Une licence pro en commerce et gestion : pour additionner les compétences

Par Emmanuel Vaillant, publié le 08 Mars 2013
3 min

Le commerce et la gestion sont les deux domaines où les licences professionnelles sont les plus nombreuses et les plus diverses :il en existe 490, soit le quart du total des spécialités de licences pro. Un grand nombre de ces formations sont dédiées à un univers de produits, du commerce des arts et de l'Antiquité à celui du vin et des produits culturels, immobiliers, financiers ou encore sportifs. D'autres forment à des modes de commercialisation spécifiques : grande distribution, commerce B to B, e-commerce...

 
Pas seulement pour les titulaires d'un BTS ou d'un DUT

 

La plupart des candidats en licence pro commerce ou gestion viennent de DUT ou de BTS tertiaires, notamment le DUT techniques de commercialisation ou le DUT GEA (gestion des entreprises et des administrations), et le BTS négociation relations clients ou le BTS management des unités commerciales. Mais pas seulement...

Nous favorisons des parcours très divers, en mêlant des titulaires de BTS ou de DUT avec des étudiants issus de toutes sortes de licences générales,et pas forcément économiques”, note Sylvie Vilter, directrice du département Réussite et insertion à l'université Versailles-Saint-Quentin.

 
Pour une formation commerciale plus polyvalente qu'après un bac+2

 

Période de crise ou pas, les profils commerciaux s'insèrent bien dès le niveau bac+2. Alors à quoi sert-il de poursuivre à bac+3 ? Réponse de Dominique Chabert, responsable de la licence pro banque à l'université Lyon 2 : “Si les entreprises embauchent des diplômés à bac+2, le bac+3 est un plus en termes de salaire et de responsabilité, par exemple sur un portefeuille de clients. Car ces candidats sont à la fois plus opérationnels et plus sensibilisés à l'analyse, avec un savoir-faire technique et une culture économique. En ce sens la licence pro permet un saut qualitatif par rapport au bac+2.”

Un point de vue que partage Évelyne Girard, responsable de la licence pro commerce à Paris-Sorbonne : “Ce que les entreprises, notamment les PME, apprécient, c'est la formation commerciale transversale de nos diplômés, qui intègre du back et du front office, du juridique, du marketing.” Bref, des spécialistes très... polyvalents.


Johanna, 22 ans : "Ma licence m'a servi à être prérecrutée"
Diplômée d'une licence professionnelle commerce option collaborateurs des activités internationales à l'université Paris-Sorbonne, Johanna est aujourd'hui gestionnaire de crédits documentaires à la Société générale.
Son orientation. "Après mon bac ES, j'ai commencé par un DUT GEA , mais ça ne m'a pas plu car il y avait trop de comptabilité", raconte Johanna, qui s'est alors réorientée vers un DUT techniques de commercialisation. Une fois diplômée, elle choisit de se spécialiser en commerce international via une licence pro en alternance, “parce que le bac+2 ne suffit pas en termes d'expérience et que j'avais envie d'entrer progressivement dans le monde du travail, avec une expérience à faire valoir”.
Sa formation. “L'atout de ma licence pro a été l'alternance”, souligne-t-elle. Intégrée comme apprentie dans un service international de la Société générale, elle passe deux jours en cours et trois en entreprise. “Fatigant, mais efficace pour apprendre le métier”.
Son métier. C'est une fois diplômée, en juin 2012, que Johanna a été recrutée par la Société générale au poste qu'elle occupait comme apprentie : “Cette année en licence pro m'a servi à être prérecrutée. Je suis opérationnelle sur un métier qui me plaît et qui consiste à établir des crédits documentaires, des moyens de paiement pour les entreprises qui exportent.”
Son salaire brut mensuel : environ 2.200 €.

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !