1. Supérieur
  2. Licence / Université
  3. L’université d’Angers : le savoir-faire made in UA
  4. L’université d’Angers, un cocon pour étudiants
Reportage

L’université d’Angers, un cocon pour étudiants

Envoyer cet article à un ami
Etudiants en pause à l'université d'Angers // © Virginie Bertereau
Etudiants en pause à l'université d'Angers // © Virginie Bertereau

Les clés de la réussite ne se trouvent pas forcément dans les grandes métropoles. À l’université d’Angers, on se soucie autant de former des diplômés que des individus. Et ça marche !

Et si le bonheur était à l'Ouest ? Plus précisément, entre Nantes et le Mans, à l'UA (université d'Angers). La fac pluridisciplinaire accueille près de 20.000 étudiants. Elle est implantée sur trois campus dans l'agglomération.

Celui de Belle-Beille, au nord-ouest de la ville, regroupe les filières sciences, lettres, langues et sciences humaines. Celui de Saint-Serge, à proximité du centre-ville, est consacré aux sciences économiques, au droit et à la gestion.  Enfin, le campus Santé, près du CHU (centre hospitalo-universitaire), abrite les filières médecine et pharmacie.

Deux antennes se trouvent à Cholet et à Saumur. Une fac pluridisciplinaire, certes, mais avec des secteurs phares : le végétal, le tourisme, la santé en tête mais aussi les matériaux, les maths-STIC, les lettres, langues et sciences humaines.

 

Des conditions de travail agréables

Daphné, étudiante en master à l'université d'AngersMais l'atout choc de l'UA reste ses résultats en licence. Le taux de réussite en trois ans s'élève en effet à 58,9 % (ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche, avril 2013) contre une moyenne nationale d'à peine 42,9 %. Sur ce seul critère, la fac se classe première en France.

"Je suis originaire d'Ille-et-Vilaine. Après le bac, je suis venue étudier à Angers car j'avais entendu de bons échos sur les résultats de la fac et les moyens déployés pour les atteindre. Ça motive !", assure Anaïs, étudiante en troisième année de psychologie.

Plusieurs dispositifs ont en effet été mis en place pour faciliter la transition lycée-université puis accompagner les étudiants. Mais ils n'expliquent pas tout. Facilités de transport, effectifs d'étudiants raisonnables, logements peu chers… La qualité de vie joue aussi.

"Angevine d'origine, étudiante à Saint-Nazaire puis au Pays-de-Galles, depuis que j'étudie à Angers, je me rends compte que l'UA est réputée, mais elle ne délivre pas que des diplômes. Et il y a beaucoup d'animation", témoigne Daphné (photo ci-contre), étudiante en M2 MEPI (maintenance et exploitation des patrimoines immobiliers).

Thomas, étudiant en 2e année de psychologie, confirme. "Je viens de Picardie. Je trouve la fac d'Angers plus conviviale, et les étudiants sont plus soudés qu'à Amiens", assure-t-il.

Opération : faire bouger Angers

Depuis février 2012, une direction "vie étudiante et initiatives" s'attache à animer l'université, en lien avec la ville. Ce service a notamment créé une carte culture pour 5 € l'année, qui donne accès à des lieux culturels partenaires (théâtre, opéra, musique, danse…), à des prix réduits, voire gratuitement.

Le SUAPS de l'université d'Angers

Le SUAPS propose 45 activités sportives à des prix abordables // © Virginie berterau


Autres exemples récents : le festival de la création universitaire et la journée d'accueil – le Campus Day – ou encore la participation au Solar Decathlon, un concours international pour lequel une équipe de 500 étudiants (toutes filières confondues) de l'UA (en partenariat avec celle de Boone en Caroline du Nord) fabrique une maison solaire habitable. Autant d'actions qui contribuent autrement à la formation des individus.

Une fac en chantier

Preuve que les efforts paient : l'UA gagne des étudiants. Une hausse de 7 % des effectifs était prévue pour 2013-2014 par rapport à l'année précédente. Résultat : la fac s'agrandit. Ça et là, les chantiers défigurent un peu les zones boisées, pour la bonne cause. Quelque 8.000 m² de plus devraient être livrés à terme, fin 2014.

Au programme, par exemple, les extensions de l'ISTIA (l'école d'ingénieurs) et de l'ITBS (UFR ingénierie du tourisme, du bâtiment et des services) ou la construction d'un campus du végétal, consacré à la recherche.

L'université d'Angers, une fac en chantier

L'université d'Angers doit compter 8.000 m² en plus d'ici la fin 2014 // © Virginie Berterau


Surtout, la fac doit s'offrir une seconde jeunesse. Après 40 ans d'existence, certains bâtiments sont dégradés. La fac de lettres rencontre de graves problèmes d'étanchéité et doit être rénovée. L'IUT (institut universitaire de technologie), pluridisciplinaire, est également en train d'être réhabilité. Prochain projet : l'extension de la Passerelle, l'espace dédié à la vie étudiante, pour encore mieux accueillir les étudiants.

L'université d'Angers en chiffres
8 composantes
16 licences
47 licences professionnelles
30 masters
8 écoles doctorales
160.000 m², 168.000 m² prévus d'ici fin 2014

Effectifs étudiants

19.523 étudiants, dont :

15 % en droit-économie-gestion
25 % en lettres, langues et sciences humaines
9 % en sciences
6 % en PACES
11,9 % en médecine hors PACES
4,9 % en sciences pharmaceutiques et ingénierie de la santé
15 % en ingénierie du tourisme, du bâtiment et des services
3 % à l'ISTIA
9 % à l'IUT
1 % à la direction de la formation continue
36,9 % de boursiers
61,7 % de femmes
38,3 % d'homme
2.392 étudiants étrangers (12 %)
497 doctorants

Ressources humaines

1.021 enseignants
676 personnels administratifs

Budget

140 millions d'euros


Source : université, janvier 2013

Pour aller plus loin : Le parcours PluriPASS enterre la PACES à la fac d’Angers / Portrait de fac : l'université de Tours : la fac qui accompagne tous ses étudiants / Portrait de fac : Orléans, une université à taille humaine aux portes de Paris

Sommaire du dossier
Retour au dossier L’université d’Angers, un cocon pour étudiants L’université d’Angers, n°1 pour la réussite en licence L’UA : un coup d’avance sur les études de médecine