question de pratique, mais surtout de gestion de groupe et d'enseignement.

"Aujourd'hui, en entreprise, la cohésion passe par le sport. Les notions de management que je vois ici, me serviront pour la suite", assure Morgan. Les bonnes surprises ne se sont pas arrêtées là : "J'ai pu suivre des matières appliquées dès le deuxième semestre !" confie Julien, qui envisage de rejoindre la branche génie mécanique et conception en troisième année.

Suivre des cours en plus, mais pas trop

Chaque UE validée rapporte de 2 à 6 crédits ECTS (European Credit Transfer System). S'il est possible de prendre de l'avance sur ceux-ci, attention à ne pas se laisser déborder.

"J'ai fait le choix de prendre 1 UE supplémentaire au deuxième semestre. Résultat : j'en ai loupé 2 !" sourit gentiment Louise, étudiante en deuxième année à l'UTC (UT Compiègne). La jeune femme, titulaire d'un bac S, option SVT (sciences de la vie et de la Terre), présidente du bureau des étudiants, consacre en moyenne 1 à 2 heures chaque jour à ses révisions. Celle qui doit coordonner les nombreux événements et associations de l'UTC prend un peu de recul à 15 jours des examens. "On a de bons outils pédagogiques à disposition sur notre Moodle (plate-forme pédagogique universitaire), des documents, des exercices corrigés..."

Un réseau associatif actif

Le dynamisme des associations a aussi attiré Morgan. À l'UTT, le jeune homme a participé au groupe de réflexion d'un fablab (atelier de fabri­cation numérique) et chapeaute l'association Innov'UTT (club étudiant innovation et entrepreneuriat).

"À la veille des examens, j'arrête tout pour me mettre dans les révisions", confie également le jeune homme. Les casquettes de Julien sont aussi multiples : élu au conseil d'administration, trésorier général de l'association étudiante, coresponsable du Festival du film d'un jour(organisé par l'UTBM), acteur de l'association solidaire de l'université. "Et cela n'est possible qu'avec cette liberté dans notre emploi du temps", concluent les étudiants.

À savoir
Les 3 universités de technologie font partie des 206 écoles d'ingénieurs, certifiées par la Commission des titres d'ingénieurs. Elles accueillent plus de 8.800 étudiants qui peuvent choisir parmi 414 UE. Et preuve du dynamisme du réseau des UT : celle de Compiègne accueille près de 100 associations !

Sommaire du dossier
Retour au dossier Médecine : "Il faut s’adapter très vite" Double licence : "Filière d’excellence, le rythme est soutenu" Droit : "C’est presque une autre langue" STAPS : "La seule voie qui mène au secteur du sport et au métier d’entraîneur" UT : "Il n’y a pas deux diplômés qui ont suivi le même parcours" Paris-Dauphine : "On peut compter sur le soutien des enseignants" Anthropologie : "Il est très important de bannir l’ethnocentrisme" IAE : "Ces écoles de gestion ont bonne réputation auprès des professionnels"