L'université Montpellier 3 : une licence pour se réorienter en cours de route

Par Camille Stromboni, publié le 24 Juin 2014
3 min

Une licence plus progressive, qui permet de se réorienter en cours de route. L’université Montpellier 3 a très tôt développé la spécialisation progressive au sein des premières années d’études, dans l’optique de limiter l’échec grâce à des passerelles, mais pas seulement.

Se tromper et rebondir, sans perdre le bénéfice des crédits d'enseignement acquis. L'université Paul-Valéry - Montpellier 3 a mis en place, dès 2011, des maquettes de licence permettant à un étudiant de changer de spécialité en cours de route, jusqu'à la fin de la première année, en conservant le bénéfice de ses matières validées.

Chaque formation se partage en trois blocs : le tronc commun (avec une majeure et une mineure), la spécialité disciplinaire et les transversaux (langue, méthodologie, culture générale, sport).

"Un étudiant peut se réorienter dans une autre spécialité à la fin du premier semestre ou du second [en L2], explique la vice-présidente Laure Echalier. On considère que s'il a validé ses unités d'enseignement, c'est transférable car il pourra s'adapter, ayant atteint un certain niveau universitaire."

Au final : peu de réorientations

Quels résultats en termes de passerelles ? "Les réorientations ne concernent pas un wagon d'étudiants", souligne l'enseignante. Environ 50 font ce choix à l'issue du premier semestre de L1 (1), sur 6.000 étudiants de L1. "Heureusement, l'objectif n'est pas seulement celui-ci, explique-t-elle. C'est aussi la pluridisciplinarité que nous offrons aux étudiants d'une université unissant arts, lettres, langues et sciences humaines." Anne Fraïsse, la présidente, ajoute : "Nous avons une superbe licence mais peu s'en saisissent. Être moins disciplinaire n'est pas du tout plus facile pour un nouvel étudiant. Cela rend surtout la licence plus riche". Pour 2015, les nouvelles maquettes ont subi quelques ajustements, avec un élargissement de la palette des matières accessibles en mineure aux étudiants.

Exemple en info-com, qui attire beaucoup : jusqu'ici, vous auriez dû choisir votre mineure uniquement en sciences du langage, désormais vous pourrez choisir aussi entre histoire, ethnologie, lettres modernes ou classiques.

Université Paul Valéry Montpellier 3 ©Camille Stromboni - avril 2014 - 9Des étudiants à l'entrée du campus de Paul-Valéry, sur la route de Mende. // © Camille Stromboni

Deux chances aux partiels

À Paul-Valéry enfin, même la manière dont vous allez être évalué [les modalités de contrôle de connaissances] a été réfléchie dans un souci de favoriser la réussite en licence – sans renier sur les exigences ! Jugée favorable par l'ancienne vice-présidente étudiante (Unef), Emma, elle offre en effet deux chances aux étudiants, qui peuvent tous, s'il le souhaitent, aller aux rattrapages pour faire remonter leurs notes. Seule la meilleure sera conservée in fine.

Si en pratique, ce sont surtout les L3 et les M1 qui se sont emparés de ce dispositif, il vous est, en tous cas, ouvert dès la L1 !

(1) Les chiffres de réorientation ne sont pas disponibles à l'issue du S2.

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !