1. Fac : premiers partiels, même pas peur !
Coaching

Fac : premiers partiels, même pas peur !

Envoyer cet article à un ami
Des étudiants en partiel à l'université d'Aix-Marseille - Amphithéâtre sur le site Schuman // © Camille Stromboni
Des étudiants en partiel à l'université d'Aix-Marseille - Amphithéâtre sur le site Schuman // © Camille Stromboni

Étudiants à la fac, et si vous abordiez les partiels sereinement ? Planifier ses révisions, mais aussi se détendre ; apprendre ses cours, mais surtout s’entraîner ; travailler beaucoup, sans oublier de dormir ! Nos conseils pour préparer au mieux ces examens, qui s'apparentent souvent à une semaine marathon.

Qui dit fac dit partiel… Un mot souvent source de stress quand on entre à l'université. Pour ne pas vous laisser submerger, des enseignants et des étudiants, qui sont eux-mêmes passés par là, partagent leurs conseils afin de vous guider, de la préparation des examens au passage des épreuves le jour J.

Régulièrement tu travailleras

On vous l'a dit et répété, réussir ses études à l'université exige de la régularité. "Les étudiants doivent utiliser leur temps libre pour travailler, et ne pas attendre les quinze derniers jours pour s'y mettre !", martèle Monique Calvi, responsable de la licence AES à l'université de Savoie.

Une discipline qui permet de suivre les cours au fur et à mesure et de ne pas décrocher, mais aussi, in fine, de gagner du temps : "Dans certaines matières quantitatives comme les mathématiques ou les statistiques, il faut pratiquer pour assimiler, explique l'enseignante. Dès lors qu'on a acquis certains automatismes, on ne les oublie pas et les révisions sont ensuite beaucoup plus rapides."

"Si j'ai cours le lundi, il faut que j'aie repris mes notes au maximum à la fin du week-end suivant" : telle est la règle qu'Emma s'est fixée. En L3 de SV (sciences de la vie) à Nantes, l'étudiante a troqué ses cahiers contre l'ordinateur en amphi.

"Chez moi, je retravaille directement sur le fichier et complète les phrases qui ne le sont pas, mais je fais aussi des schémas à la main pour mettre en avant et réorganiser les notions essentielles. Ce sont eux qui me servent pour réviser avant les partiels."

Travailler en groupe est également une méthode efficace : non seulement parce que les autres peuvent vous aider à comprendre ce qui n'était pas clair pour vous, mais aussi, comme le dit Emma, "parce qu’expliquer une notion à haute voix à quelqu'un permet en général de mieux la retenir".

Université de Bordeaux - amphithéatre étudiantsÉtudiants en amphi à l'université de Bordeaux
// © Olivier Got - Université de Bordeaux

Méthodiquement tu réviseras

Vous êtes à quelques semaines des partiels et il est temps de mettre les bouchées doubles. Si dans certaines universités, vous aurez quelques jours de "libres" à la veille des examens, les partiels peuvent également arriver dès le lendemain de la fin des cours du premier semestre. Pas question donc de se laisser déborder.

Esther, 19 ans, en deuxième année de licence de droit à Toulouse 1, s’y met en général un mois à l’avance. "J’essaie de moins sortir et de travailler plus, résume la jeune fille, qui a obtenu sa L1 avec mention. Je reprends tous mes cours et mes fiches, et je les apprends, en me concentrant beaucoup sur ce qui a été vu en TD (travaux dirigés) parce que les examens tombent souvent là-dessus."

"Il faut, le plus possible, vous familiariser avec les exercices qui vont vous être demandés, ajoute Agnès Villechaise, maître de conférences en sociologie à l’université de Bordeaux. Allez voir les sujets tombés l’année précédente et parlez-en avec les tuteurs (si vous allez aux séances de tutorat). Cela vous permettra de voir le niveau d’exigence des épreuves."

Côté planning, essayez de trouver le bon équilibre entre travail et détente. "Je planifie mes révisions sur les deux dernières semaines avant le jour J, explique Esther, en prévoyant un temps plus ou moins important selon la difficulté des matières."

