1. Réussite à la fac après un bac STG : attention danger !
Enquête

Réussite à la fac après un bac STG : attention danger !

Envoyer cet article à un ami

Manifs et grèves à répétition, examens reportés, baisse des inscriptions… l’université est sur la sellette. À juste titre ? Voici notre état des lieux de la réussite des filières de prédilection des bachelier STG. Un sur cinq s’inscrit en fac, sans forcément réussir…

Candidat à une année de licence 1, Bastien, jeune titulaire du bac STG, a reçu de sa fac un avis défavorable. "En dépit de la continuité apparente avec vos études au lycée, votre formation initiale ne vous a pas armé pour l’étude de l’économie à l’université." Il lui aurait fallu 12 de moyenne générale au bac pour être accepté sans mise en garde. Avec une moyenne située entre 10 et 12, on lui aurait préconisé de suivre un accompagnement spécifique, et en dessous de 10, une orientation en dehors de la fac lui a été conseillée.

Depuis la mise en place de l’orientation active en 2008, les universités multiplient les avertissements à l’égard des bacheliers technologiques, considérés comme peu préparés aux études longues et théoriques. Pourtant, en 2007-2008, 20 % d’entre eux se sont inscrits en licence, avec des chances de réussite limitées, près de trois fois inférieures à celles des bacheliers généraux.

Alors, quels sont les secrets des STG qui réussissent ? Ils ont généralement obtenu au lycée de bons résultats dans les enseignements généraux (français, philo, histoire-géo, langue, maths). En effet, en licence, il faut aimer lire et écrire, et être habitué aux exercices de dissertation, de synthèse, d’analyse.

"Les licences universitaires ne sont pas spécialement adaptées au bacheliers STG, contrairement aux BTS [brevets de technicien supérieur] ou aux DUT [diplômes universitaires de technologie]. Il n’y en a donc aucune qui leur correspond directement", explique ainsi Patricia Toutain, conseillère d’orientation-psychologue à l’université de Caen. Qui n’estime pas pour autant qu’il faut y renoncer.
Sommaire du dossier