1. Bilan plan licence à Paris 13 : une remise à niveau en français
Enquête

Bilan plan licence à Paris 13 : une remise à niveau en français

Envoyer cet article à un ami

Deux ans après son lancement, quels sont les premiers résultats du plan pour la réussite en licence destiné à aider les étudiants de 1ère année ? Si les universités ont multiplié les initiatives et renforcé les dispositifs comme le tutorat ou l’enseignant référent, il manque encore des résultats chiffrés pour évaluer l’effet sur la réussite. Esquisse d’un 1er bilan et présentation de quelques initiatives à Reims, Brest et Paris 13.

En 1ère année de licence, de plus en plus d’étudiants doivent suivre un retour aux fondamentaux de l’expression. "Nous avons découvert que les difficultés des élèves provenaient souvent d’un problème de compréhension du vocabulaire", explique Elisabeth Belmas, la directrice de l’UFR (unité de formation et de recherche) de lettres, arts et sciences humaines et sociales de Paris 13. Quelque soit leur discipline, les 400 étudiants de licence 1 ont tous droit à une remise à niveau en langue française. Objectif : s’assurer qu’ils maîtrisent le vocabulaire et les règles de grammaire afin de pouvoir suivre sans problème leurs enseignements de 1ère année. Au cours de ces séances en petit groupe de 10 à 15, les élèves analysent des mots inconnus ou s’exercent aux différentes façons d’exprimer une idée. L’unité d’enseignement "qualité de l’expression" compte dans la validation du trimestre. Nouveauté de l’année, la QE a été étendue à toute la 1ère année (et pas seulement au 1er semestre).
 

Tutorat facultatif par les étudiants de master

 
Le cours de QE est financé par l’université dans le cadre du plan Réussite en licence. L’UFR a également mis en place d’autres dispositifs comme le tutorat, pratiqué depuis une dizaine d’années, ou l’enseignant-référent introduit l’an dernier. À la différence du cours de QE, le tutorat reste facultatif. Dans chaque département, quelques étudiants de master offrent des heures de permanence hebdomadaire pour répondre aux questions de leurs camarades de licence : méthodologie, compréhension d’un point du cours, conseils divers... Autre dispositif initié en 2009-2010 : l’enseignant-référent, qui accompagne des étudiants en difficulté. Les résultats aux premiers devoirs servent à repérer ceux qui sont les plus perdus. Avec une note inférieure à 8/20, le jeune est convoqué à un entretien avec l’enseignant qui va essayer d’analyser ce qui pose problème. L’entretien peut se renouveler au cours de l’année. "Ce système nous sert aussi à repérer les points sur lesquels nous pouvons améliorer ou perfectionner notre enseignement", conclut Elisabeth Belmas.
Sommaire du dossier
Retour au dossier Bilan plan licence à Reims : pari sur l’orientation Bilan plan licence à Brest : au secours des échoués de médecine Bilan plan licence à Paris 13 : une remise à niveau en français