Montpellier 3, une université au cœur de la verdure en mode bohème

Par Camille Stromboni, publié le 24 Juin 2014
5 min

Le labyrinthe de méditation, le bruit de l’eau des fontaines, la verdure et les amandiers en toile de fond… L’université Montpellier 3 accueille 20.000 étudiants, principalement sur le campus de la route de Mende, ancré dans un ancien domaine. Des arts, des lettres, des langues des sciences humaines : plongée au cœur de cette grande fac à la réputation révolutionnaire.

Ne descendez pas à l'arrêt "Universités" : le tram a ses raisons que la fac ignore ! C'est en effet à l'arrêt "Saint Eloi" que vous pourrez rejoindre au plus vite, après 10 minutes de marche, le site de Paul-Valéry - Montpellier 3 - dites "Paul Va'" ! - à quelques encablures de sa consœur la scientifique, Montpellier 2. Et à un quart d'heure en tramway du centre-ville. C'est dans un ancien domaine, au milieu des pins et des amandiers, que les bâtiments de la fac de sciences humaines se dispersent, entre patios et fontaines, au bord de la route de Mende.

Un campus artistique

Un campus artistique, parfois quelque peu décrépi puisqu'il date des années 1960, qui mêle de nombreuses œuvres classées (XXe siècle) - une grille d'entrée signée Vasarely et un mur cyclopéen entre autres ! - le tout dans une géométrie... originale. "Les premières semaines de cours, nous jouons les 'poteaux indicateurs' pour les nouveaux arrivants", sourit l'enseignante Cécile Poussard. Mais le pli est vite pris, rassurez-vous.

Une large palette de disciplines en humanité

Avec 20.000 étudiants, l'établissement se distingue par une offre de formation réunissant toute la gamme des disciplines des humanités et plus encore : lettres, langues, arts plastiques, arts du spectacle, cinéma, musicologie, philosophie, psychologie, sociologie, AES (Administration économique et sociale), info-communication, sciences du langage, (voir la liste des licences)... "Nous avons une très grande diversité de disciplines, se réjouit la présidente, Anne Fraïsse. Ce qui donne un large choix aux étudiants."

Université Paul Valéry Montpellier 3 ©Camille Stromboni - avril 2014 - 6La grille signée Vasarely fait partie des nombreuses œuvres d'art présentes sur le campus. // © Camille Stromboni

Une organisation parfois complexe

Une vaste palette synonyme également de complexité. "Le problème, c'est qu'on n'est pas forcément préparé à faire des 'tetris' avec les matières et les horaires de ses emplois du temps", image joliment Émma, vice-présidente étudiante en 2014. Pour Mathilde, qui vient de suivre une première année d'histoire, "À Paul Va, l'organisation n'est vraiment pas terrible. C'est très difficile de trouver à qui s'adresser, et de réussir à tomber sur un secrétariat ouvert." La présidente le reconnaît : "Nous n'avons pas beaucoup de moyens donc il est parfois difficile d'assurer toute cette richesse. Donc oui, l'organisation peut sembler compliquée. On demande beaucoup d'autonomie à nos étudiants, qui doivent prendre leur formation en main."

La révolution continue ?

Une organisation plutôt bohème qui va avec la réputation révolutionnaire de l'établissement ? Car c'est aussi l'un des traits de caractère de la fac de sciences humaines. "Montpellier 3 n'est pas révolutionnaire, nuance l'enseignante Laure Echalier, mais elle est plutôt à gauche." Emma, elle-même à l'Unef reconnaît également que "les syndicats de gauche restent fort ici".

Emma - Université Paul Valéry Montpellier 3 ©Camille Stromboni - avril 2014 - 3 bisÉmma, vice-présidente étudiante en 2014, a appris à jongler avec les matières et les emplois du temps. // © Camille Stromboni

Une esthétique de la lutte

Ce qui n'est pas synonyme de blocage à répétition, assure l'ancienne vice-présidente étudiante. "Montpellier 3 a, il est vrai, une belle tradition de mouvements, et une esthétique de la lutte, mais la fac n'est pas tout le temps bloquée. Cela arrive peut-être un mois ou deux, tous les trois ans." Selon Mathilde, que la politique n'intéresse pas : "On voit juste qu'ici, beaucoup d'étudiants sont très engagés, et qu'au cours de l'année, il y a eu des blocages de la fac [à l'automne 2013, contre les restrictions budgétaires notamment]."

Ambiance : solidaire et culturelle

Côté public étudiant, "c'est très mélangé, décrit Emma. Quand je suis arrivée en 2009, c'était très 'roots'-baba-cool. Nous avions la réputation d'être une fac de 'punks à chien', comme on dit. Aujourd'hui, il y a vraiment tous les styles." Mathilde ajoute : "On s'habille comme on veut ici : les gens ne jugent pas ! Cette diversité est un point fort, et cela permet de toujours trouver d'autres étudiants avec qui on s'entend bien."

Le tout dans une ambiance très "solidaire". "On s'entraide beaucoup, raconte Mehdi, en cours de réorientation après une première année en sociologie. Les étudiants se passent les cours tout le temps, on a même un groupe Facebook pour partager."

La vie étudiante est également riche pour ceux qui souhaitent en profiter, avec une touche culturelle forte : outre les soirées étudiantes, organisées par les associations, des concerts ont lieu tous les jeudis midi (Les jeudis en musique), des pièces de théâtre, jouées notamment par les étudiants (un théâtre est en effet présent au sein du campus : La Vignette), ou encore divers événements, comme le festival contre les discriminations.

Université Paul Valéry Montpellier 3 ©Camille Stromboni - avril 2014 - 4Paul-Valéry, "une fac d'artistes, un peu plus hippie que les autres" // © Camille Stromboni

Attention à la détente...

Et côté rythme de travail, qu'en est-il du préjugé souvent accolé aux établissements de sciences humaines : "Montpellier 3 est vue comme une fac de glandeurs par excellence, décrit Mathilde. Avec toute cette verdure propice à la détente, ça se comprend, sourit l'étudiante. C'est aussi parce nous sommes peut-être une fac d'artistes, un peu plus hippie que les autres". N'en doutez pas pourtant, si le site est en effet favorable au délassement, le volume de travail sera tout à fait conséquent. Si vous souhaitez valider votre année évidemment !

Les 3 sites de l'université Paul-Valéry
Le campus de la route de Mende est le site principal de l'université Montpellier 3. Il réunit près de 17.000 étudiants. Le site Saint-Charles, dans le centre de Montpellier, compte lui moins de 2.000 étudiants, en master 2. Enfin, l'antenne de Béziers accueille 700 étudiants.

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !