1. Portrait de fac : l'atypique université Paris 8
Reportage

Portrait de fac : l'atypique université Paris 8

Envoyer cet article à un ami

Quel point commun entre Michel Foucault, Gilles Deleuze et Jacques Lacan ? Ces 3 grands intellectuels du XXe siècle sont passés par l’université Paris 8, créée à Vincennes dans la foulée de Mai 1968 et installée depuis 1980 en Seine-Saint-Denis. Conditions d’études, filières, pédagogie… grâce à notre reportage, faites connaissance avec les spécificités de cette fac à dominante lettres et sciences humaines, qui compte 40 % de salariés et 35 % d'étrangers.

Si l’innovation, la pluridisciplinarité et la recherche constituent des facteurs d’attraction pour les étudiants, Paris 8 souffre d’une image de fac de banlieue et d’un certain isolement de son campus.


LES POINTS FORTS


Son interdisciplinarité et son esprit innovant

Paris 8 - Bâtiment universitaire avec cafétéria et logements étudiants Depuis sa création en 1970, l’université Paris 8 a toujours favorisé une approche pluridisciplinaire. Les programmes associent par exemple les maths et la philosophie, ou la danse et l’économie, et les étudiants ont une certaine liberté dans le choix de leurs UE (unités d'enseignement).
Elle a innové aussi avec l’ouverture d’un centre d’études féministes ou d’un département de psychanalyse. Autres exemples de formations originales : un master sur le genre, un DESU (diplôme d’études supérieures universitaires) en criminologie ou en langue des signes.
Enfin, l’université est l’une des seules en France à offrir toute la gamme des disciplines artistiques (danse, théâtre, cinéma…).

Sa tradition d’ouverture

Des étrangers aux travailleurs salariés, Paris 8 a toujours eu une forte tradition d’accueil, celle d’un public diversifié. L’université a également fait un effort particulier sur l’accueil des étudiants handicapés.
Un bémol toutefois concernant les relations internationales, marquées par un déséquilibre : si l’université compte 35 % d’étrangers, les étudiants de Paris 8 sont pour leur part assez peu mobiles. On ne compte en effet que 200 à 250 départs par an sur un effectif total de 22.000 étudiants, toutes années d’études confondues.

Sa recherche reconnue et de haut niveau

La dernière évaluation de l’AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur), menée en 2008, souligne la qualité scientifique de plusieurs laboratoires en lettres et sciences humaines, arts et sciences sociale, avec 50 % d’unités de recherche classées A ou A+ (sur une échelle de A à D).
Autre tradition forte à Paris 8, dans la plupart des filières, les étudiants sont régulièrement confrontés aux travaux des chercheurs : c’est le cas par exemple pour la filière ATI (arts et technologies de l’image).

Paris 8 - Intérieur de l'université

L’arrivée prochaine des Archives nationales

En cours de construction, l’imposant bâtiment des archives nationales est implanté à 5 minutes de l’université. Ce nouvel équipement devrait fonctionner en 2012 et déboucher sur des collaborations avec les chercheurs de Paris 8.


LES POINTS FAIBLES


Une image à travailler

L’université est marquée par son implantation dans le département de Seine-Saint-Denis, avec de nombreux problèmes sociaux associés. Elle a aussi connu une baisse importante des inscrits (18 % d’étudiants en moins entre 2002 et 2008). Une chute qui, toutefois, semble “actuellement enrayée” selon un rapport de la Cour des comptes.


Un campus isolé

Sans commerces ni cafés (mais avec une station de bus et de métro), le quartier qui jouxte l’université manque de convivialité et n’incite pas les étudiants à rester sur place après les cours.


Sommaire du dossier
La BU, au cœur du campus de Paris 8 À Paris 8, une pédagogie innovante Le tutorat à Paris 8 selon Marie, en master 2 industries créatives La filière ATI de Paris 8, à mi-chemin entre l’art et l’informatique L'université Paris 8 vue par un étudiant haïtien