Que faire après une licence de lettres ?

Par Sara Saidi, publié le 19 Mai 2022
4 min

Lettres modernes, lettres classiques, sciences du langage… Les étudiants qui se lancent dans une licence de lettres sont souvent des passionnés de littérature. Et les débouchés professionnels s’ouvrent aujourd’hui à de nouveaux métiers. L’Etudiant vous en dit plus.

Pour faire des études de lettres, il ne suffit pas d’aimer le français : "Il faut aimer lire, aimer la logique de la langue… on est dans une autre dimension", affirme Jean-Paul Meyer, doyen de la faculté de lettres à Strasbourg. Pour les étudiants passionnés comme Elena, 22 ans, en troisième année de lettres modernes, la licence de lettres est une manière de découvrir et de pouvoir transmettre "la beauté du monde littéraire".

Lire aussi

Après une licence de lettres, direction l'Inspé (Institut national supérieur du professorat et de l'éducation)

Après la licence, la majorité des étudiants se dirigent vers un master. La moitié d’entre eux intègrent un Inspé (Institut national supérieur du professorat et de l’éducation) pour devenir professeur des écoles ou pour passer le concours du Capes qui leur permettra d’enseigner au collège ou au lycée.

C’est d'ailleurs ce que souhaite faire Elena : "Mes professeurs m’ont transmis la passion des lettres, je souhaite à mon tour intéresser les jeunes à la littérature", explique-t-elle. "Ce n’est pas la majorité mais certains étudiants se tournent également vers la recherche. Ils présentent l’agrégation ou vont vers un doctorat pour devenir enseignant à l’université ou chercheur", affirme Jean-Paul Meyer.

À noter que les étudiants qui font lettres classiques ont une bonne base en latin et grec, ce qui peut leur donner un avantage lors de préparation des concours du Capes et de l’agrégation.

Lire aussi

La licence de lettres ouvre à différents domaines comme l'édition ou la communication

La licence de lettres est assez ouverte et permet de poursuivre dans différents domaines. Certains vont vers des écoles de commerce, de journalisme ou encore des études d’orthophonie. Il est également possible de se diriger vers un master métiers de l’édition : "Les formations sont assurées par des professionnels du secteur et nous nous adaptons à la librairie de demain", affirme Jean Paul Meyer.

Neïla, 19 ans, étudiante en première année de lettres modernes à l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3, s’intéresse depuis peu aux métiers de l’édition mais hésite encore avec des études de journalisme : "Au premier trimestre j’ai testé l’option journalisme, on avait des articles à rendre toutes les semaines, j’ai beaucoup aimé", explique-t-elle.

Les étudiants en lettres – notamment ceux qui choisissent la mention sciences du langage – pourront également se diriger vers les métiers de la communication, de la publicité ou encore du marketing. Ils peuvent aussi travailler dans tous les métiers en lien avec la linguistique et l'informatique, comme ingénieur en programmation linguistique (TAL) ou linguiste informaticien.

Lire aussi

Après une licence Humanités, des débouchés dans la recherche, la diplomatie, les sciences politiques…

Enfin, la licence Humanités, plus sélective, réunit plusieurs disciplines : la littérature, la philosophie, l’histoire, les langues étrangères…. À l'université de Strasbourg, cette filière s'apparente davantage à une prépa avec de petits effectifs. "Les étudiants sont peu nombreux, dans cette filière, tout est à haut niveau", explique ainsi Jean-Paul Meyer.

Après une licence Humanités, vous pourrez poursuivre en master puis vous dirigez vers la recherche, la diplomatie, les sciences politiques ou dans l’administration. Vous pourrez aussi travailler dans les Instituts d’études françaises ou devenir conseiller culturel et/ou linguistique.

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !