1. Portrait de fac : L’université de Nantes : la fac qui (se) bouge !
Reportage

Portrait de fac : L’université de Nantes : la fac qui (se) bouge !

Envoyer cet article à un ami

L’université de Nantes : une fac jeune (50 ans à peine) et dynamique ! Cet établissement pluridisciplinaire aux 21 composantes et 33.000 étudiants est réputé pour la richesse de sa vie associative et culturelle. Autre point fort, l’université innove dans l’aide à l’insertion professionnelle et met en œuvre des dispositifs pour que les étudiants sportifs puissent concilier études et carrière de haut niveau.

À l’université de Nantes, les étudiants ont le choix parmi plus d’une centaine d’associations, qu'elles soient culturelles, sportives, sociales

Bienvenue sur le campus de l’université de Nantes, réputé pour son dynamisme, à l’image d’une ville en pleine expansion ! "Ici, on se sent bien, et la vie culturelle et associative est vraiment dynamique", résume Marion. En master 2 sciences de l’éducation, la jeune fille a déjà connu 2 autres villes universitaires, Metz et Limoges.

Avec Hugo, un étudiant qui effectue, comme elle, son service civique à l’AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville), Marion tracte sur le campus du Tertre, situé à 20 minutes du centre-ville. Ils recherchent des bénévoles. Une quarantaine de recrues ont été déjà enregistrées, mais l’objectif est d’arriver à 300.

 
Projets étudiants aidés par un fonds de solidarité

 
L’AFEV fait partie de l'ensemble des associations étudiantes de l’université. C’est le cas également de la radio Prun, d'Autour du monde (orientée vers l’accueil des étudiants étrangers et organisatrice de cafés polyglottes) ou encore de Vélocampus.

"Ces associations ont réussi à développer des activités devenues incontournables. Par conséquent, nous avons développé un partenariat plus resserré avec elles sous forme de convention annuelle", explique Julie Belleil, la responsable du service de la vie étudiante, dont les bureaux sont installés au cœur du campus du Tertre.

Chaque année, une centaine de projets étudiants bénéficient ainsi du soutien financier du FSDIE (Fonds de solidarité et de développement des initiatives étudiantes) doté d’un montant annuel de 300.000 €. "Nous sommes des facilitateurs de projets et des accompagnateurs des initiatives qui viennent avant tout des étudiants", explique Julie Belleil.

 
Des ateliers de théâtre, de cinéma, de graffitis…

 
La culture est aussi un élément important du campus. Le pôle étudiant dispose d’une salle de 600 places, où se déroule un concert par mois. Quelques mètres plus bas, en direction de la station de tramway, on trouve aussi le théâtre, qui attire un public varié et pas uniquement étudiant.
 
Sur le campus du Tertre, le pôle étudiant (à gauche) avec sa cafétéria (à droite), proche du théâtre.

En plus des spectacles, des ateliers d’expression culturelle sont proposés à tous les étudiants, dans le cadre d‘une UE (unité d’enseignement) spécifique. Théâtre, poésie, peinture, cinéma, danse mais aussi graffitis… ces 17 ateliers sont encadrés par des artistes professionnels et ouverts à tous les étudiants. "Nos élèves s’impliquent énormément dans ces ateliers qui ont aussi l’avantage de mélanger les filières et de les ouvrir sur la cité", indique Mohamed Bernoussi, vice-président au CEVU (conseil étudiant de la vie universitaire).

 
Une mission : la défense de la vélonomie

  
Juste en face du pôle étudiant, Vélocampus organise une bourse aux vélos. L’occasion de permettre à tous de vendre ou d’acheter un vélo d’occasion. Et pour une cotisation annuelle de 45 €, l’association prête une bicyclette.

