1. Réussite à la fac après un bac pro : mission impossible ?
Enquête

Réussite à la fac après un bac pro : mission impossible ?

Envoyer cet article à un ami

Malgré un taux de réussite historique au bac, les titulaires du bac pro n’ont aucune garantie de succès à l’université, la plupart des prérequis nécessaires à la réussite en fac leur manquant. Quelques-uns, très motivés, s'en sortent pourtant, comme Aurélien, inscrit en licence de géographie après son bac pro études et définition de produits industriels.

Cru 2009 exceptionnel pour les bacheliers professionnels : ils ont été 87,1 % à décrocher leur diplôme, soit 10 points de plus qu’à la session 2008. Décriée par certains syndicats sur le thème du bradage des diplômes, cette performance est à replacer dans la tentative de revalorisation de cette filière. La réforme du bac pro (premières promotions annoncées pour 2012) prévoit une formation en trois ans, et non plus quatre, afin d’aligner la filière sur le modèle des autres séries. Va-t-on dès lors assister à un afflux de titulaires du bac pro dans le supérieur ? Surtout, seront-ils suffisamment préparés (les programmes de matières générales comme le français ou les langues vivantes ont été renforcés) ? Difficile de faire des pronostics.

Pour l’instant, les statistiques de réussite sont sans appel : seuls 7 % des bacheliers professionnels de la cuvée 2002 ont obtenu leur licence en trois ou quatre ans, contre 60 % de réussite pour les bacheliers des filières générales de la même année (1). Et le BTS (brevet de technicien supérieur), cursus choisi pour l’instant par la grande majorité de ces étudiants, devrait rester la porte de sortie la plus adaptée.

Culture générale, aisance rédactionnelle, capacité à disserter ou à argumenter : la plupart des prérequis nécessaires à la réussite en fac manquent aux bacheliers pro. Aurélien, 20 ans, a suivi un vrai parcours du combattant pour réussir à décrocher sa première année de licence de géographie "du premier coup" à la fac de Versailles-Saint-Quentin. "Je suis arrivé en filière professionnelle contre ma volonté, avec toujours l’envie d’étudier la géographie, même si j’avais conscience que ce ne serait pas facile", raconte ce jeune titulaire du bac études et définition de produits industriels. Bon élève au lycée professionnel, Aurélien a beaucoup lu pour se préparer à la fac et a étudié de près le programme. "Au début, je me suis quand même senti très seul. Ce qui m’a aidé, c’est ma forte motivation et les encouragements des professeurs."

(1) "Repères et références statistiques", DEPP (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance), 2008.

Fac : où vont les bacheliers pro ?
Seuls 6 % des titulaires d’un bac pro poursuivent leurs études à l’université (contre 16 % en BTS). Parmi ceux qui ont fait ce choix, plus d’un quart optent pour les filières sciences humaines et sociales, avec une préférence pour la psychologie et l’histoire. Viennent ensuite le droit (15 %), les filières langues et AES (administration économique et sociale ; chacune 12 % des inscrits), puis les sciences économiques et la gestion (11 %) et, enfin, l’ensemble lettres-sciences du langage-arts (7 %) et les STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives, 6 %). Curieusement, seulement 3 % choisissent la filière sciences fondamentales et applications, l’une des rares à se situer dans la continuité d’un certain nombre de bacs pro – électronique, mécanique, sciences et technologies industrielles…



Sommaire du dossier
De rares initiatives Aurélien, en fac de géo après son bac pro : « Mes profs de collège me citent en exemple»