1. Plan licence : l’orientation personnalisée fait défaut
Enquête

Plan licence : l’orientation personnalisée fait défaut

Envoyer cet article à un ami

Réduire de moitié l’échec en premier cycle d’ici à cinq ans, c’est le but du plan licence. Mais le sujet mobilise les universités depuis plusieurs années. Premier bilan.

Information avant préinscriptions
 

En s’attaquant dès le lycée à l’information des élèves, il s’agit d’éviter les erreurs d’aiguillage de jeunes échoués en fac. Concrètement, les universités doivent informer, lors d’une préinscription, sur la réalité des études et des débouchés. D’abord baptisé orientation active, ce système calqué sur le recrutement des autres filières sélectives (BTS, DUT, prépa) prendra la forme d’un dossier unique de préinscription généralisé en 2009.
 

Orientation ou régulation ?
 

Mais le succès du dispositif repose sur un accompagnement personnalisé de chaque étudiant. "La plupart des facs se contentent d’une procédure informatique sans offrir de rendez-vous individuel, déplore Anna Mélin. Faute de personnel, l’orientation active risque de se transformer en un système de régulation des flux à l’entrée de certaines filières !"

Au final, l’absence de création de postes supplémentaires reste la principale critique formulée par les syndicats étudiants ou enseignants. Plus d’argent pour les étudiants mais moins de profs pour les encadrer, telle est l’insoluble équation de la rentrée universitaire !
Sommaire du dossier
Retour au dossier Plan licence : priorité à l'accompagnement Plan licence : des différences suivant les disciplines Plan licence : l’orientation personnalisée fait défaut Plan licence : à Metz, des heures supplémentaires Plan licence : au Havre, plus d'accompagnement personnalisé Simone Bonnafous : "La pédagogie au service de l’étudiant est réhabilitée"