Il est aussi important de savoir s'octroyer de petites pauses, et même des récompenses. Par exemple, regarder un épisode d'une série après deux heures de travail assidu, comme le fait Emma. "C'est très motivant !, témoigne la Nantaise. À condition de résister à la tentation d'enchaîner pendant plusieurs heures…" 

"Il ne faut surtout pas se dégoûter du travail en enchaînant les heures sans fin", confirme Agnès Villechaise. D’autant que prendre l’air pourra, parfois, être aussi rentable… pour les partiels ! "Se nourrir de films, d’émissions de télé, de lectures d’articles, est utile. Cela peut être réinsufflé dans vos copies, et c’est ce qui fera leur plus-value. Aérez-vous l’esprit et gardez les yeux ouverts !", conseille-t-elle.

Hors de question dans tous les cas de se lancer dans des nuits blanches. "Quand on est fatigué, on apprend mal", résume Esther, qui "n'arrive à rien entre minuit et trois heures du matin !"

La Bibliothèque Arsenal de l'université Toulouse 1 CapitoleLa Bibliothèque Arsenal de l'université Toulouse 1 Capitole
// © JPGPhotos-UT1 Capitole

Un rythme sain tu adopteras

C’est le jour J : vous allez entrer dans votre session de partiels et pour réussir, il faut être en forme. "Dormir est essentiel, insiste Monique Calvi, qui conseille aussi à ses étudiants de faire du sport, pourquoi pas un footing la veille ou le matin de l'examen. Ou bien aller au cinéma."

"Il faut bien se dire que l’état d’éveil, ou la vivacité d’esprit, peut compter tout autant pour réussir l’examen que les trois heures supplémentaires que vous aurez passé à réviser, au lieu de dormir !", renchérit Agnès Villechaise, enseignante en sociologie.

Mais ne vous inquiétez pas : la surprise ne sera pas immense car "cela ressemble beaucoup au rythme des épreuves du bac, confie Esther. C’est juste une semaine très intense."

"Je fais attention à manger plus équilibré que d'habitude, souligne de son côté Emma, en prenant davantage de poissons et de légumes qui apportent des vitamines et des acides gras. Il y a sans doute une part de psychologique, sourit la jeune fille, mais je me sens plus en forme et mes amis qui font la même chose aussi !"

Quant à réviser encore et toujours pendant les partiels, à vous de voir ! "Je suis très stressée donc je ne peux pas m’en empêcher", reconnaît Esther. "Beaucoup d’étudiants continuent de réviser... c’est souvent psychologique, pour se rassurer, car je ne crois pas que ce soit très productif, souligne Agnès Villechaise. Les dés sont jetés et ce n’est pas en une soirée qu’on peut rattraper les choses. Mais chacun gère son stress comme il peut."

Et après les partiels, place à un repos bien mérité ? "Pas au premier semestre, coupe Emma, car on embraye directement sur les cours. Mais on se rattrape à la fin de l'année, et là on fait vraiment la fête !"

Halte à la démotivation !
À l’issue des partiels, vous devrez attendre plusieurs semaines avant d’avoir tous vos résultats. Ce qui signifie que vous allez enchaîner sur les cours du deuxième semestre, sans savoir si vous avez validé vos matières du premier semestre. Attention : si vous avez le sentiment d’avoir échoué, ne cédez pas pour autant à la démotivation.

"Beaucoup d’étudiants décrochent en pensant qu’ils ont raté leur premier semestre. Même si vous avez une sensation négative à l’issue de cette session d’examen, essayez à tout prix d’en faire abstraction et lancez-vous à fond dans le second semestre, souligne Agnès Villechaise, maître de conférences en sociologie à l'université de Bordeaux.

"C’est difficile, mais n’oubliez pas qu’il y a des rattrapages, et comptez sur la diversité des enseignements : vous aurez d’autres matières et d’autres enseignants au deuxième semestre, c’est une nouvelle page qui se tourne", ajoute-t-elle.