1. Plan licence : à Metz, des heures supplémentaires
Enquête

Plan licence : à Metz, des heures supplémentaires

Envoyer cet article à un ami

Réduire de moitié l’échec en premier cycle d’ici à cinq ans, c’est le but du plan licence. Mais le sujet mobilise les universités depuis plusieurs années. Premier bilan.

À l’université Paul-Verlaine de Metz (57), l’accent a notamment été mis dès 2005 sur ­l’acquisition de compétences générales par tous les étudiants. "De la licence 1 au master 2, nous avons instauré un enseignement obligatoire en langue vivante", détaille Gérard Michaux, vice-président du CEVU (conseil des études et de la vie universitaire).

Concrètement, chaque étudiant bénéficie de 48 heures de langues chaque année, ce qui représente un coût financier important pour l’université, en termes de charge enseignante. L’informatique et le projet professionnel sont également rendus obligatoires, mais leur effet sur la réussite est difficile à mesurer. Nouveauté de la rentrée, l’université de Metz souhaite augmenter le volume horaire de la licence de 100 heures à l’année dans les filières de lettres, langues et sciences humaines. "Nous voulons dédoubler les groupes de travaux dirigés pour encadrer au mieux les étudiants", précise Gérard Michaux.

Selon les normes officielles SAN REMO (Système de répartition des financements des universités), le dédoublement est prévu à partir de 52 étudiants par groupe de TD, contre 32 élèves en sciences. "Avec 26 semaines d’enseignement par an et 52 étudiants en TD, il est impossible de faire passer chacun d’entre eux à l’oral. Avec des groupes de 25 à 30, chaque étudiant pourra passer au moins une fois dans l’année !" analyse Gérard Michaux.
Sommaire du dossier
Retour au dossier Plan licence : priorité à l'accompagnement Plan licence : des différences suivant les disciplines Plan licence : l’orientation personnalisée fait défaut Plan licence : à Metz, des heures supplémentaires Plan licence : au Havre, plus d'accompagnement personnalisé Simone Bonnafous : "La pédagogie au service de l’étudiant est réhabilitée"