1. Supérieur
  2. Licence / Université
  3. Portrait de fac : l'université de Strasbourg
Reportage

Portrait de fac : l'université de Strasbourg

Envoyer cet article à un ami

Bienvenue dans la plus grande fac de France ! Née en 2009 de la fusion des 3 universités de la ville – Louis-Pasteur, Marc-Bloch et Robert-Schuman –, l’université de Strasbourg compte aujourd’hui 42.000 étudiants répartis sur 8 sites. À quoi vous attendre si vous envisagez d’y étudier ? Gros plan sur les points forts et les points faibles de l’UdS, caractérisée par la richesse de sa vie associative et son action en faveur des étudiants décrocheurs.

Université de Strasbourg - Campus“Elle est unique” proclamaient les affiches de pub qui annonçaient en 2009 la naissance de l’université de Strasbourg après la fusion des 3 anciennes facs – Louis-Pasteur, Marc-Bloch et Robert-Schuman. Revue de détail de ce qui marche et de ce qui fonctionne moins bien dans cette entité, qui compte plus de 42.000 étudiants répartis sur 8 campus.

 
SES POINTS FORTS

 

Une notoriété grandissante

C’est indéniablement un atout : les diplômes délivrés par l’université de Strasbourg ont acquis, avec la fusion, une notoriété beaucoup plus forte. Et cette visibilité est amenée à s’accroître au fil des années. En effet, la direction de l’UdS s’attache à mettre en valeur l’identité de l’établissement pour en faire une véritable “marque”, réputée aux niveaux national et international.

Une offre de formation très large

35 mentions de licences (et 46 spécialités ou parcours de formation), 20 licences pro (33 spécialités), 61 mentions de masters (165 spécialités ou parcours de formation) et 59 doctorats : voilà l’offre de formation, vaste et pluridisciplinaire (sciences, lettres, sciences humaines et sociales, droit, médecine, etc.), que vous propose l’université de Strasbourg. Et ce n’est pas tout ! S’y ajoutent 5 diplômes d’ingénieur (13 spécialités), le diplôme grande école de l’EM Strasbourg et celui de l’institut d’études politiques.

Université de Strasbourg - Tour de chimie

Un campus vert intégré à la ville

L’Esplanade, le campus central de l’université de Strasbourg, est largement intégrée à la ville et fait une large place aux piétons et aux vélos. L’opération Campus, qui vise à rénover le patrimoine immobilier universitaire, devrait renforcer cet atout. Différents aménagements sont prévus : réhabilitation de la tour de chimie, qui abritera des logements étudiants, restructuration du centre sportif, construction d’un learning center… Avec l’objectif de rendre le campus plus vert. Ainsi, le premier chantier engagé vise à transformer de nombreux parkings en jardins.
De plus, située à quelques kilomètres de la frontière allemande, la ville de Strasbourg, siège du Parlement européen, offre une ouverture qu’apprécieront particulièrement les curieux.
Cerise sur le gâteau, 3 bibliothèques universitaires (la bibliothèque Blaise-Pascal, la bibliothèque du Pôle européen de gestion et d’économie et la bibliothèque de médecine/ontologie) ont étendu leurs horaires d’ouverture pour mieux s’adapter aux besoins des étudiants et ont obtenu le label NoctamBU.

Une vie étudiante dynamique

Strasbourg est réputée pour le dynamisme de sa vie étudiante, et notamment la richesse de sa vie associative. Avec un avantage pratique : toutes les associations sont regroupées au sein de l’AFGES (Association fédérative générale des étudiants de Strasbourg), dont beaucoup de membres sont élus au sein des conseils de l’université. L’AFGES est très impliquée dans la politique étudiante sous toutes ses formes, qu’il s’agisse de la formation, du logement, de la restauration, des bourses ou encore de la citoyenneté.

 
SES POINTS FAIBLES

 
Université de Strasbourg - Institut Le Bel

Des sites très dispersés

Entre le campus central, en plein cœur de la ville, et les 7 autres sites de l’université, les relations sont ténues, notamment pour les campus d’Illkirch, de Cronenbourg et de Schiltigheim, particulièrement excentrés. Résultat : les étudiants ne se rencontrent pas vraiment, à moins de venir participer à des activités communes sur le campus central, où se concentre vraiment la vie étudiante.

Un manque d’interaction entre les disciplines

En rejoignant une université pluridisciplinaire comme l’UdS, on pourrait s’attendre à bénéficier d’enseignements réellement transversaux. Ce n’est pas le cas aujourd’hui : pour la plupart, les disciplines restent, cloisonnées. Cependant, l’offre de formation doit être réorganisée en 2013, dans la perspective de vraiment donner aux étudiants la possibilité de se construire une maquette pluridisciplinaire, avec des majeures et des mineures spécifiques. Par exemple, des cours de maths pour débutants pourront être proposés à des étudiants non scientifiques.

Des dispositifs de soutien pas assez connus des étudiants

Statistiquement, si vous vous présentez aux examens, vous avez 1 chance sur 2 d’obtenir votre licence. Pour ceux qui ont le plus de difficultés, l’université de Strasbourg met en place des dispositifs de soutien et d’aide à l’orientation, mais elle peine à les faire connaître des étudiants. Le tutorat n’attire pas les foules, pas plus que l’orientation active. En droit et AES (administration économique et sociale), par exemple, seuls 65 lycéens sur 800 ont demandé un avis à la fac. Si vous voulez en bénéficier, n’hésitez pas à vous renseigner, notamment auprès de l’Espace Avenir, qui rassemble les SCUIO (services communs universitaires d’information et d’orientation) des anciennes universités.


UdS ou unistra : quel surnom l’emportera ?
Pour développer sa marque, l’université de Strasbourg doit d’abord choisir son nom. Si le logo met en avant les initiales UdS, le site Internet (www.unistra.fr), les mails ainsi que le compte Twitter (http://twitter.com/#!/unistra_com) de l’établissement ont, quant à eux, pris le raccourci “unistra”.
Deux options entre lesquelles la direction devra être amenée à trancher. En demandant l’avis de ses étudiants ?

Pour aller plus loin : Construire son projet professionnel : le coup de pouce des facs / Réussir ses études à l'université : la vérité sur 15 filières à la fac

Sommaire du dossier
La vie étudiante à la fac de Strasbourg vue par Arielle, arrivée de Nice Se réorienter à l’université de Strasbourg : un DU pour les étudiants décrocheurs