"L’adhésion donne aussi accès à l’atelier de réparation où chacun peut remettre son vélo en état : c’est le principe de vélonomie [l’autonomie dans l’entretien et la réparation de son vélo, NDLR]", explique avec sérieux Vincent, le trésorier de l’association inscrit en master 2 gestion à l’Institut d’économie et de management.

Avec plus de 250 adhérents, 4 salariés et plus de 110.000 € de budget, Vélocampus ressemble à une PME (petite et moyenne entreprise). "Plutôt que l’argument écolo, c’est mon intérêt pour l’économie et la gestion appliquée qui m’a motivé à m’engager au sein de l’association", reconnaît Vincent. Des responsabilités qui l’ont amené à croiser d’autres bénévoles.

 
Un melting-pot de cultures étudiantes

 
De l’informatique aux arts plastiques, de la médecine aux langues en passant par les STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) : à l’université de Nantes, on peut tout étudier ou presque ! Lors des événements organisés au pôle étudiant du Tertre, des jeunes de toutes filières se retrouvent.

La soirée de rentrée, organisée dans le cadre du festival de musique Scopitone, "a ainsi attiré plus de 1.200 étudiants", se réjouissent Quentin, vice-président à la vie étudiante inscrit en master 1 de droit, et Thomas, en L3 de droit et conseiller du président en charge de la vie étudiante.

Revers de la médaille : tous 2 reconnaissent qu’il est parfois difficile de créer une identité commune à tous les étudiants de Nantes. "Des cultures différentes cohabitent au sein de la fac, et ce n’est pas toujours facile d’associer tout le monde autour d'un même projet. Par exemple, la fac de gestion (l’IMM-IAE) fonctionne plus comme une école avec son BDE [bureau des élèves] très actif", déclarent-ils. Certaines filières plus éloignées géographiquement telles que celle des sciences se déplacent moins pour suivre les activités du pôle.

 
Aviron et course à pied

 
Autre atout : "Le service des sports de l’université est génial ! Pour seulement 40 € de cotisation annuelle, on peut pratiquer 3 sports", s’enthousiasme Suzie, en licence 3 de pharmacie et joueuse de badminton. Sur le site du SUAPS (service universitaire des activités physiques et sportives), une cinquantaine d’activités existent, de l’aquagym au VTT. Gros succès : environ 1/3 des étudiants sont inscrits au service.

L’université dispose de sa propre base d’aviron sur les bords de l’Erdre, non loin du campus de sciences et techniques. Et au printemps 2013, le stade d’athlétisme en construction, avec une piste de course couverte, devrait être inauguré pour réaliser des entraînements par tous les temps !


Un campus entre ville et campagne
Difficile de caractériser l’université de Nantes, tant elle a de facettes ! Sans compter les antennes de Saint-Nazaire (44) et de la Roche-sur-Yon (85), l’établissement compte pas moins de 3 sites principaux : le pôle santé dans le centre-ville, le pôle scientifique de Lombarderie-Michelet et, plus au nord, le pôle du Tertre (photo) qui rassemble les lettres, les sciences humaines, le droit et l’économie à seulement 15 minutes de tramway du centre.Les étudiants ont donc le choix entre une ambiance urbaine, s’ils choisissent les formations médicales, ou une ambiance plus nature, pour les autres. De même, les bâtiments sont très variés, plus ou moins modernes et défraîchis.
Les plus chanceux sont les étudiants d’odontologie : ils bénéficient d’un tout nouveau bâtiment construit aux bords de la Loire, à deux pas du centre hospitalo-universitaire. Les 2 derniers étages accueillent une bibliothèque santé flambant neuve et très fréquentée d’où l'on a une très belle vue sur la Loire et l’Île de Nantes. De leur côté, les étudiants du Tertre bénéficient d’un campus vert et arboré, avec les bords de l’Erdre à seulement quelques minutes à pied.

Sommaire du dossier
L'université de Nantes : un service dédié à l’insertion des jeunes diplômés L’université de Nantes chouchoute ses étudiants sportifs de haut niveau