1. Supérieur
  2. Licence / Université
  3. Nouvelle licence : les propositions de l’UNEF

Nouvelle licence : les propositions de l’UNEF

Envoyer cet article à un ami

Retrouvez toute l'actualité de l'éducation dans notre dossier.

Près de 1,5 millions de jeunes (60 %) étudient à l’université en France, dont 850.000 en cursus licence. Parmi ces étudiants, la moitié échoue en première année et chaque année 17 % ressortent sans qualification.
Face à ce constat, l’UNEF (Union nationale des étudiants de France) décrie le plan réussite en licence lancé en 2007 par la ministre Valérie Pécresse. « Sans cadrage, sans moyen, et sans recrutement », il était déjà « condamné à ne rester qu’un recueil de bonnes intentions », indique le premier syndicat étudiant dans un communiqué daté du 15 février 2011. Celui-ci « attend que le chantier pour une nouvelle licence lancé le 8 février 2011 par la ministre soit enfin l’occasion de réduire significativement l’échec en premier cycle ». Le syndicat propose de son côté une série de mesures. Objectifs : améliorer les formations universitaires et atteindre 50 % d’une classe d’âge au niveau licence.

Revoir les modalités d’évaluation

L’UNEF revendique ainsi « un règlement national des modalités de contrôle de connaissances intégrant la compensation annuelle, l’interdiction des notes éliminatoires et la mise en place de rattrapages aux examens dans toutes les filières ».

Cours en petits groupes et fin des cours en amphi en L1

Le syndicat propose également « l’amélioration des conditions d’encadrement en licence avec la multiplication des cours en petits groupes et la fin des cours en amphi en L1 ». Une mesure qui « exige un plan de recrutement de 2 500 enseignants et 2 500 personnels BIATOSS pendant 5 ans ».

25 heures de cours hebdomadaires et licences pluridisciplinaires

L'UNEF prône aussi « l’augmentation des volumes horaires dans toutes les filières avec un minimum universel de 25 heures de cours hebdomadaires » et « la mise en place de licences pluridisciplinaires organisées autour de grands domaines de formation ».

Une meilleure lisibilité de l’offre de formation

Enfin, l’UNEF se déclare favorable à « un cadrage national des intitulés et des contenus de diplômes pour garantir une plus grande lisibilité de l’offre de formation, permettre la pluridisciplinarité et favoriser une orientation progressive ».

Toutes ces propositions ont été envoyées dans un dossier à Valérie Pécresse. À voir si la ministre en tiendra compte.


Virginie Bertereau

21 février 2011