Que faire après une licence d’histoire ?

Par l'Etudiant, publié le 26 Janvier 2022
5 min

Vous souhaitez poursuivre vos études après votre licence d’histoire ? Licence pro, master, concours administratifs, IEP, écoles de journalisme… L’Étudiant vous donne toutes les informations pour vous aider dans votre réflexion.

La licence d’histoire n’a pas pour vocation première de déboucher directement sur la vie active, mais permet essentiellement de poursuivre ses études, se spécialiser via une licence professionnelle, un master ou passer des concours.

Une licence professionnelle après une licence d’histoire : quel avantage ?

Une licence professionnelle en un an consolide les acquis d’une licence générale et délivre des compétences supplémentaires ou une double spécialité. En effet, la troisième année de licence d’histoire a été l’occasion parfois de choisir un parcours (journalismecommunication, métiers du livre, histoire de l’art, histoire, histoire de l’art et archéologie…).

Certaines licences professionnelles permettent d’ajouter une coloration supplémentaire après sa licence d’histoire et de s’insérer dans la vie active.

La licence professionnelle mention protection et valorisation du patrimoine historique et culturel, par exemple, comme celle nommée médiation du patrimoine historique et archéologique donne accès au métier d’animateur du patrimoine et sont tout à fait indiquées après une licence d’histoire. Celle de guide conférencier mène au métier du même nom.

Comme son nom l’indique, les enseignements y sont professionnalisants, les stages et les projets tutorés nombreux.

Lire aussi

Intégrer un master après sa licence d’histoire ?

Le choix du master doit être fait en fonction de votre projet professionnel : travailler dans les métiers de l’enseignement, de l’édition, du tourisme, du marché de l’art, de la gestion de patrimoine

Après une licence d’histoire, vous pourrez ainsi choisir la mention qui vous convient le mieux : MEEF (métiers de l’enseignement, de l'éducation et de la formation) histoire, civilisations, patrimoine ; études européennes et internationales ; épistémologie, histoire des sciences et des techniques ; métiers du journalisme ou de la communication

Ces mentions sont souvent assorties de parcours, permettant une spécialisation pointue : histoire des sciences ; histoire du droit et des institutions ; histoire ; culture ; politique ; société ; relations internationales ; e-tourisme et ingénierie culturelle des patrimoines ; archives ; histoire de l’Afrique ; expertise des conflits armés

Lire aussi

Quels concours administratifs présenter après une licence d’histoire ?

Après une licence en histoire, certains concours s’offrent à vous, notamment ceux de la fonction publique de catégorie A dans la filière culturelle :

Vous aurez des épreuves d’admissibilité et d’admission à passer, suivi d’un entretien avec un jury.

Entrer dans une école après une licence d’histoire, est-ce possible ?

Certaines écoles généralistes ou spécialisées recrutent des diplômés de licences d’histoire. Citons, par exemple, les IEP (instituts d’études politiques) qui sélectionnent sur dossier, entretien et parfois épreuves écrites pour des masters orientés vers le journalisme, la géopolitique, la communication, etc.

Après une licence d’histoire, vous pourrez aussi viser les écoles de journalisme qui ouvrent leurs portes aux étudiants de niveau bac+3, après la réussite d’un concours d’entrée. Le Celsa, l’École des hautes études en sciences de l'information et de la communication, accepte, aussi sur concours, des licenciés d’histoire pour ses masters en communication ou journalisme.

L’INP (Institut national du patrimoine), qui forme des conservateurs du patrimoine, sélectionne, lui aussi, sur concours. Enfin, l’Enssib (l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques) propose des masters orientés sur l’histoire, les civilisations et le patrimoine, ou sur les sciences de l’information et des bibliothèques. Les diplômés d’une licence d’histoire, sélectionnés sur dossier, y sont les bienvenus.

Lire aussi

Si rien ne vous tente, comment valoriser votre licence d’histoire ?

Vous préférez faire une « pause » après votre licence d’histoire et réfléchir tranquillement à votre avenir ? Sans rester inactif, vous pouvez en profiter pour explorer différents domaines accessibles avec votre licence. Faire des stages en tant qu’assistant de galerie, de chargé de communication publique, par exemple, peut être un moyen de vous confronter au terrain et de confirmer vos aspirations professionnelles. Ou pourquoi pas un service civique dans la culture pour venir en appui à des médiateurs culturels, en allant à la rencontre de publics variés, ou en participant à l'accompagnement des personnes qui ont difficilement accès à ce secteur. Vous pouvez en savoir plus en allant sur le site du ministère de la Culture.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !