1. Bilan plan licence à Reims : pari sur l’orientation
Enquête

Bilan plan licence à Reims : pari sur l’orientation

Envoyer cet article à un ami

Deux ans après son lancement, quels sont les premiers résultats du plan pour la réussite en licence destiné à aider les étudiants de 1ère année ? Si les universités ont multiplié les initiatives et renforcé les dispositifs comme le tutorat ou l’enseignant référent, il manque encore des résultats chiffrés pour évaluer l’effet sur la réussite. Esquisse d’un 1er bilan et présentation de quelques initiatives à Reims, Brest et Paris 13.

À l’université de Reims, l’application du plan Réussite en licence passe par les UFR (unité de formation et de recherche), qui restent assez libres de sa mise en place. "En sciences, les étudiants bénéficient d’unités d’enseignement de remise à niveau en début d’année et le contrôle continu fonctionne depuis plusieurs années déjà", détaille Cédric Gressent, le vice-président étudiant. Les journées de pré-rentrée sont l’occasion de rencontrer l’enseignant-référent, qui aide les nouveaux bacheliers à faire leur inscription pédagogique. En 2009, plus de 2.000 étudiants de licence 1 ont bénéficié de cet accompagnement. Crucial lors de la 1ère quinzaine de cours, il permet de faciliter les inscriptions et d’éviter les imbroglios administratifs. Mais la dizaine d’enseignants-référents intervient aussi en licence 2 pour aider les jeunes dans leur orientation soit vers une licence généraliste, soit vers une licence pro. "C’est rassurant d’avoir un contact privilégié avec un prof qui connaît bien votre dossier scolaire et vous suit sur votre parcours de licence", estime Cédric. Un rôle de conseil qui permet d’aiguiller les jeunes et de limiter les erreurs de parcours.
 

Un relais étudiant pour faire le lien

 
Surtout, l’université de Reims a innové avec le système du "relais étudiant" qui existe depuis 2002. Il s’agit d’un service à disposition des jeunes en difficulté. Un poste spécifique et à plein-temps a été créé à cet effet. Amélie Baillat, la responsable, tient des permanences régulières sur les 2 sites du campus pour répondre aux questions. "Les sollicitations sont très diverses, cela peut aller d’un problème de logement à la recherche d’une bourse, d’un petit boulot ou d’une réorientation", raconte la responsable. "En fonction de la demande, je mets les jeunes en relation avec nos différents partenaires (SIOU, AFIJ, CROUS). J’essaie de proposer des solutions pratiques, mais c’est parfois plus facile à dire qu’à réaliser !". Amélie s’occupe également de relancer les décrocheurs par mail ou courrier afin de leur proposer des solutions alternatives aux études en fac et leur éviter ainsi de perdre une année.
 

Effectifs stables ou en hausse

 
Au final, l’ensemble des mesures semble plutôt bénéfique. "Le bouche-à-oreille en faveur de l’université est positif", assure Guillaume Gelé, le vice-président du CEVU (Conseil des études et de la vie étudiante). "Malgré la baisse du nombre de bacheliers dans l’académie, l’université maintient ses effectifs et voit même les inscriptions augmenter dans certaines filières".

Sommaire du dossier
Retour au dossier Bilan plan licence à Reims : pari sur l’orientation Bilan plan licence à Brest : au secours des échoués de médecine Bilan plan licence à Paris 13 : une remise à niveau en français