1. UB-link : le Facebook de l’université de Bourgogne
Reportage

UB-link : le Facebook de l’université de Bourgogne

Envoyer cet article à un ami
Personnels et étudiants s'inscrivent lors d'une session de lancement au réseau social de l'uB, ub-Link. // © Focale-info
Personnels et étudiants s'inscrivent lors d'une session de lancement au réseau social de l'uB, ub-Link. // © Focale-info

UB-Link a soufflé ses deux bougies en décembre 2013. Le réseau social de l’UB (université de Bourgogne), conçu dès 2010 pour faciliter l’insertion professionnelle et booster la vie étudiante, tisse doucement sa toile...

"Nous nous étions fixés un objectif de 6.000 membres au bout de deux ans et de 10.000 membres après trois ans : nous y sommes ", se félicite Muriel Henry, la responsable de la plate-forme d'insertion professionnelle de l'UB, dont dépend le réseau social uB-link. Une initiative encore assez isolée dans le paysage universitaire.

Réservé aux étudiants et aux personnels de l'établissement bourguignon, ce réseau comptabilise aujourd'hui plus de 6.500 utilisateurs : des entreprises, des personnels, des anciens élèves et plus de la moitié d'étudiants. Depuis le printemps 2012, l'outil est aussi accessible via une appli mobile.

Objectif emploi

Cet espace collaboratif a d'abord été créé fin 2011 pour faciliter les échanges étudiants-diplômés et l'insertion professionnelle. "Les anciens connaissent les filières de l'université et les étudiants peuvent leur poser des questions auxquels ils sont seuls à pouvoir répondre, explique Muriel Henry. Ils peuvent bénéficier de conseils, mais aussi de propositions de stages, de contrats d'alternance et même d'emploi." De la part d'anciens, mais pas seulement.

Depuis l'espace "Emplois/stages", les étudiants peuvent consulter les offres déposées par les 700 entreprises utilisatrices – 250 offres actives en permanence –, et postuler directement via le formulaire en ligne. Un bon moyen notamment de découvrir les PME (petites et moyennes entreprises) de la région qui embauchent. Un bon canal aussi pour garder le contact avec l'université, que l'on soit en stage ou en séjour d'études à l'étranger (10 % des connexions).

Développer la vie de campus

L'autre ambition d'uB-link vise à développer la vie de campus entre les sites délocalisés et le campus de Dijon, entre les filières, mais aussi entre les différentes catégories d'usagers. "Globalement, les étudiants sont bien occupés dans leurs bâtiments et traversent rarement le campus pour rencontrer les scientifiques s'ils sont en lettres, et inversement", assure Muriel Henry.

bibliothèque droit-lettres-université de dijon-portrait de fac université de bourgogne©uB_RI_D.Planta

Le campus est vaste et les étudiants des différentes filières n'ont pas toujours l'occasion de se croiser. // ©uB_RI_D.Planta

Sur uB-link, 3.000 utilisateurs échangent avis, bonnes pratiques ou contenus dans le cadre de la cinquantaine de "communautés". Celles-ci sont constituées autour d'une discipline, d'une spécialité (langues et communication, droit du travail), d'une formation (IAE de Dijon, etc.), d'un secteur... Le groupe "Agroalimentaire, agronomie et environnement" réunit par exemple des étudiants d'IUT (institut universitaire de technologie) et des écoles d'ingénieurs.

Une majorité d'utilisateurs "passifs"

Malgré des débuts encourageants, le réseau ne touche encore qu'un étudiant sur huit environ, dont la majorité sont "passifs". "Certes, 80 % des utilisateurs, ne produisent pas de contenu, mais ils sont actifs dans le cadre de toutes leurs activités sur le réseau, en prenant par exemple contact avec d'autres membres", tempère Muriel Henry. Un peu dans une logique d'audience, les équipes de la plate-forme se creusent la tête pour imaginer des outils et des contenus susceptibles de capter les étudiants. Prochaine étape : utiliser les groupes de discussion virtuels comme des espaces de travail. "On pourrait par exemple imaginer un projet conduit par des étudiants qui débouche sur une création d'entreprise", cite Muriel Henry.

Certains étudiants recourent déjà à uB-link dans le cadre des projets tutorés de DUT (diplôme universitaire de technologie) ou de licence pro pour donner davantage de visibilité à leur formation. Autre piste de développement : continuer à décliner les portraits d'anciens pour en faire de véritables outils d'orientation.

Quel impact sur l'insertion professionnelle ?

Selon Muriel Henry, il est très difficile de mesurer l'impact des chiffres d'uB-link sur la recherche d'emploi, d'autant que les derniers chiffres diffusés par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche datent de 2010... Une époque où uB-link n'existait pas.

Toutefois, "on peut imaginer que la bonne résistance du taux d'insertion à la crise (voir l'encadré), à l'uB comme dans les universités en général, est liée notamment à l'instauration d'outils comme celui-ci", analyse la responsable.

Quelle insertion professionnelle à la sortie de l'UB ?
Le ministère de l'Enseignement supérieur a publié en décembre 2013 sa quatrième enquête annuelle d'insertion professionnelle des diplômés de l'université. Ces chiffres, calculés à 30 mois de l'obtention du diplôme, portent sur les étudiants de 2010.

Au niveau national, le taux moyen d'insertion atteint 90 % pour les masters, 91 % pour les licences professionnelles et 88 % pour les DUT. Les résultats de l'UB varient selon les disciplines. Par exemple pour les masters, le taux d'insertion est inférieur à la moyenne nationale dans le secteur "Droit, économie et gestion" (91 % contre 92 %), mais supérieur dans les catégories "Sciences, technologies et santé" (92 % contre 91 %) ou "Sciences humaines et sociales" (90 % contre 88 %).

Parmi les formations "stars" de l'université : le master mobilité, transports, environnement, le master recherche et veille documentaire internationale ou le master pro archives des XXe et XXIe siècles : du papier au numérique, pensés "en lien avec les milieux et besoins professionnels".

Sommaire du dossier
Retour au dossier L’UB : un pôle d’attraction en Bourgogne La licence SLIC de l’UB : entre info-com et linguistique, plus besoin de trancher UB-link : le Facebook de l’université de Bourgogne L’associatif à l’UB : l’autre moyen pour les étudiants de se former